AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Shu Mikaze • Don't joke with me ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shu Mikaze
avatar
Japenese Dredger



Messages : 157
Date d'inscription : 21/03/2012
Localisation : Cherche moi, ça sera un bon début ~

MessageSujet: Shu Mikaze • Don't joke with me ~   Ven 23 Mar - 18:19


« Forget the past and live the present, at best»

Shu Mikaze

» Feat. Ai Mikaze © Uta no Prince-Sama


» Nom : Mikaze
» Prénom : Shu ou Shuu, ça m’est égal.
» Nationalité : Japonaise
» Âge : 17 ans
» Sexe : … Tu veux que je te montre ~ ?
» Date de naissance : 22 novembre 1875
» Race : Humain
» Rôle dans la société : Uuh … étranger.
» Sexualité : J’aime pas les filles … ça répond à ta question ~ ?

» Aime : Embêter son monde, draguer tout ce qui bouge, les sucreries, le peu de personnes qu’il connaît et qu’il porte dans son cœur.
» Déteste : Les filles, la solitude, les imbéciles, les personnes inintéressantes niveau caractère, qu’on lui dise qu’il est mignon, qu’on touche à … ses cheveux.
» Autres détails : Il a une peur de la foule ; ochlophobie, alors qu’il n’aime pas la solitude … bonne chance.

« Japenese Dredger »



Your Character
Comment me décrire psychologiquement ? Je vous fais une idée de ce que les gens peuvent dire sur moi, et après vous verrez … Mais ce que les gens disent, c’est totalement vrai. Je ne peux que l’avouer. On commence par quoi, les défauts ou les qualités ? Bon allez les défauts, on garde le meilleur pour la fin –si c’est mieux-.

Tout d’abord, sachez que je suis, au grand étonnement de certains, un éternel gamin. Oui, rien n’est développé dans ma tête, à ce niveau-là je parle. Pourtant, même si je ne suis pas encore adulte, je n’ai plus l’aspect d’un enfant à l’extérieur. Mais pourtant si, mon côté enfantin est bel et bien présent, seulement il ne se remarque pas à la vue. Il se voit à la manière dont je peux parler certaines fois, à la manière dont je peux agir envers les autres. Comme on dit il ne faut jamais se fier aux apparences. C’est bel et bien vrai, mais je ne suis pas un enfant difficile, rassurez-vous.

Ensuite, je suis peut-être le plus gros menteur de la région. Je mens comme je respire, je ne vis qu’avec le mensonge, je … Nan là j’exagère. Je mens c’est vrai, mais pas si souvent que cela. Seulement quand l’occasion se présente. Est-ce ma faute si elle se présente souvent ? Cependant, je mens pour la bonne cause, et ce n’est pas bien méchant. Je peux raconter des salades sur tout et n’importe quoi sans que ça apporte malheur. Je ne suis pas comme cela voyons, je ne détraque pas tout avec de simples petits mensonges de rien du tout. Et puis, ne vous en faites pas, vous ne le remarquerez pas lorsque je vous mens, je sais tout dissimuler parfaitement, comme si de rien n’était. Pas mal nan ?

Maintenant, à quoi allons-nous passer ? Ah, vous voulez peut-être savoir que je suis un petit vaurien comme on pourrait dire. Je n’ai rien de mieux à faire que de traîner dans les rues et d’embêter mon monde. Si si c’est vrai je ne mens pas ! Et puis vous pouvez demander, j’ai agacé beaucoup de monde, plus que vous ne le croyez. Tellement en si peu de temps. Mais bon, comme je le dis souvent, je ne sais pas quoi faire pour occuper mes journées, donc il me faut de la distraction. Et cela, c’est tout bonnement parfait. Vous comprendrez également grâce à cela que je suis un vrai petit pot de colle, hm ?

Que dire à présent pour en terminer avec mes défauts –nombreux- ? Peut-être, le fait que j’aime faire souffrir les autres autour de moi ? En particulier les filles, de mon âge plus précisément. Je hais la gente féminine, tout autant qu’elles soient, je ne peux les supporter. Non pas que j’exagère, mais j’ai mes raisons pour cette haine. Et je calme cette dernière en les faisant souffrir, non pas physiquement, mais mentalement. Avec ma bouille d’ange comme certains me disent –même si je déteste que l’on me dise ce genre de choses-, aucun problème pour attirer les jeunes demoiselles de ce pays. Bien sûr, au début je fais le garçon tout gentil et attentionné … Et après boum ! Brisé leur cœur. Pauvres choupettes … Tant pis, elles n’avaient cas pas croisé mon regard.

