AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Si tu savais ... [PV Sebby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: Si tu savais ... [PV Sebby]   Sam 2 Juin - 17:59

Si tu savais ...


La nuit est à sa fin, je me réveille lentement, j'ai entendu des voix tout le long de mon sommeille. Je n'ai pas vraiment compris, et les sons sont proches. Dans la chambre à côté. Celle … de Sebastian ? Oui, c'est sans doute lui qui parle, mais avec qui ? Cette voix me rappelle quelque chose … Mais qui ? Je ne sais pas. Je m'inquiète au file que les minutes passe. J'entends les dire, Sebastian est tendre, plus que d'habitude. Voit-il une femme …? Ou un autre homme...? Je veux savoir, mais me lever et aller voir serai totalement déplacé. Alors j'attends longtemps. Puis ne tenant plus, je ferme les yeux et l'appelle.

-Sebastian !


Je t'attends, Sebastian. Mais il tarde, encore. Inquiet, me sentant délaissé, je me tourne plusieurs fois dans mon lit, puis dos à la porte, je me recroqueville sous mes nombreuses couverture et je pense à Aloïs, à notre rencontre et ma déclaration, puis à Sebastian, encore, à ce démon, mon démon …? Peut-être … Je ne sais plus … Je ne sais même pas si il m'aime, les voix s'arrête, Je tremble un peu, j'ai entendu la fin, c'est malpoli, trop, même pour un chien tel que moi. Je l'attends toujours et encore, je me sens seul, c'est si rare. Ce silence est pesant, lourd, et je tremble légèrement. Puis j'entends ma porte s'ouvrir.

En sursautant je me lève d'un coup et me tourne vers la source du bruit. Il est là enfin, debout. A me regardé. Débraillé, mais il m'observe. De ses yeux de braise perçant … Je me recouche doucement, ne peux plus tenir son regard, je n'ose plus le regarder, je ne veux rien dire. Je n'ose pas. Je l'ai dérangé peut-être ? Vu ses habits sans doute, j'en ai bien peur. Mais que faisait-il ? Que pouvait-il faire ? Je suis trop curieux et possessif c'est un tort.. J'attends qu'il me parle lui, qu'il me demande pourquoi je l'ai appelé, ou bien qu'il me dise son simple «Bocchan». J'en ai besoin, j'ai besoin de ce mot ou d'une phrase venant de lui.

J'aimerai me faire rassuré, par lui, uniquement. Mon Cœur va mal et je souffre, mais je dois rester fort. Sait-il au moins que je me sens triste ces temps si ? J'en doute fort. Je regarde mon plafond, sans piper un mot, et l'ambiance devient de plus en plus lourde. Je me sens lentement étouffer et écrasé par le silence. Je tente une dernière fois de le regarder, mais n'y arrive pas, et crispe les yeux pour essayer de m'endormir. Puis il se retrouve au dessus de moi. Je sursaute et ouvre peu à peu les paupières. Ses cheveux, de plus en plus long me chatouille le visage, mais je le vois parfaitement, et je le regarde, yeux dans les yeux.


Dernière édition par Ciel Phantomhive le Dim 3 Juin - 1:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Si tu savais ... [PV Sebby]   Sam 2 Juin - 18:24

La nuit est courte, cette fois. Je me dois de me précipiter dans la chambre. Je me dois d'y accéder, tout comme j'accède à chacun de ses désirs ... J'essuie machinalement, de mon bras, le rouge à lèvres qui a collé aux miennes. Pour peu que je l'aime, ce Shinigami laisse des traces ... Plus ou moins indélébiles sur mon corps. Oh, et ça m'énerve prodigieusement.
Pourtant, la marque, la présence, le souvenir de nôtre baiser, je devrais vouloir le garder. Mais non. Curieusement. Je ne ressens aucun besoin à le conserver, et déjà le goût de cette étreinte secrète au coeur de la nuit s'efface, alors que je pousse la porte de Sa chambre.

