AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Eden A. Pendragon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Raven Knight
Lost in the Shadow



Messages : 1
Date d'inscription : 25/12/2012

MessageSujet: Eden A. Pendragon   Mar 25 Déc - 11:33


« Être venu au monde, c'est cela mon crime »

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Eden A. Pendragon

» Feat. Est Rinaudo © Wand of Fortune


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
» Nom : Pendragon
» Prénom : Eden Aaron
» Nationalité : Anglaise
» Âge : 15 ans
» Sexe : Masculin
» Date de naissance : Le 7 décembre 1877
» Race : Démon
» Rôle dans la société : Noble
» Sexualité : Hétérosexuelle

» Aime : Le calme, la solitude et l'isolement qui sont souvent perturbés par d'autres individus, la lecture, être loin des humains.
» Déteste : La foule et les réunions ennuyantes des nobles, les anges (hormis sa cousine Ruby), qu'on lui dise qu'il est mignon, qu'on s'en prenne aux personnes qu'il apprécie (bien qu'elles soient peu nombreuses).
» Autres détails : Les marques sur son corps sont le signe de sa malédiction, qu'Eden essaye de camoufler le plus possible, bien qu'elles apparaissent souvent sans qu'il le demande. (voir physique et histoire)

« Lost in the Shadow »



Your Character
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Moi, mon caractère ? Pour commencer, et on le remarque très rapidement, je suis de nature calme, voire extrêmement calme. Rien ne me perturbe, du moins j’essaye de ne pas me faire perturber. Vous devez sûrement vous dire que, pour un gamin de mon âge, je suis bien assagi … Mais j’ai ce tempérament car je ne suis plus humain. De plus, je suis pour le moins bien débrouillard, étant donné que maintenant je n’ai plus de famille, hormis ma cousine. J’ai appris à me débrouiller seul, n’ayant jamais eu l’envie ou le besoin d’avoir des domestiques. Oui, c’est là la particularité lorsque vous pénétrez dans ma demeure. Jamais vous ne verrez de domestiques, non. Je n’en vois là aucune utilité.

Je suis, de plus, très sauvage. Oui, je n’aime pas le monde, en particulier les humains. Ils me répugnent plus que tout. A vrai dire, je ne sais pas vraiment pourquoi je ne les aime pas … C’est sûrement la cause d’avoir été dégouté d’être, à l’époque, un humain. Mais ce n’est pas une question à laquelle il faut absolument que je trouve une réponse, je m’en fiche complètement à dire vrai. Pour continuer sur le fait que je sois solitaire, oui j’aime être seul, au calme. Bien que je sois souvent dérangé sois par des visites ‘surprises’ de ma très chère cousine. Mais je préfère tout de même être dérangé par elle que par d’autres individus, qui qu’ils soient.

Que puis-je dire d’autre ? Je suis souvent froid avec les autres, en particulier avec les autres personnes de la noblesse. Je n’ai jamais voulu faire partie de cette part de la société, je ne vois donc pas pourquoi je devrais être gentil et compréhensif avec eux. Ils sont si puérils et futiles, je ne les aime pas. Je n’aime personne de toute façon, je ne sais pas ce que ça veut dire « aimer ». Mais je ne cherche pas non plus à le savoir, l’amour n’est qu’un fardeau.

Pour votre gouverne, vous pourrez même le remarquer, mais je ne souris jamais. Je ne vois pas là l’usage de cela. Sourire, est synonyme de gaieté et de bonheur, non ? Ce n’est donc pas pour moi. Je ne suis pas « heureux », je ne l’ai jamais été, et je ne le serai jamais. Et je me porte très bien ainsi, donc ne prenez pas pitié de moi. Je déteste ça.

Même si je peux paraître froid et sans cœur, je suis tout de même de nature timide. Alors que je ne le veuille jamais, je rougis très facilement, que ce soit lorsqu’on me complimente, ou autres. Je suis aussi mal à l’aise face à des preuves d’affection, comme des câlins ou des baisers. Je n’en ai que très rarement, mais je trouve cela très gênant, voilà tout. Je n’aime pas cette facette de ma personnalité, c’est en quelque sorte une « faiblesse ». Je déteste paraître faible, c’est pour cela que j’essaye de ne jamais aborder de sujets qui pourrait nuire à la facette que je montre. Celle d’un gamin froid, avec un cœur de pierre, et qui n’a de sentiments pour personne. Qu’on apprécie ou pas mon caractère, je m’en contre-fiche. Je ne suis pas né pour plaire aux autres.


