AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Les Petites Mains rament loin derrière. » - [P.V. Morgane Asmodée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Phineas J. Addams
avatar
Fallen Shadow



Messages : 18
Date d'inscription : 19/05/2012
Age : 25
Localisation : Dans le doute

MessageSujet: « Les Petites Mains rament loin derrière. » - [P.V. Morgane Asmodée]   Jeu 5 Juil - 10:29



Nouvel Employé
Une venue pas appréciée de tous

Pendant que les esprits étaient pour le moins agités dans la grande demeure des Addams, le temps lui était tout à fait honorable. Pas un nuage ne se dessinait à l’horizon, et l’on pouvait affirmer qu’une bonne journée allait sans doute s’annoncer. Sauf que la vieille Emily savait elle qu’elle aurait à supporter un nouveau conflit entre elle et Phineas J. Addams, son maître.
Tôt déjà, dès le réveil de son maître, il avait montré des signes de mauvaise humeur et ne s’était pas privé pour le lui faire remarquer. Bien que loin d’être dépensier, et même avare, il n’avait en fait pas les moyens de payer cette pauvre domestique. Mais elle s’en fichait pas mal, puisque de toute manière, elle vivait au manoir avec lui. Oui, dans ce grand manoir, il n’était que deux. Une aile du manoir en particulier n’avait pas été utilisée depuis bien longtemps, et quelques pièces avaient été laissées à l’abandon. L’âge d’Emily était le problème. Elle était beaucoup trop vieille pour faire tout toute seule, et Phineas avait bien du mal à le réaliser. Quelques semaines auparavant, ils avaient eu une forte dispute sur le sujet. Etant deux personnes au caractère bien fort, il ne pouvait se passer un moment sans que des éclats de voix résonnent de toute part.
Pour Phineas, il était hors de question d’embaucher un nouveau domestique ici, même si ses comptes le lui permettaient un peu plus. En fait, il était, au manoir, quelqu’un de très antipathique. En dehors il paraissait juste froid et distant, mais une fois chez lui, c’était un autre homme qui se montrait. C’était surement cette raison pour laquelle il ne voulait personne d’autre qu’Emily : il ne voulait pas que quelqu’un d’autre sache ses faiblesses. Combien de fois Emily avait du le rejoindre la nuit dans sa chambre pour calmer ses cauchemars de guerre ? Elle était sans doute l’une des seules à savoir au combien il avait souffert et il souffrait encore. Il lui avait fait promettre cependant de ne jamais révéler son plus profond secret.
Enfin, c’était bien beau de promettre ces choses-là, mais ça ne l’aidait pas pour faire tout le travail qu’il y avait. Et puis, elle était un peu nostalgique, et voulait que ce manoir retrouve sa beauté d’antan. C’est pourquoi, elle avait pris les choses en main : publier un article dans un journal était un jeu d’enfant quand on recherchait de la main d’œuvre. Il y était écrit qu’elle recherchait quelqu’un au plus vite pour ce travail, et qu’il vienne en ce jour, avec l’article de journal en question. Elle savait, c’était aujourd’hui qu’elle aurait enfin de l’aide et même si Phineas ne voulait de personne, et qu’il apprendrait tôt ou tard qu’elle lui avait désobéit, elle était certaine qu’il fallait qu’elle force les choses.


- Aujourd’hui je resterais au manoir, Emily, annonça de manière singulière Phineas, lisant le Times pendant qu’il buvait son café.

Emily fit mine de ne pas être étonnée, dodelinant de la tête. Ses plans tombaient à l’eau, s’il était ici ça serait encore plus dur pour accueillir la personne qui postulait pour être domestique avec elle. Phineas était dans la garde de la famille royale au palais de la reine, donc elle se demanda aussi pourquoi il n’allait pas travailler aujourd’hui. Le connaissant ça devait le frustrer de ne pas aller travailler, c’était une chose très importante pour lui.

- Besoin d’aide pour le bain ? , demanda la domestique, sachant qu’il avait un peu de mal avec sa blessure.
- Non, répondit-il doucement, refermant le journal et se levant, non je me débrouillerais. Tu as surement d’autres choses à faire.