Il est là. En sursaut réveillé. Serait-ce moi et mes paroles, mes gestes et mes pensées, qui auraient causé un tel tort à ce sommeil ? A Son sommeil, si fragile qu'un papillon, si pur et inviolé, aux rêves d'encre ...
Ô nuit ... Ô ténèbres, vous, vous qui vivez en moi, teintez-vous un peu ses rêves ? Les teintez-vous de moi, de mon essence ? De ma présence ? Je le souhaite. Et ce souhait m'emporte dans une valse des plus incertaines, une danse qui me mènera au bord d'un gouffre de folie dont je pourrais m'abstenir.
Dont je me dois de m'abstenir.

Il ne peut soutenir mon regard, trop brûlant sans doute, qui parcourt son corps. Avide de cette vue. Oui je le suis. Malheureusement, envers et contre tout, un démon reste un démon, et un corps garde et gardera toujours un petit attrait. Je veux le salir de mes mains. L'entendre implorer de sa voix, d'ordinaire si hautaine, la mort de l'épargner. Je veux voir sur ses joues des larmes rouler, pareilles à des perles, lorsqu'il comprendra que il ne peut plus faire machine arrière. Je veux sentir contre mes lèvres sa gorge froide, agitée d'un soubresaut lorsque ses mots se coinceront à l'intérieur.
je veux son corps déchiré, son sang répandu sur lui, une plaie ouverte au coeur et une autre, ailleurs, salissant sa vie ...

Je veux son agonie, lente. Totale.

Je secoue la tête, doucement. Jamais je n'aurais dû me laisser aller à ces pensées-là. Jamais. Elles sont indignes de moi. Indignes de Lui. Car je veux aussi son coeur ... Son amour. Je ne sais pas comment font les humains pour le ressentir, mais moi je n'y arrive pas. Grell, j'ai cru que l'amour était là, mais non. Non, j'y ai cru. Pas assez fort.
Je le sentirais presque trembler. Son âme répand dans la pièce une odeur enivrante que je me refuse à sentir, pour des raisons d'éthique.
Soupirant dans la nuit, la lune, pleine, veillant sur nous, je me rapproche, rapidement. Par ... automatisme ? Je me retrouve assis à son côté, tourné vers lui, les mains au niveau de chacune de ses épaules. Si je n'étais pas souple, je promets ne jamais y arriver. Mes cheveux, bientôt d'une longueur non-réglementaire d'ailleurs, caresse le visage encore enfantin, angélique et totalement ... Pur, d'une pureté que j'aimerai, si elle l'était, qualifier d’écœurante.
Nos regards se croisent, et s'accrochent. Nous nous fixons.
Encore et encore. Doucement je murmure, en inclinant légèrement la tête sur le coté, de manière à ce que mes cheveux n'aillent plus, de par leur noirceur, salir l'ensemble quasi cristallin du visage :


-Vous m'avez demandé ... ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Si tu savais ... [PV Sebby]   Dim 3 Juin - 1:25

-Vous m'avez demandé ... ?

Bien sûr ! Idiot si je t'appelle ! Mais … Cette odeur … Ce ne serai pas … Grell ? Je secoue la tête faiblement, ne voulant, ne pouvant pas y croire. Puis, lentement, je remarque au coin de ses lèvres une trace de rouge à lèvres. Je baisse les yeux et repousse rapidement son visage, pour me remettre dos à lui et sentir son regard de feu se poser toujours sur moi. Je frémit, oui j'ai mal, je souffre. Tu es content comme ça ? De toute façon, tu me veux pas, je ne le sais que trop. Je dois me faire une raison, l'oublié. Mais je ne peux pas. Je ferme les yeux. Fait semblant Ciel, fait semblant de ne rien ressentir, soit fort, très fort.

-Tout le long de cette semaine tu es en congé … Je … Ne veux plus te revoir.

