AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le rouge sanglant ne sied qu'à vos yeux. [Alexandra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sebastian Michaëlis
avatar
Black Butler



Messages : 12
Date d'inscription : 17/05/2013
Localisation : Aux côtés de mon jeune maître

MessageSujet: Le rouge sanglant ne sied qu'à vos yeux. [Alexandra]   Mer 19 Juin - 19:38

La brise était fraîche en cette fin de soirée, douce atmosphère vide et froide alors que seules quelques personnes traînaient encore en ville. La plus part n’étaient ici que pour allumer les lampadaires, réajustant le niveau de l’huile afin que les visiteurs nocturnes ne se perdent pas dans l’obscurité morbide de Londres. Le soleil était bien bas et la lune commençait peu à peu à prendre place et la lumière orangée mua en une atmosphère bleutée.

Que faisais-je en ville à cette heure-ci, alors que toutes les boutiques avaient fermé leurs portes depuis une bonne heure selon ma montre à gousset ? Oh, rien de spécial, j’exécutais seulement un ordre de mon bien aimé maître.

Ce dernier venait de recevoir une missive de notre très chère Reine. Je savais le contenu bien avant lui et j’avais donc anticipé ayant rassemblés quelques informations sur le sujet, mais rien de très concret, voilà pourquoi il m’avait envoyé ici, sur les lieux des crimes, une nouvelle fois, morbides. Ces derniers, de ce que je sais, était orchestrés par un maître un déguisement, se faisant passer pour la police ou bien un mendiant, voir une vieille dame, il s’infiltrait courtoisement chez ses victimes, bien que certaines aient étaient retrouvée dans une ruelle sombre. Il ne les tuait pas proprement parlé, cependant, sa méthode de procéder était simple, il annihilait l’un des cinq sens de l’homme. Cela résultait à une découverte macabre d’une langue sanguinolente, d’une main coupée et perfide, d’une oreille ou deux semblable à une tranche de jambon, d’un œil ou deux soit réduit en soupe ou énuclés, pour finir à des narines découpées pour donner un visage plat au nez inexistant. La plus part des victimes mourraient bien sûr d’hémorragie, la médecine n’était pas assez avancée, mais parfois, ils avaient le temps d’établir un portrait du suspect pour les moins amochés d’entre eux. Encore un fou en liberté, sûrement un mordu de sorcellerie ou quoi que ce soit d’autre à en jugé par les donnée que j’avais pu extorquées à Scotland Yard. La classe sociale était indécise, bien que ceci touchait le plus souvent les bourgeois, mais seuls les femmes supposées vierges ou tout du moins pas encore mères étaient attaquées. Suivant leurs prénoms, on pouvait voir qu’il tuait dans l’ordre anti-alphabétique, rappelant vaguement certaines œuvres d’horreurs romanesques. Que l’humain est influençable…

Je me trouvais donc là, parcourant les ruelles habitées de ce district si bruyant en journée. Pourtant, aucun bruit ne se faisait entendre, je pouvais entendre seulement l’écho de mes pas tandis que je quittais la ruelle pour passer devant l’Opéra, merveille d’architecture humaine. J’étais déjà passé chez certaines victimes et leur famille me répondait toujours la même chose, leur hôte à tué mais rien volé. Preuve même que ce dernier est un psychopathe féru de sorcellerie, faisant cela sûrement pour récolter le sang de ces jeunes vierge afin de faire la pierre philosophale ou quelque chose ainsi, ou bien pour s’attirer les bonnes grâce d’un démon, c’était également un bon moyen, mais je trouvais sa manière de procéder, légèrement ridicule, m’enfin.

Je me concentrait plutôt sur le fait que ce dernier était un as du déguisement, fixant l’opéra, je savais que certains artistes portaient bien les costumes de scène et sachant que les lieux des meurtres et la bâtisse étaient ridiculement proche, il y avait beaucoup de chance que l’assassin se terre ici…


PS : Voilà voilà chère Lady ~ J'espère que ceci vous conviendra, veuillez me pardonner pour ces détails quelques peu sanglants cependant.