Et il ne croyait pas si bien dire. Il la quitta pour aller s’occuper seul de sa toilette, laissant cette pauvre femme perplexe et anxieuse. Comment allait-elle faire pour ne pas qu’il comprenne tout de suite ses intentions s’il tombe sur le nouvel employé ici … enfin, rien n’est sûr, mais elle préfère quand même que les choses se passent en douceur pour une fois, et puis il serait quand même très gênant que la personne soit témoin d’une scène entre eux. Au moins il prendrait du temps à se préparer, ça lui permettra de prendre plus de temps à expliquer les choses. Sortant alors de la cuisine après avoir fait la vaisselle, elle alla prendre le linge propre et humide pour l’étendre dehors. Il faisait si beau.

- S’il croit que je vais rester vivante pendant encore cinquante années, il se met le doigt dans l’œil, je ne suis pas éternelle, fit-elle en prenant ses pinces à linge pour fixer les draps blancs sur l’étendoir.

Guettant de temps à autres l’entrée du manoir, une petite pointe d’excitation mêlé à de l’inquiétude vint la prendre. Qu’il était amusant de faire quelque chose d’interdit. A son âge, elle pouvait encore se permettre de céder à ce petit caprice non ? Une bourrasque de vent vint lui faire lâcher un mouchoir blanc, et ne voulant qu’il s’envole trop loin, elle se mit à courir derrière, mais des douleurs vint la faire ralentir. L’âge avait ses inconvénients …







Dernière édition par Phineas J. Addams le Lun 20 Aoû - 11:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: « Les Petites Mains rament loin derrière. » - [P.V. Morgane Asmodée]   Mar 24 Juil - 20:26

Les enfants s'ébattaient librement dans le parc, profitant de la fraîcheur procurée par l'ombre des arbres. Ils courraient se cacher entre les fourrés, ramassaient des fleurs et des herbes sauvages se bousculaient pour arriver les premiers auprès du marchand de glace...en un mot ils vivaient. Toute cette agitation se produisait sous l'oeil attendrit des parents qui en profitaient pour échanger les derniers potins. Une autre paire d'yeux scrutait attentivement tout ce petit monde qui semblait si heureux. Un rayon de soleil et tout le monde était dehors à profiter du beau temps...du calme et de la tranquillité..une belle bande d'imbécile !

Une brise légère fit s'envoler une mèche de cheveux blond qui chatouilla le nez de la demoiselle lui arrachant un sourire. Elle avait passé un bon moment ici, adossée contre le tronc de ce vieux chêne discutant avec Mélusine des personnes qui se trouvaient sous ses pieds. Sauf que bien entendu Mélusine ne lui avait pas répondu..elle n'était pas là. Ces personnes qui se prélassaient en évoquaient d'autres à une époque lointaine. Souvenirs bon à jeter.

Rajustant ses bracelets sur ses poignets elle se laissa glisser sur le sol pile devant un petit marmot qui arrivait en courant. Avec un doux sourire elle lui offrit une pomme rouge écarlate, rouge de la vie, rouge de la mort...ce que les enfants étaient naïfs..comme les Hommes. Enfin, elle n'avait pas le temps de voir le résultat de ses actions, son emploi du temps était plutôt serré en ce moment. Ce qui ne la dérangeait pas outre mesure, bien au contraire plus elle en faisait et mieux elle se sentait. Comprendre le monde ne l'intéressait pas, la seule chose comptant était de s'amuser, oublier...

Le rendez vous avait lieu dans une bonne heure. Ce qui lui laissait le temps de choisir, de réfléchir en marchant vers le lieu. Elle avait trouvé l'annonce dans le journal du matin, oui parce qu'elle ne lisait le journal que le matin et pas le soir. Le soir était réservé pour des activités beaucoup plus amusante que la lecture d'un torchon répétant toujours les mêmes choses. Guerre, peur, mort...d'un œil distrait elle avait observé la rubrique petites annonces et celle-ci lui avait plu. Sobre, simple, elle ne savait pas pourquoi elle tenait à se présenter à lui. Mais pourquoi pas ? Après tout personne ne connaissait cette étrange bâtisse ce qui faisait que les gens en parlaient énormément. Il est toujours bon de savoir ce qui se cache chez les personnes nous entourant. Après mûre réflexion, elle décida d'opter pour sa forme masculine. Elle passait souvent mieux auprès de ces êtres étranges.