Your Physique
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Sachez avant tout que le physique n’est qu’une couverture. Une sorte de carapace que chacun met en valeur ou non. Pour ma part, ce n’est qu’une futilité, bien que déteste particulièrement le fait que je sois « mignon ». Non, ce n’est pas une conclusion que je me suis fait moi-même, c’est juste qu’à entendre cela tout le temps, je m’en suis fait une raison. Bien que je déteste que l’on me dise cela.

Pour commencer, et à mon plus grand regret, je ne suis pas bien grand. Et maintenant que je suis devenu un être immortel et sans âme, je ne vais plus pouvoir grandir. Cela me désolé énormément, mais je me dis qu’il faut que je me fasse à cette idée. Ensuite, mon corps, en plus d’être petit, est plutôt frêle, et paraît fragile. Ma peau est plutôt pâle, me donnant un air encore plus froid que je veux montrer. Mes cheveux, d’une couleur bleue foncé contrasté avec du gris, sont coupés courts, m’arrivant en bas de la nuque. Du côté gauche mon visage, je laisse tomber une grosse mèche de ceux-ci, et du côté droit, je les attache avec deux barrettes argentées. Mon visage, ayant toujours cette pâleur, paraît enfantin, avec ces traits plutôt arrondis et fins. Mes yeux, d’une couleur émeraude, sont, comme disent beaucoup de personnes, profonds, et traduisent chaque émotion que je ressens. Cependant, et ça j’essaye de le montrer à personne, ces yeux peuvent changer pour prendre une teinte rosée, devenant luisants et sans émotions. Cela arrive lorsque je me mets en colère, où que sans que je le veuille, les marques de ma malédiction apparaissent. (voir histoire).

Pour ce qui est du vestimentaire, il faut dire que je ne cherche pas la perfection. Disons qu’on me voit le plus souvent vêtu d’une grande veste, avec des parures dorées et argentées. De couleur blanche principalement, elle est plutôt longue, m’arrivant au milieu des cuisses. Des sortes d’épaulières ornent cette veste, étant bleues et surmontées de parures dorées. Les manches, étant quelque peu bouffées, sont de couleur blanche, pour finir bleues au niveau du poignet. Sous cette veste, je mets un veston blanc, avec les bordures bleues, le col du vêtement me remontant jusqu’en haut du cou. Sous ce veston, un vêtement de couleur sombre, le col me remontant également jusqu’en haut du cou, auquel je rajoute par-dessus une ceinture bleue ornée de parures dorées. Je porte un short blanc, m’arrivant tout juste au-dessus des genoux. Pour ce qui est des chaussures, ce sont des bottes de couleur noires, donnant l’aspect d’un collant, et qui remonte jusqu’aux cuisses. Pour en finir avec ma tenue, je porte également des gants noirs, très fins, que j’enlève très rarement.

Pour ce qui est de l’apparence que je laisse montrer aux autres, c’est cela. Seulement, j’ai une autre apparence que je n’aime pas, voire que je déteste plus que tout. Celle qui m’a été obligée, que je n’ai pas voulue. Je ne parle pas de mon apparence de démon, celle-ci, je préfère la garder pour moi. Non, je parle de l’apparence que ma malédiction me donne, des traces laissées par cette dernière sur mon corps. Cette maudite malédiction m’a laissée des marques, oui. Des marques qui apparaissent souvent et sans que je le veuille vraiment. Voilà pourquoi je me vêtis vraiment de la tête aux pieds, mon visage étant la seule partie de mon corps découverte. Ces marques, elles ornent mon corps, entièrement. Elles partent de ma tête pour finir jusqu’à mes pieds, passant par les bras, les mains. Lorsqu’elles apparaissent, elles sont le plus souvent de couleur violette, ne passant pas inaperçues. Mais malheureusement pour moi, elles apparaissent lorsque mes émotions changent, par exemple quand je suis en colère, ou que la peur m’envahit. Là, elles sont teintées d’un rouge vif, mais heureusement pour moi, cela n’arrive guère souvent. Cette partie de mon physique, je la hais, mais je dois vivre avec, et ne la montrer à aucune personne. Jamais.


Your Story
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

« - Ne t’en fais pas mon cousin, ça ira, on vivra heureux, toi et moi. On sera une famille. »

Je naquis le 7 décembre de l’année 1877, dans une famille aisée, faisant partie de la noblesse anglaise. Notre famille était réputée comme informatrice, sachant tout ce qui se passe à Londres, par qui, pourquoi, comment … N’ayant jamais connu d’échec, ou de chute de rang, mon père, je l’admirais. Ma mère, je ne l’ai jamais connu, elle avait « disparue ». En grandissant, j’essayai d’en savoir plus sur ma mère, seulement, mon père n’a jamais voulu m’en dire plus. Personne, dans la maison, les domestiques, ne savaient. Personne, mis à part mon père. A force que les années passaient, je commençais à le craindre. Ils savaient tout, mais ne voulait jamais rien dire, gardant les plus grands secrets pour lui, même lorsque cela me concernait. « - Tu en sais déjà bien assez, tais-toi donc maintenant. » Me répétait-il sans cesse. Je ne l’admirais plus, je commençais peu à peu à le détester, jusqu’à le haïr profondément en devant plus vieux.