Je le dit si faiblement, ma voix semble lointaine, brisé, mais elle l'est. J'ai l'impression de ne plus me reconnaître, moi, maître des Phantomhive, du manoir et de la plus grande compagnie de jouet et de friandise de Londres. Moi, qui tue mes ennemis sans aucune pitié … Je faillis, je faillis comme un lâche, un idiot, face à ce corbeau, se démon qui ne veut que mon âme. J'hésite, et en le sentant se redresser, je lui prend la main, et la serre fort, non, pas se soir, ne pars pas ce soir, reste à mes côtés Sebastian … Maintenant, juste, maintenant … Je tremble, prend mon courage à deux mains, et en me mettant face à lui, je dis, d'une voix chevrotante.


-Mais … Reste un peu .. Un tout petit peu ce soir … Ne m'abandonne pas … Pas maintenant Sebastian … Je t'en supplie … Tu te souviens …? Hein …? Tu m'as promis … De rester à jamais à mes côtés … Alors … Reste …


Mais qu'est-ce que je dis là ? Je ne vais pas bien ? Suis-je devenu aussi abruti que ma fiancée ? Je lâche rapidement sa main, et rougissant comme une tomate, je me cache plus qu'honteux sous mes draps. Je le sens rester, et sans pouvoir me contenir, je soupir de bonheur, et sursaute en posant mes mains contre ma bouche. Grave erreur, car ainsi je lui laisse, l'option de tirer sur ma couette et mes draps pour me découvrir mon visage. Je ne veux pas qu'il le fasse. Mais le connaissant un peu, je penses qu'il le fera presque avec joie. Alors dans un lourd silence, les mains plaqué contre ma bouche, je guette un seul mouvement. Mais la lumière, les bougies s'éteignent. En me crispant les larmes aux yeux, je vient lui sauter au cou avant qu'il n'ai pu faire un seul geste.

-Sebastian !!

Le noir. Je ne suis pas comme mon blondi... Je ne suis pas comme Aloïs. Je n'ai pas de traumatisme face à l'obscurité. Mais je dois bien me l'avouer, je ne suis encore qu'un pauvre gamin … Du moins intérieurement. Je le serre, je serre mon être, mon majordome, mon amant tout contre mon torse, fort, en sanglotant, ma tête venant s'enfouir dans son cou. Je respire son odeur, je me calme et m'apaise, je souris, une des rares fois en ce moment d'ailleurs, et je le regarde, pour venir doucement effleurer ses lèvres, juste, pour me reprendre par la suite sans le lâcher. Je ne réussirai jamais à le lâcher à ce train là. Mais … Je n'ai pas vraiment envi, en faite … Alors je le serre d'autant plus, et je l'embrasse tout timidement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Si tu savais ... [PV Sebby]   Dim 3 Juin - 17:37

Cet enfant est décidément bien trop étrange pour mes habitudes de majordome et de démon. Déroutant. Enivrant. Ses gestes, ses mots, ses actions ... Ses désirs et ses rêves tombés depuis longtemps sous le seau secret de la Bête, sous mon entière domination ... Oui je veux ses rêves, ses demandes interdites, qu'il les prononce sans s'en rendre compte !
Je veux l'attirer tout entier à moi, et ne plus le lâcher. Son âme embaume mais je n'y prête guère attention. Focalisé sur le corps qui me présente son dos, focalisé sur cette peau que je devine, si diaphane sous mes doigts quand je l'habille ...

Il prend la parole. Sa voix forte d'ordinaire se brise comme une vague sur un rocher, tremblerait presque.
Tiens, il me demande de partir? Moi ? Son majordome ? Je n’en suis pas capable, ne le serais d’ailleurs jamais. Plus qu’un instinct de survie primaire, rester à ses côtés pour connaître sa fin, pour connaître ses envies, ses humeurs et ses choix ! Oui, rester, rester ici ! Avec Lui, pour le suivre jusqu'en sa tombe au fin fond des Enfers. Sentir son corps collé au mien dans un repos éternel, lentement, dans la terre fertile, oh oui le sentir se décomposer entre mes bras tandis que je resterai, savourant sur mes lèvres la délicate sensation de son âme, que des siècles plus tôt elle aurait effleuré
!