Une ruelle déserte, quelques poubelles, endroit parfait. Une demoiselle y entra en courant, comme si elle poursuivait son animal perdu ou quelque chimère...et quelques seconde plus tard un charmant jeune homme en sortit. Blond aux yeux verts, il rajusta son tricorne, vérifia qu'il ne lui manquait aucun bouton à sa veste de militaire et s'avança d'un pas fringuant vers une nouvelle aventure pleine de promesse et de surprise. Non qu'il aimait servir les autres personnes mais c'était souvent la meilleure des façons pour obtenir leur confiance et pour en savoir le plus possible sur eux. De plus sous cette apparence il avait un caractère plus doux et réfléchi. Même si au fond de ses prunelles on pouvait toujours voir le danger roder. Rien ne s'efface jamais totalement...

Il était temps, une nouvelle rencontre, partie. Un sourire moqueur au coin des lèvres il s'avança dans la grande allée conduisant à l'imposante bâtisse. Le propriétaire devait être quelqu'un d'important pour habiter dans ce genre d'endroit..un endroit qui lui en rappelait un autre il y a bien longtemps de cela. Une cave, des chaînes, des inconnus...secouant la tête pour chasser ces idées noires il continua d'avancer lentement ses talons crissant légèrement sur les graviers. Sa tenue ne devait pas être adaptée à la circonstance...tant pis, il venait comme il était et s'il n'était pas servi il irait chercher ailleurs.

Léger bruit autour de lui, ce n'était pas le vent soufflant dans les feuilles, ni même les petites abeilles qui butinaient paisiblement les fleurs du jardin. Non c'était autre chose...le pas tranquille se changea en petit trop pour très vite se transformer en galop effréné. Après un magnifique dérapage qui fit voler tout les cailloux se trouvant auprès de lui il se retrouva un genou sur le sol tenant du bout des doigts un petit mouchoir blanc qu'il avait juste eu le temps de rattraper. Zut le pantalon noir...bon et bien cette histoire semblait mal partie en fait. Souriant allègrement il chuchota d'une voix douce.

« Mélusine...je le savais que c'était une mauvaise idée. Tu vois il m'arrive d'avoir raison... »

Relevant les yeux, il s'aperçut qu'il n'était plus seul. Une petite femme assez étrange qui trottinait..enfin c'est le mot qui semble convenir le mieux même s'il est difficile de dire ce qu'elle faisait exactement. Serait-ce elle la propriétaire des lieux ? Où alors une domestique ? Où bien il s'agissait d'un endroit où vivaient exclusivement des personnes âgées. Il avait entendu que, quelque part dans le monde cela existait...

Toujours un genou à terre, il se contenta de tourner la tête vers l'inconnue en la fixant poliment. De part son statut ce n'était pas à lui de parler en premier. Surtout s'il s'agissait de la maîtresse des lieux et qu'il était sur sa propriété.
Revenir en haut Aller en bas
Phineas J. Addams
avatar
Fallen Shadow



Messages : 18
Date d'inscription : 19/05/2012
Age : 25
Localisation : Dans le doute

MessageSujet: Re: « Les Petites Mains rament loin derrière. » - [P.V. Morgane Asmodée]   Sam 27 Oct - 18:55


Les Foudres de la Tempête



Bien qu’il ne lui était pas aisé de courir, tant elle sentait ses membres inférieurs lui demander d’arrêter, et que sa respiration devenait courte, la vieille Emily n’en était pas au point d’être aveugle. Arrivant vers une allée du jardin, un jeune homme apparut presque de nulle part devant ses petits yeux. Elle continua d’avancer, le rejoignant alors, voyant qu’il avait rattrapé le mouchoir blanc qu’elle avait laissé s’envoler sans pouvoir l’arrêter. Contente d’apprendre qu’elle n’aurait pas à le relaver, elle sourit à l’étranger comme le ferait une mère à son enfant qui lui aurait rendu service. Elle soufflait fortement, après avoir essayé de courir comme à ses vingt ans.

