AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The thorn of the death (Willy ^-^) [YAOI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: The thorn of the death (Willy ^-^) [YAOI]   Mar 10 Avr - 3:06

Il faisait nuit, une si douce nuit, l'air était bon, doux près de la tamise. La lune, pleine, était bien levé dans le ciel couleur encre teinter de petites lumières brillantes et douce, appelé communément étoile. Il était bon, si bon de se balader ainsi dans le silence et le calme apaisant de ce lieu. Alan, oui, Alan était cette personne, ce petit être se distinguant de tout qui vagabondait ici.

Cela lui faisait le plus grand bien, car depuis bien longtemps il n'était pas sortit. Il ne voyait quasiment plus personne. N'allait d'ailleurs plus à son 'travaille' de Shinigami. La maladie orpheline qu'il avait l'obligeait à rester cloitrer dans son lit. Ses nombreuses attaquent ou d'autre symptôme d'autant plus grave majoritairement ne le permettait pas de sortir, le jour, ou d'aller faire quelque chose d'important.

C'est pour ça qu'il profitait, ainsi, de la tamise, quand tout Londres était assoupie, et que plus rien ne bougeait. Enfin, plus rien, façon de parler bien entendu. En voulant s'approcher il sentit une présence l'observer, l'épier. Il n'avait pas peur. Je ne l'ai sans doute pas dit. Mais, malgré le fait qu'il soit hypersensible à chaque fois qu'il retire la vie à quelqu'un, il n'a pas peur.

C'est le seul sentiment qu'il a su en un millier d'année environs totalement éradiqué, ou presque. Il a peur de chose, de choses banal voir ridicule pour vous, mais il en est tout de même effrayé. Bref. Il continu, doucement, sa route, et maintenant il entend des pas, des pas assuré, il ne sait toujours pas qui est dans son dos, et d'ailleurs ne veut pas savoir. Il à sa faux bien contre lui, au cas où, et il commence à être légèrement angoissé.

Tout s'arrête au bout d'une demi-heure. Soupirant de soulagement, il s'assied au bord de l'eau, retire ses chaussures, ses chaussettes et plonge doucement ses petits pieds fin dans l'eau gelé. On a pas le droit ? Et alors, il n'en a que faire. Personne ne viendra pour l'arrêter. Ni policier, ni démon, ni ange, ni humain, ni shinigami … Du moins il l'espère de tout son cœur. Pour le moment, il ne sent rien, aucun danger a proprement parler, en confiance il se met même à fredonner un petit air simple.

«Ima mo sora de kagayaku
Shinda hoshi no kioku
Itsuka ore mo dare ka no
Hikari ni naritai

Nagai tabi wo tsuzuketekita
Kodoku na kage Hikizuri

Tatta hitori umareochite
Mata hitori de Shindeku
Sore ga sadame na no ni
Namida ga deru no wa naze ?»
Une larme, doucement, vient se glisser au coin de son œil, rouler délicatement le long de sa joue, et terminer son chemin près de ses lèvres, tombant de son menton jusque dans l'eau. Il se rappelle, pense, nostalgie, adolescence, amour envolé, cœur en miette, solitude. Et les perles commencent à afflué. Il pleure, mais ne fait aucun bruit. Il est mais n'est plus. Il sourit doucement, relève la tête face au étoile et murmure.

«Un jour moi aussi … Je deviendrai l'une de ses lumières … Et je veillerai à jamais sur toi … Mon Eric ...»
Il sentit, de nouveau, cette même personne la regarder, et il se mit à trembler légèrement, elle était proche, pas trop, mais elle l'était tout de même. Il n'osait tourner le regard. Et doucement, en se calmant encore, il se remit à chanter. Seule manière pour cet pauvre petite âme solitaire en ces lieux de s'exprimer clairement, ouvertement, sans gêne, chanter, seul moyen d'extérioriser tout ses sentiments refoulé, tout ce qu'il avait caché, tout au fond de lui.