Un jour, alors qu’une personne que je n’avais jamais vue était de passage à la maison, je surpris l’une des conversations de ce dernier, avec mon père. Ils parlaient de choses que j’avais du mal à imaginer, c’était étrange. Je ne comprenais pas bien tout ce qu’ils se disaient, les seuls mots que je perçu étaient « démon », « hybride », « fardeau » … De quoi pouvaient-ils bien parler ? Employer ces termes, de nos jours, était tout bonnement insensé, c’était … Incompréhensible. Je ne m’attardai pas sur ce détail, même si tout cela me faisait longuement réfléchir. J’aurais voulu en parler avec mon père, mais vu comment il était, d’une cela aurait été impossible, et de deux, il ne m’aurait jamais rien dit. Mais le fait qu’il parlait de cela avec une personne inconnue pour moi, était tout ce qu’il y avait de plus étrange.

Les années passèrent, je grandissais, mais à ma plus grande surprise et mon incompréhension, mon père lui, ne vieillissait pas. Pourquoi ? Normalement, à mesure que les années passent, on prend de l’âge, on vieillit. Mais lui, rien n’avait changé, depuis que j’étais petit, il avait été toujours le même. Quand je lui demandais son âge, il ne me répondait pas, c’était pour cela que je ne pouvais déterminer sa durée de vie. Pourquoi avais-je un père tel que lui ? Je ne pouvais pas avoir un père normal, qui vieillit, qui aime son unique enfant ? Plus les années passaient, et plus j’avais l’impression qu’il ne m’aimait pas, que j’étais plus un fardeau qu’un fils pour lui. Cela, ça me faisait mal, mais cette douleur n’était qu’éphémère. Après tout, s’il me détestait, il n’avait qu’à mettre fin à ma vie, rien de plus.

Vint le jour où je rencontrai ma cousine. Oui, j’avais une cousine, et avant ce jour, je ne le savais pas. Comme quoi mon père me cachait les choses les plus importantes. Ruby Lizbeth Lightwallen, ma très chère et tendre cousine. Elle avait à peu près le même âge que moi, un an de moins si j’avais bien compris. Elle était très charmante, toujours souriante, ce fut grâce à elle que je m’étais fait une nouvelle raison de vivre. Comparé à moi, elle vivait bien, étant aimée de ces parents, contrairement à moi. Je me demandais juste, pourquoi mon père m’avait-il caché le fait que j’avais une cousine ? Je ne voyais rien de mal en cela, vraiment. Il était tout bonnement horrible, ce père. C’est alors qu’en voyant le père de Ruby, je reconnu la personne avec qui mon père parlait la dernière fois. Après une discussion avec cet oncle caché jusqu’à lors, j’appris qu’il était le frère de mon père. J’étais ravi, enfin je voyais une partie de ma famille, bien que je ne la connaisse pas plus que cela.

Un an passa. Je recommençais peu à peu à « vivre » vraiment, tout ça grâce à Ruby. Seulement, ce que j’appris par la suite, ce qu’il se passa … Mis fin à cette vie que je m’accordais enfin.
7 décembre 1891. C’était le jour de mes 15 ans, ce devait être une journée gaie. Seulement, je me réveillai dans un endroit qui n’était pas ma chambre. Une cage. Une cage … Comment ?! C’est dans un sursaut que je compris cela, il faisait sombre, je ne voyais presque rien. Hormis mon père, se tenant devant moi. Aucun mot n’arrivait à sortir de ma bouche tellement j’étais dans l’incompréhension. Avait-il enfin décidé de m’ôter la vie ? Alors que j’essayais de calmer mon esprit tourmenté, je vis s’éclairer la salle, apercevant deux personnes au fond. Le père de Ruby. Que faisait-il là ? Que faisais-je ici également ? Je ne comprenais rien. Tout s’embrouilla dans ma tête, à tel point que ma vision se brouillait. Soudain, je ressenti une force sans égale s’emparer de moi, me faisant souffrir comme je n’avais jamais souffert jusqu’à maintenant. Cette sensation d’être contrôlé, de sentir son corps se contracter sous des brûlures atroces, hurler jusqu’à en perdre la voix … C’était tout juste horrible. Malgré les cris de douleurs et les hurlements que j’émettais, j’entendis les paroles qu’échangeaient mon père et son frère, tous les deux n’ayant aucune pitié à mon égard.