- Saleté de vent ! Je pensais qu’il s’était levé pour m’aider à sécher le linge, et voilà qu’il cherche à me tuer ! On dirait mon maître… tous pareil ! , vint s’écrier la domestique, tout en restant souriante, Allons bon, qu’est-ce que vous êtes venu faire par ici mon p’tit ?, demanda-t-elle finalement, venant récupérer le mouchoir.

En baissant les yeux, elle vit qu’il avait taché son pantalon blanc, et s’en trouva fort désolée pour lui. C’était sa faute s’il avait du rattraper le mouchoir, mais ce n’était pas vraiment l’apparence qui importe, même si ce jeune homme avait l’air d’être bien bâti, même si son regard vert la trouble pendant un bref instant. Dans sa petite tête, elle réfléchit, oui, qu’est-ce qu’un garçon comme lui peut-il bien faire dans une grande demeure comme celle-ci, et dans le jardin. Phineas n’avait parlé de personne à recevoir. D’un seul coup, son sourire s’élargit.

- Ah mais j’y pense ! Vous êtes là pour l’annonce, c’est ça ?, lance-t-elle, comme si elle venait de trouver un trésor. Aussitôt, elle se hâte de se retourner, surveillant le manoir d’un œil soupçonneux, si vous saviez depuis combien de temps j’attends une réponse ! Mais chut, suivez moi, nous pourrons parler de ça dans la cuisine. Et on verra pour arranger votre pantalon.

Aussi vieille qu’elle puisse paraître, dans son esprit elle n’a pas pris une ride, et aussitôt vient lui adresser un clin d’œil malicieux. Aussitôt dis, aussitôt fait. Elle vient se tourner pour rentrer au manoir, certain qu’il la suivra. Pourtant intérieurement, une inquiétude grandit. L’inquiétude de se faire prendre quand on fait une bêtise, mais ça lui donne tellement d’adrénaline qu’elle en sourit, pour le moment contente d’avoir enfin un invité, et qui sait, peut-être qu’elle pourra l’employer pour l’aider. Rien qu’à cette pensée elle se sent prête à reconstruire le manoir dans son intégrité. Et pourtant, il y a du boulot en ce qui concerne l’aile Ouest, complètement délabré. D’un pas plus rapide qu’à l’ordinaire, elle vient retourner une nouvelle fois dans sa cuisine, venant près des fourneaux.

- Vous avez faim ? Allez, je suis sûr qu’un chocolat vous fera du bien !, lui adresse-t-il en venant prendre un bol dans un placard. Décidément, rien ne l’arrêtera …

Et pourtant, elle entend des pas dans le couloir s’approcher. Des bruits de bottes, de quelqu’un qui boîte. Hélas, elle est sur le point de faire venir la tempête, en ayant cherché à semer le vent. Venant fermer la porte doucement, une main puissante vient la stopper dans son entreprise. Phineas apparait, repoussant la porte, et regardant Emily d’un air déconcerté.

En chemise et pantalon, fraîchement lavé, il ne tarde pas à relever les yeux, pourtant, pour voir le jeune homme dont on ne sait pas encore le nom, et son regard noir semble vouloir le fusiller. Un homme intrus s’est invité sur son territoire. Regardant à nouveau Emily, on sait d’avance que c’est sur elle que les éclairs vont tomber. Elle se recule, ne baissant aucunement la tête, prête à faire front. Et pourtant, c’est vers l’étranger que se tourne Phineas, l’air menaçant.


- Peut-on savoir qui vous êtes ?, laisse-t-il échapper froidement à son adresse.


HRP : J'avais perdu de vu le forum et ce rp, sorry. Mais je me suis remis, et je suis en vacances donc.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Les Petites Mains rament loin derrière. » - [P.V. Morgane Asmodée]   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Les Petites Mains rament loin derrière. » - [P.V. Morgane Asmodée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» oulan bator
» Froids sont les mains, les os et les cœurs.  Froids sont les voyageurs loin de leurs demeures. + (ISABEAU)
» 112 mains serrées—Fanfic by Sacchan AKHTS!
» OH CONS SEYE ELEC TORO ! VOTRE 12 JANVIER N'EST PAS LOIN !
» tant que les secrets sont entre de bonnes mains [Sébastien]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Butler :: RPs abandonnés / terminés-