Je me redresse, au dessus de lui, prêt à partir, le lit grincant alors que je me lève, il faudra que je change le matelas en ce cas.
Ma main s'attarde sur lui, sur sa joue, que d'un doigt rêveur je caresse, rêvant du jour où cette peau trop fine sera peut-être mienne, sous la pulpe acérée de mon doigt pourvu d'une griffe. Lorsqu'il déchirera la membrane vitale pour mettre à jour le réseau nerveux et les capillaires sanguins ! Je devrais me concentrer sur lui, plutôt, et sur l'instant ...
Je commence à m'éloigner, mais il me retient.

Surprenant, non. Ridicule ? Inutile.
Le mot est inutile. Me retenir après un ordre. Il est fou. Mon maître est totalement dingue ... Ah, ça, à traîner aux cotés de Trancy, il ne pouvait pas en ressortir totalement indemne mentalement. M'enfin. Sa voix tremble encore plus, et j'ai la grande envie de le serrer dans mes bras. De le serrer en prévision de la vie éternelle qu'il passera dans mes bras si d'aventure il vient à mourir de la prise de son âme.
Il rougit, douce rougeur qui fait resplendir la couleur de son âme. Oui, je vois la couleur, le bleu qui pulse au travers de sa poitrine, irradiant une douceur glacée qui va jusqu'à incendier ma gorge et mon estomac ! Oui ... Oh, Bocchan ...
Me laisserez-vous un jour prendre cette délicieuse sensation en moi ... ?

Je me sens mal. Trop, trop faim ... Et mon corps cède à ma pulsion la plus absolue. Il rejette l'enveloppe charnelle humaine, au corps si ... Parfait, je dois avouer . (le sentir sous mes doigts est agréable, presque aussi doux que de caresser un chat... Même si mes attributs me sont encore la seule partie du corps dont je sais parfaitement me servir. )
Et d'un coup, ma véritable forme succède. J'éteins les lumières d'un regard brillant. Si mon Jeune Maître me voit ainsi, il va hurler de peur.
Et il m'est impossible de lui montrer ce corps. Mon éthique me l'interdit.

Le Comte hurle, de peur sans doute. Je ne sais pas ce que c'est, ce que ca fait, cette peur. Jamais ressenti. Et je ne compte pas le ressentir.
Pas avant longtemps.
Il s'accroche à moi, comme à un naufragé à son radeau. Et m'embrasse. Dans le noir total, je le distingue rougir. Il semble si ...
Fragile ?
Je caresse ses cheveux, d'une main gantée de cuir, doucement, transformant ma voix du mieux que je peux, l'assourdissant pour ne pas le choquer :


- Allons, Bocchan ... Calmez-vous ... Calmez-vous ... Je suis là.

Et, mû par un sentiment de risque, d'envie aussi sans doute, je lui rend son baiser. Son âme vient quasiment se jeter sur mes lèvres, et je me contiens, fermant mes yeux roses pour me concentrer et ne pas l'avaler.
Ce serait dommage. Très.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Si tu savais ... [PV Sebby]   Lun 4 Juin - 0:04

- Allons, Bocchan ... Calmez-vous ... Calmez-vous ... Je suis là.

Me calmer ? Je ne peut pas, du moins pour l'instant je n'y arrive pas … Et en le sentant répondre à mon baiser, je le serre encore et encore pour le prolonger d'autant plus. Je le sens différent, sa voix avait … Non, ce n'est rien Ciel. Ne t'inquiète pas, tu t'imagines des choses. Je prend sa main qui caresse mes cheveux. Mais … Elle n'est pas ganté de soie ? De …. Cuire ? Je sursaute, m'écarte, sort de la chambre rapide, prend une boîte de grande allumettes et peu à peu, revenu, j'allume les lumières. Inquiet de le voir derrière moi, je tourne doucement la tête.