Qualités ? Disons qu’elles ne se voient pas aux premiers abords, ce sont plutôt mes défauts qui ressortent en force. Mais je pourrais dire que je suis de confiance, bien entendu si c’est avec une personne que je porte dans mon cœur. On me fait confiance je fais confiance. Vous ne me croyez pas ? Cela ne m’étonne pas, c’est arrivé que très rarement. Il n’y a pas tellement de personnes qui me sont chères, à vrai dire. Mais je me porte très bien ainsi.


Your Physique
Dites-vous que si je marche dans la même rue que vous, me rater serait sûrement le comble de tout. On ne peut pas me louper, parmi ces gens sans styles, la plupart, pas tous. Mais quoi que vous puissiez penser, je ne suis pas un extraterrestre ! Je suis humain, même si les gens qui m’aperçoivent ne peuvent qu’hausser un sourcil au début. Mais ce n’est pas ma faute, je suis tel que je suis, n’est-ce pas ?

Tout d’abord, j’ai la peau pâle. Même si je suis japonais, j’ai une peau de cette pâleur, mais je n’y peux strictement rien, je ne l’ai pas choisi à ma naissance. Cette peau est également lisse, douce et dépourvue d’imperfection, à ma plus grande satisfaction. Oui j’aime cette peau, j’aime cette pâleur, se teint presque blanc. Certaines autres personnes l’aime comme moi, je ne suis pas le seul voyez-vous.

Les traits de mon visage sont fins, sans déformation particulière ou autres. Ces traits se rejoignent pour former un visage plutôt androgyne, à ma plus grande déplaisance. Je hais ce visage, à cause de lui, on me sort toujours des « bouilles d’ange » ou encore des « plutôt mignon ». S’il vous plaît, par simple pitié, ne me dites jamais cela, je déteste tout simplement ces mots. Rien de plus rien de moins, alors évitez. Pour continuer, j’ai les cheveux … bleus. Quoi bleus ? Pas possible … Et bien si, la preuve est devant vos yeux. C’est pour cela que je ne passe pas trop inaperçu dans les rues, on ne peut pas ne pas me remarquer. Ces cheveux d’une couleur étonnante ont une longueur qui arrive aux épaules, mais seulement ça ne se voit pas. Je les attache, mais que d’un côté, le côté droit. L’autre côté, mes cheveux couvrent mon visage, ayant une grosse et grande mèche retombant sur le côté gauche de mon visage. Descendant plus bas, mes yeux, de même couleur que mes cheveux, ressortant ainsi de mon visage à la peau si pâle. Le reste de mon corps n’est pas bien costaud, j’ai plutôt une corpulence frêle, mais je n’en tiens pas vigueur. Pourtant, malgré ce corps fin, je suis tout de même grand, mesurant pas moins d’un mètre soixante-quinze.

Niveau vestimentaire, je ne porte pas de couleur, pas souvent en tout cas. Le plus souvent, vous pourrez me voir avec une chemise blanche, surmontée d’un veston plutôt brun. Et le tout, couvert d’une veste blanche elle aussi. Pour ne pas changer dans la palette de couleurs, un pantalon blanc, et oui encore et toujours. Des chaussures montantes foncées, pour combler le tout. Et après cela, vous ne pourrez pas me dire qu’on ne peut pas me voir dans la rue hm ?


Your Story
22 novembre 1883
Bonjour cher journal. C’est bien la première fois que je t’écris. Pourquoi ? Parce qu’aujourd’hui, c’est mon anniversaire ! Et tu es mon cadeau, que papa et maman mon fait. Et je suis très heureux de t’avoir, car maintenant, je vais enfin pouvoir me confier à quelqu’un… Tu seras comme mon meilleur ami !
Aujourd’hui, comme je l’ai dit, c’est mon anniversaire, et j’ai maintenant huit ans ! Maman dit que je suis un grand… Mais je ne le pense pas. J’ai pas envie d’être un grand. Moi ce que je veux, c’est rester pour toujours un enfant, et comme ça, je pourrai rester avec Misaki. Elle aussi elle veut rester une enfant, alors on le restera tous les deux !
Misaki, je l’aime beaucoup, je crois même que je suis amoureux d’elle. Non en fait, j’en suis sûr. Et je sais qu’elle aussi, parce qu’elle me l’avait dit, un jour. Mais je ne sais pas si elle a changé d’avis, depuis. Enfin, moi je m’en fiche de ce qu’elle pense de moi, ce que je sais, c’est qu’on est amis, et ça le restera pour toujours ! On s’en est fait la promesse, et normalement, on doit tenir une promesse. Sinon, ça veut dire qu’on n’est pas de vrais amis…