« - Il n’aurait jamais dû venir au monde, un tel être ne peut être toléré dans notre famille, mon frère. »
« - Un hybride, c’est tout bonnement monstrueux pour une famille de notre envergure. C’est un fardeau. »
« - C’est pour cela qu’il faut que je lui ôte toute humanité, toute « vie ». Faisons taire ses émotions. »
« - Et ainsi la part démoniaque déjà présente en lui se fera encore plus grande, jusqu’à ronger totalement son esprit. Ainsi il renaîtra démon.»
« - Soit maudit, mon fils. »

Malgré la douleur que je ressentais, je compris alors. C’était de moi qu’ils parlaient la fois où j’avais surpris cette conversation … C’était pour cela qu’au fur et à mesure des années, mon père me détestait de plus en plus … Pourquoi le sort s’acharna sur moi ? J’étais pur, et innocent, mais pas assez pour ma famille apparemment.

J’aurais voulu que tout cela soit un cauchemar, rien de plus, seulement … c’était bien la réalité. Je me réveillai, n’ayant même pas le souvenir de m’être endormi ou évanoui, même après tout ce qui venait de m’arriver. J’étais couvert de marques sur mon corps, celles-ci étant violettes. J’étais chez moi. Mais seulement, j’étais seul. Aucun bruit, personne. Pas de domestiques … ni mon père. Je ne comprenais pas, tout ce qui se passait, ce qu’il m’arrivait … La seule chose que je compris, c’était que j’étais bel et bien mort. En fin de compte, mon père m’avait tout de même ôté la vie … d’un point de vue. J’étais encore « vivant », mais pas comme avant. Ma part d’humanité s’était envolée, pour laisser part à un être sans âme, et immortel. J’étais devenu un démon. Maintenant, j’en étais conscient. Et je fus sûr de cela lorsque Ruby me l’avoua d’elle-même. Elle, elle avait toujours su depuis le début ce que j’étais. Elle m’avait parlé des marques visibles sur mon corps, qui étaient non plus ni moins que les signes de ma malédiction. J’étais maudit, j’étais un démon. Elle m’avait également confié que notre famille, depuis des générations, n’était faite que d’êtres angéliques. Et ma venue au monde avait contrariée, à nouveau, tout cela. C’était pour cela qu’il avait fallu que je devienne l’une de ces créatures, étant mi-humain mi-démon, je ne pouvais devenir ange. Ruby, elle était un ange, moi j’étais maintenant un démon. J'appris également que mon oncle était ange, et que mon père, lui, était devenu démon. Pourquoi ? Car il aurait trahit la famille en vendant des informations confidentielles à des démons, les ennemis. A ce moment-là, il fut déchu du rang angélique, pour passer du côté des êtres mangeurs d’âmes. D’après ce que je pouvais savoir de ces créatures inhumaines, les démons et les anges ne pouvaient pas s’entendre, et cela depuis des lustres.

Mais notre famille contournait ces dires ancestraux, et dès lors, je me suis promis de ne jamais détester ma chère cousine. Jamais.

Depuis, je "vis" au jour le jour, étant désormais à la tête de la famille Pendragon, je prenais tout en charge. Nul besoin de personne pour m'aider ou me tenir compagnie, je devenais de plus en plus froid à cause de ma réelle nature. Malgré le fait que je sois un démon, je me nourrissais d'âme que rarement, l'idée de tuer des humains m'était complètement hostiles, bien que je les détestais. Cette "nouvelle vie" me suffisait.



Behind the Mask
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Sinon, c'est quoi ton ptit' nom ? A vous de voir ~
Et t'as quel âge ? J'ai oublié '-'
Ah je vois, et sinon tu fais quoi à par le net ? Bah ... rien ;0 *sort*
Ça fait longtemps que tu fais du RP ? Ouaaaaaaai *-* plus d'un an
Et au fait, tu l'a trouvé comment le forum ? Je suis pas obligé de le dire (:
Et tu le trouve comment ? ~~
As-tu lu le règlement ? Valid' by Doll
Bon sinon, autre chose à dire ? Je suis un schtroumph et je m'auto-valide '-' *out* Oui c'est un admin qui parle ~


© Codage by Doll pour London Butler - Tout plagiat partiel ou complet est interdit.






[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Eden A. Pendragon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» La Dernière Campagne Pendragon Illustrée
» Nouvel Eden
» Une journée éprouvante [PV Eden]
» Mickaël Eden
» Dimitri Payet (by Eden-Hazard)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Butler :: Vieux sujets-