Et ce que je vois me fige. Puis me fait trembler. Je lâche mes allumettes, et pousse un long cris. Je ne savais pas, je ne connaissait pas sa forme démoniaque, juste sa voix, et naïvement je pensais que ce n'était pas vraiment effrayant. Non. Ce que je trouve devant moi n'a pas de nom sauf un.

Démon
.

Je déglutis et l'observe, le toise, regarde sa tenue, son visage. Il est habillé de noir uniquement, tenue moulante, cuir ou latex ? Je ne pourrais pas dire. Néanmoins il n'a pas beaucoup de tissu sur son corps. Assez pour être descend mais tout de même. Il a aussi des cornes visiblement... Oh, si on ne fait pas attention elle ne sont pas visible. Ses yeux sont roses. Je … Me rappelle de cette couleur mais … Quand …? Bref … Ce n'est pas le moment.* Il a des botes du même textile que le reste, mais ses talons sont … Énorme. Déjà qu'il était grand à la base …

J'ai peur. Je l'ai embrassé, du moins sous cette forme, mon âme coller contre lui. Si il avait voulu il aurait pu me dévorer d'un seul coup. Et il peut aussi me briser, me taillader les veines face à ses mains, ses 'griffes' ou autrement dit ses ongles ayant fait une pousser de croissance très rapide. Et un démon sans force n'est pas un démon, surtout sous sa forme originelle. Je le regarde, je m'écarte, puis m'approche, et enfin me recouche dans mon lit silencieux. Va-t-il retenter de partir après ça ? Même si il doit avoir faim, même si il reste ainsi, je ne veux pas le voir partir, je veux le garder à mes côtés pour moi seul. Je me retourne dans mon lit pour le regarder, mes mains sous ma tête, silencieux. Puis, par la suite, lentement, je tends mes bras vers lui, bien qu'il me fasse encore peur, je veux un câlin.

Je suis un gamin, et puis, j'aime me faire enlacer, par mon Sebastian, démon ou majordome, peut m'importe a présent. Je sourit et l'embrasse, mais, sur la joue, non, je n'ai pas encore assez confiance pour reposer mes lèvres contre les siennes. Par la suite, je m'endors peu à peu, et je le sens me lâcher. Partir … Seul. Mais néanmoins je dors toujours. Le lendemain, une main, ganté de soie cette fois, me caresse la joue et une voix de velours m'appelle. J'ouvre peu à peu les paupières, et regarde mon Sebastian comme si hier n'était qu'un cauchemar. Ne lui ai-je pas ordonné de partir toute la semaine …? C'est étrange …

____________________________________________

*Ciel ne se souvient pas que Sebastian à faillit le dévorer pour une raison inconnu, et son pacte pour lui dure depuis ses dix ans mais son ennemi -qui ne l'est plus- est Aloïs Trancy. Il se souvient de son passé enfantin, de sa maltraitance, du pacte, mais rien d'autre, tout se coupe et recommence à partir de la saison 2, avec quelque flash quand il est au manoir Trancy.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Si tu savais ... [PV Sebby]   Mar 5 Juin - 20:51

La lumière se fit, apportée par mon Bocchan, qui s'était d'un coup saisi d'une allumette. Oui, une ridicule et inflammable petite allumette, pour tenter de percer les ténèbres nous environnant. Les ténèbres dont j'étais le centre ...
Il cria en découvrant mon aspect ...Pourtant je ne suis pas laid. Seulement bien différent de ce que j'ai l'air habituellement ...
Des mitaines en cuir, se terminant en pointe sur le bout de mon majeur. Des ongles, des griffes terminant mes doigts parfaitement blancs. Mon corps n'est pas couvert autrement que par en pantalon de cuir noir, mêlé de chaînes, où se fondent mes magnifiques chaussures ... Tellement beaux, ces petits talons d'à peine dix centimètres !
... Je suis totalement fan de mes talons, comprenez-le.