19 octobre 1885
Salut cher journal !
Je sais, ça fait bien deux ans que je n’ai pas écrit. Mais bon, je n’avais rien à dire, rien à te confier. En fait, je pense que lorsque j’écrirai sur une de tes pages, c’est parce qu’il s’est passé quelque chose d’important. Oui, je fonctionnerai comme ça.
Aujourd’hui, papa est mort. Oui, il est mort, à cause d’une sale maladie qu’il trainait depuis l’année dernière. Mais de toute façon, on n’a rien pu faire, il était condamné. La vie est vraiment injuste parfois. Pourquoi mon père ?! Il n’avait rien fait, il ne faisait que travailler pour gagner de l’argent pour nous, sa famille. En plus de cela, nous ne sommes pas riches… Je me demande comment on va faire maintenant, car je ne pense pas que maman pourra tout gérer, seule. Je l’aiderai, c’est sûr, mais je n’ai que 10 ans… A part la soutenir, je ne peux rien faire. J’ai peur de ce qui va arriver ensuite…
Mais je crois que je vais tenir le coup. Je ne suis pas seul, après tout. Il y a ma mère, et puis mes amis. Je pense que la personne qui est la plus proche de moi, hormis ma mère bien sûr, c’est Misaki. Elle est toujours là pour moi. Je l’aime tellement. Je pense que si je la perdais, une partie de moi s’envolera avec. Non, elle est tout pour moi, je ne veux pas la perdre, elle aussi.

16 février 1890
Hello journal.
Oui, ça fait très longtemps que je ne t’ai pas tenu au courant de ce qui se passait dans ma vie, mais bon, je trouvais que ce n’était pas la peine que j’écrive. Mais aujourd’hui si.
J’ai tué. Je sais que c’est mal, que c’est même pas bien du tout, mais je n’ai pas eu le choix. Et puis, ce n’était pas vraiment de ma faute, sur ce coup-là. J’espère seulement que la police ne nous trouvera pas. Mais je ne pense pas, qui irait chercher des jeunes de 15 ans dans un village oublié du Japon, pour les questionner sur le meurtre ? Je ne pense pas que la police ferait cela, elle va au plus simple, chez nous. Et puis, ceux qui le savent ne dirons rien. Ma mère ne le sait pas, bien sûr. Si je lui dis, elle va me détester. Je ne vais rien lui dire d’ailleurs, je pense qu’elle se portera mieux sans le savoir. Je ne crois pas qu’elle veuille d’un fils comme moi.
Je l’ai dit à Misaki aussi, mais je sais qu’elle, elle ne dira rien. Nous sommes meilleurs amis, normalement, on soutient l’autre, on ne l’enfonce pas. J’espère qu’elle tiendra parole… Mais elle n’est pas comme ça, je l’a connais.

30 août 1891
Journal, je suis dégoûté. Franchement, j’aurais jamais pensé que ça finirai comme cela. Tout s’est passé presque en même temps, je crois que je perds la tête, à force. Je me demande pourquoi à chaque fois, c’est moi qui prends tout…
Ma mère est morte. Aussi. Je l’ai perdue, elle aussi… Comment puis-je vivre, maintenant ? Qu’est-ce que j’ai bien pu faire pour mériter ça ?! Nan franchement… Mais le pire dans tout ça, c’est que mes parents m’ont menti.
En fait, je viens d’apprendre qu’on était riches. Alors que pendant toutes ces années, on avait que le strict minimum pour vivre. C’était quoi, un jeu ? Je n’aurais jamais pensé découvrir ça un jour. Sur ce coup, je ne les comprends pas. Mon ami Haruka pense qu’ils ont gardé de l’argent de côté pour moi, quand je serai plus grand… C’est peut-être ça, après tout. Je pense même que je suis d’accord avec Haruka, après tout, c’est celui qui me comprend le mieux. Un ami génial quoi.
Pas comme Misaki. Elle, elle m’a déçu. Elle a osé me dénoncer comme l’auteur du crime d’il y a un an. Comment a-t-elle pu faire une chose pareille ? Comment a-t-elle pu me faire ça, à moi ?! On était censés être les meilleurs amis du monde, moi je l’aimais comme… je ne sais pas quoi, mais je l’aimais. Mais là, je ne veux plus la voir. Je ne veux même plus entendre parler d’elle. Je pense même que je ne veux plus voir de filles de ma vie. Mais ça, je ne peux pas en empêcher. Ce que je sais, c’est que je les détesterai, dorénavant. Je sais, c’est un peu bête de dire ça. Mais j’ai vraiment pas, même plus envie de m’intéresser aux filles, si c’est pour tomber de haut comme ça. Nan, j’ai trouvé mieux : je les ferai souffrir à ma façon. Leur faire comprendre la douleur que j’ai pu ressentir aujourd’hui. Je sais, certaines filles sont innocentes… Mais je m’en fiche totalement, maintenant.

22 janvier 1992
Journal, je pense que c’est la dernière fois que je t’écris. Pour la simple et bonne raison que je pars.
Oui, je m’en vais, loin de mon village. Pour éviter plein de problèmes, les problèmes de ces deux dernières années. Je m’en vais pour l’Angleterre, plus précisément la capitale, Londres.
Tu te demandes pourquoi cette ville et pas une autres hein ? Parce que Misaki y est allé. Elle a fuis, je ne sais pas si elle avait peur de moi, mais bizarrement, elle est partie peu de temps après qu’elle m’a vendu à la police. Je me demande encore, pourquoi elle a fait ça. Sûrement pour une bonne raison, enfin c’était une bonne raison pour elle. Pas pour moi.
Je compte bien la suivre, tiens. Voilà pourquoi je vais à Londres. Je sais que j’avais dit que, je ne voulais plus la voir, mais j’ai changé d’avis. Je vais la retrouver, et lui faire comprendre combien j’ai souffert à cause de ce qu’elle m’a fait.
Les personnes du village ne comprennent pas la raison de mon départ, normal je ne leur ai pas dit la raison. Il y a juste Haruka qui sait. Mais lui non plus, il ne me comprend pas… Je n’ai pas envie de le quitter, mais bon… Je lui ai proposé de venir avec moi, mais il n’a pas voulu. Il m’a dit qu’il avait l’impression qu’il n’y avait plus d’amitié entre nous, mais autre chose de différent. Il dit qu’il a l’impression que je l’aime, en amour, enfin c’est ce qu’il a dit. Moi, aimer un garçon ? …
Je pense que c’est possible.
C’était ma dernière page, journal, merci de m’avoir suivi pendant toutes ces années.
Je ne t’emmène pas, je te laisse ici, comme ça tu brûleras dans le dernier feu que je ferai.


Behind the Mask
Sinon, c'est quoi ton ptit' nom ? Appellez-moi Shu ! o/ (j'aime ce nom ; mais surtout sa signification ;D) /pan/
Et t'as quel âge ? Hanw nan, pas cette question u_u
Ah je vois, et sinon tu fais quoi à par le net ? J'embête mon monde, comme mon perso '-' /pan/
Ça fait longtemps que tu fais du RP ? Un an et demi vous dis-je !
Et au fait, tu l'a trouvé comment le forum ? Raaah ... WTF ? u_u
Et tu le trouve comment ? I love this question /sbam/
As-tu lu le règlement ? Non .O. Valid by Doll (me)
Bon sinon, autre chose à dire ? Ce perso est ... le plus fou et le plus baka que j'ai jamais fait, vive moi *-* ( enfin non, pas trop "vive moi" ... je déshonore Ai-sama ... ;w; gomen *PAN* )


© Codage by Doll pour London Butler - Tout plagiat partiel ou complet est interdit.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://london-butler.forumgratuit.org/
 

Shu Mikaze • Don't joke with me ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» haiti: an international joke getting more and more so!!!
» Stu une criss de joke ???????
» Tit joke plate
» joke d'oiseau
» Bill Clinton, G. W. Bush & the U.N. Fighting Corruption in Haiti - no joke!‏
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Butler :: Secondly :: Présentation :: Fiches validées :: Etrangers-