Bref. Mon Jeune Maître hurla de me voir ainsi. "Que se passe-t-il, Bocchan ? ... Seriez-vous dégoûté de l'apparence de votre démon ?
Seriez-vous ... apeuré, affolé, voudriez-vous me rejeter loin ? " ai-je envie de murmurer à son oreille, de ma voix, ma vraie voix.
"Seriez-vous redevenu un enfant enfermé dans une cage de désirs obscènes et futiles ? Laissez-moi vous en libérer ... "

Ma main aurait parcouru son corps, sans s'arrêter, déchirant ça et là le velours de la peau au grain si serré, à la couleur si semblable à la mienne, à peine plus sombre ! ... Le sang aurait coulé, dégouliné le long des blessures, offrant un ruisseau pourpre si agréable à regarder ... Si doux à goûter du bout des lèvres, tremper ces protubérances charnues qu'elles étaient dans le liquide vital, l'aspirer pour avoir un avant-goût de l'âme tentatrice !

...

Ridicule. Il s'éloigne de moi. Il a peur, peur de son propre majordome. Et se recouche. Sans mot dire je le fixe, et le silence nous entourant, moi fier et altier, lui faible et alité, est le plus grand gouffre pouvant nous séparer. Je suis avant tout son majordome. Même démon. Je reste ce majordome demandé à la première minute du contrat, et le resterait jusqu'à la toute fin de sa vie. Puisse-t-elle ne jamais arriver.
Mais il se retourne vers la créature d'horreur que je suis, et tend les bras pour quémander une étreinte que, bon prince, je lui accorde. Le serrant doucement, de peur de le briser, j'accepte sans un bruit, ni souffle ni sourire, ses lèvres sur ma joue.
Il s'endort dans mes bras. Attendri, alors que je le recouche et le borde comme il le faut, je soupire, reprenant enfin une forme normale. Il ne me laissera jamais en paix, cet enfant maléfique ? Jamais ...

Le lendemain matin, j'estime qu'il n'a pas donné d'ordre fixe. Or, mes congés, je les passe toujours ici, auprès de mon Jeune Maître. Donc, il est normal que je reste ici.
Je m'en vais le réveiller, et doucement caresse de mon index, reganté de blanc satin, la joue de mon contractant et Bocchan. Je l'appelle doucement, par ce même titre.
Déposant un plateau avec une tasse à coté de lui, et le journal, je ne dis pas un mot, allant ouvrir les rideaux, puis la fenêtre, sur une journée grisâtre et bien peu intéressante.


-Aucun programme pour aujourd'hui ... Que souhaitez-vous faire ce jour, my Lord ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Si tu savais ... [PV Sebby]   Sam 9 Juin - 1:20

-Aucun programme pour aujourd'hui ... Que souhaitez-vous faire ce jour, my Lord ?

Je le regarde, peut importe son congé ce n'est pas grave. Je prends le journal ainsi que ma tasse, lit les nouvelles. Je hume mon thé, calme, l'odeur est douce, quel thé est-ce ? Je ne sais pas … Un thé noir sans doute. Pensif, je me demande ce que je voudrais faire. La pluie est battante je ne sortirai pas dehors, c'est une certitude. Dans ce manoir malheureusement il n'y a rien à faire. Je soupir en posant ma tasse désormais vide et le regarde en mettant mon journal désormais lu sur le plateau, je pousse un second soupir et passe mes jambes et mes pieds hors du lit pour me faire habillé.


-Je ne sais, je n'ai envi de rien aujourd'hui Sebastian … Et je t'ai dit que tu étais en congé, non ?

Mais pourquoi j'ai dit ça ?! Ah ! Idiot, idiot, idiot !! Calme, calme. Je pousse encore une fois un soupir et après avoir été vêtu, j'enfile mes bagues et prends lentement ma canne. Tout compte fait, la pluie … C'est agréable non ? Je me mets alors en route vers mes jardins et dehors me laisse griser par la sensation de l'eau froide, glacé et violente frapper ma peau, que c'est bon. Je soupir de plaisir, je ne pense plus à rien, ni personne. Ma santé peut bien partir en vrille je n'en ai rien à faire, Sebastian peut mourir, qu'il agonise. Je suis bien là sous cette eau.

Mais d'un coup je me fais tirer de mon bien être. Sursautant je tourne la tête. Sebastian me regarde. Soupirant, je n'ose néanmoins pas le repousser, et retourne à l'intérieur. Je tente de protester à mi-chemin mais abandonne vite l'idée avec lui. De nouveau à l'intérieur, j'avance vers mon bureau peu à peu, en me frottant les épaules et en éternuant. Et zut ! Je suis enrhumé ! Ah … Mais au moins c'était agréable … Je le referais plus souvent. Assis sur ma chaise je tremble dans mes vêtements qui me collent à la peau. Ma chemise blanche devenu laisse paraître mon torse blanc et mes boutons de chaires roses pales. Heureusement que ma veste bleu marine est là, même si je 'pointe'.

Mon caleçon est lui aussi totalement transparent et je me sens bizarre, mais je n'y pense qu'un laps de temps. Mon pantacourt aussi me colle à la peau. Mes chaussette, toujours blanches sont transparente et mes chaussures sont fichu. Je me tient doucement le haut du torse, au niveau du Cœur en frémissant, je suis de plus en plus bizarre, et lentement, je regarde mon majordome en rougissant quelque peu, je détourne rapidement les yeux et murmure un ordre à la vas vite pour qu'il sorte. Non. Je suis trop gêner dans ma tenue pour qu'il me regarde plus longtemps. Mais il reste, toujours. Je le regarde de nouveau et me cambre en avant en frémissant de nouveau.

De plus en plus bizarre, mon Cœur battant à tout rompre, je me serre doucement mes épaules et ressent une petite chaleur au bas ventre. En secouant de nouveau la tête, je tente de me redresser, et marche vers ma chambre en éternuant de nouveau, pour me changer bien sûr. Arrivé, je fouille un peu dans mon armoire, visiblement je me suis totalement calmé. Et j'en suis heureux d'ailleurs. Être ainsi excité sans aucune raison n'est pas digne de moi. Et à force de fouillé, je retrouve des vieilles robes. Oh, je les avais même oublié tien … Celle de Lau et celle de «Lady Phantomhive». Perplexe je me demande ce qu'elles font encore dans mes armoires.

Puis enfin je trouve des affaires. Je prends une serviettes, déshabillé, me sèche doucement, délicatement, et commence à m'habiller tranquillement, lentement, en souriant un peu. Pour une fois que je peux m'occuper de moi seul, c'est … Assez plaisant a vrai dire. En attachant mon nœud, je me coiffe de nouveau soigneusement et me regarde, m'admire même dans un miroir, je n'ai pas besoin de Sebastian en faite. … Bon, d'accord, pour manger et tout le reste j'ai besoin de lui, mais si non pour m'habiller et m'occuper de mon physique je peux très bien le faire seul … En riant un peu, je tourne sur moi même, et va dans une autre armoire, pour choisir des chaussures.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Si tu savais ... [PV Sebby]   Dim 10 Juin - 0:57

Tss. Pathétiques humains. Même faibles, ou tout du moins présentant de nombreuses failles dans leur carapace pour se protéger du monde extérieur, ils continuent à les agrandir, chaque jour, par la force de l'habitude.
Oui, car l'habitude, ici, est une des plus grandes forces qui régit ce monde. Ce monde de lumières et de pensées, avec seulement du liquide pour les refléter, chacune plus noire que sa voisine.
Décidément, ils continueront à me surprendre ... Je peux si facilement m'introduire dans ces failles, y glisser ma plume noire, pour les marquer à vie du sceau de la Bête que je suis ... Oh, rien à voir avec la marque que, sur son coté, mon Bocchan possède !

Non, moi je vous parle de Satan, et de ses suppôts. De ses fils et de sa petite-fille. De sa haine filiale et de ses lieutenants. De ses adorateurs et de ses supérieurs divins, sur lesquels je crache royalement quand je pleure ou je ris.
C'est de l'Archange déchu dont je veux parler.

Je regarde mon Jeune Maître, minute après minute, sombrer dans sa routine, qui l'aspire ... Oui, Bocchan, allez-y, continuez de sombrer dans les profondeurs insondables de votre âme ... Découvrez-en le goût unique, qui s'imprimera sur votre langue ! Dès lors, dès cet instant magnifique et magique, vous ne serez jamais plus en mesure de savourer un autre plat. Vous voudrez à tout prix, peu importe le temps d'obtention, l'avoir, et la manger.
Votre rêverie, si vous vous enfoncez suffisamment, vous portera en ces abysses citées ... N'est-ce pas merveilleux ? Non ?

Mais je me reprends. Toujours, en congé, l'on m'a demandé de rester ici. Car tel est le devoir d'un majordome de la maison Phantomhive.
Car tel est le devoir de Sebastian Michaelis. Démon au service de mon Jeune Maître, qui a ... Décidément choisi le mauvais moment pour faire sa crise d'adolescence. Sortir ainsi dehors, par ce temps de ... Chien (sans vouloir, chers canins à l'intelligence limitée, vous offensez) et sans aucune protection !
Il va attraper un refroidissement, et c'est encore ce majordome, si habile, qui va le soigner ! Sebastian par ici, Sebastian j'ai envie que tu sois là ... Bien que j'apprécie mon Bocchan, que je l'aime plus que de raison, il est bien trop souvent versatile ... Oh, pas au point d'être un total bipolaire comme Trancy, mais tout de même versatile.
Simplement il le montre beaucoup moins que Trancy.

Je le suis dans le jardin de près ... Mais apprécie cette vision de lui, calme et serein, au milieu de sa roseraie, près d'une fontaine quasiment débordante... En se retournant, il me voit, et se demande ce que je fais là, si il ne le sait pas.
Le ramener au manoir est la meilleure des choses à faire ... Je l'escorte, me refusant à jeter un oeil, ne serait qu'un simple regard à ce corps si frêle et moulé par l'eau dégoulinante ... Ce corps si fort en même temps, enfermant l'âme la plus convoitée !
Je serais un de mes amis, je n'aurais lié contrat avec elle qu'à cause de ce corps si magnifique ... Mais là n'est pas la question.
Il me demande, une fois reconduit à son bureau, de sortir.
Sur une courbette, je m’exécute, et vais directement dans la cuisine, en murmurant doucement, fredonnant, comme pour bercer d'un chant les corridors trop solitaires...


~I was your knight, holding you tight
as a brother when I saw your crying eyes.
Time went by and we had to say goodbye~♫


Rapidement, je m'attable, pour commencer la confection d'un succulent gateau pour le Jeune Maître. Il a froid, sans doute faim, alors je préfère me prévenir grâce à ce gateau ...
Une fois cuit, mon ami le four ayant légèrement accéléré sa cuisson, il est parfait. Je le dépose sur un plateau, et m'approche de la chambre dudit Ciel Phantomhive.
Je la pousse, et trouve ...
Mon Bocchan, entrain de rire comme un enfant normal, et de chercher ses bottes. Attendri par ce gamin qui a grandi trop vite, je dépose le plateau sur un guéridon, et toussote, pour attirer l'attention sur moi.


... Bocchan, Bocchan... Vous ne m'avez pas attendu, pour vous changer ? Quelle amélioration ...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Si tu savais ... [PV Sebby]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Si tu savais ... [PV Sebby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» VOLDEMORT SI TU SAVAIS TES HORCRUXES TES HORCRUXES VOLDEMORT SI TU SAVAIS TES HORCRUXES OU ON SE LES METS !!!!
» Je savais que tu allais aimer! Feat Xia Min ♥
» Tu savais que les dauphins sont en fait des requins gay ? - Gabriel N. Owlens
» Je savais bien que tu finirais par me trouver. {PV les élus}
» NAHEE ~ Tu savais que les dauphins sont en fait des requins gay ?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Butler :: RPs abandonnés / terminés-