«Omae to itami wo
Wakeaeru nara
Donna tsumi mo Okasou
Omae ga shindara
Koori no hoho ni
Ichido dake KISS shite ...»
Il ne put, malheureusement ou pas, continuer, car si non, il allait faire bien trop de bruit en pleurant. Oui, il est hypersensible. Ses pieds a présent était totalement gelé par l'eau glacé, mais il n'en avait que faire. Il restait là, à verser des larmes quasiment inutile.


[HRPG : … Je dis, chapeau à la personne qui aura le courage de répondre à mon rp tellement déprimant que j'en pleure 8D Oui, je suis la dépressive officielle du forum et after une nuit blanche, écrire un rp, avec le personnage de Alan, à 5h du matin, c'est pas spécialement joyeux … Et pardon si pour vous il est petit mais avec mon cerveau c'est tout ce que je peux sortir d'à peu près cohérent T.T]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: The thorn of the death (Willy ^-^) [YAOI]   Mar 10 Avr - 12:41

Face à l’Humain qui essayait vainement d’attirer ses faveurs, William retint de lâcher un soupir d’exaspération. Ils étaient pratiquement tous les mêmes lorsqu’ils étaient au bord de la Mort, à supplier la première personne venue de les aider, de les sauver. Sauf qu’à chaque fois, il faisait exactement le contraire. Sans le moindre remord d’ailleurs. A quoi bon ? Pour un Shinigami si tuer posait problème…Ce serait un problème. –Non je ne me répète pas .- Quoiqu’il en soit, alors que son ‘interlocuteur’ était en train de gaspiller inutilement sa salive, le brun attendait tranquillement que l’heure de sa mort n’arrive, prêtant plus attention à sa montre qu’à autre chose. Ce ne fût que lorsqu’il lâcha son dernier souffle que le superviseur porta enfin entièrement son attention sur la personne. Il allait enfin pouvoir intervenir.

S’occupant donc de sa lanterne cinématique, l’analysant afin de voir si il pouvait ou non être utile au monde, le brun pris la décision de faucher son âme après mûre réflexion. Les personnes qu’il fallait sauver étaient quasiment…Inexistantes, et cet Humain n’en faisait pas partie. Tant pis pour lui. Retirant donc la Faux du corps, un peu trop vite même, le Faucheur arriva à mettre quelques gouttes de sang su sa précieuse chemise immaculée – du moins qui l’était quelques instants auparavant-. Haussant un sourcil, il toisa la dite tâche d’un regard noir, espérant peut-être vainement lui faire peur et arriver à la faire bouger de là. Bien évidemment, rien n’y fit, elle persista et resta sur sa chemise, comme pour le narguer. Non mais pour qui elle se prenait ?

Enfin, même si le sort de sa chemise lui importait plus que ce qui était arrivé à l’homme devant lui, il fallait quand même qu’il sorte du bâtiment, avant que quelqu’un d’autre ne décide de se pointer et de faire tout un foin en le voyant. Ce ne fût qu’en étant dehors qu’il remarqua que la nuit était déjà tombée. Tsk. Une fois de plus il ne terminerait pas à l’heure. Surtout qu’il fallait encore qu’il aille faucher une âme près de la Tamise. Quelqu’un allait se noyer, et il tenait à s’occuper de son cas assez vite, n’ayant pas la moindre envie de mettre ne serait-ce qu’un pied dans l’eau. Regardant une nouvelle fois sa montre , il remonta ses lunettes avant de se mettre en marche. Après tout il n’était pas si loin que ça.

Ceci dit, alors qu’il était sur son chemin, il sentit une autre présence non –humain non loin. Un Shinigami certainement. Tiens, un de ses homologues était encore en mission ? Pourtant il n’avait pas l’impression d’avoir envoyé quelqu’un d’autre dans les parages. Intrigué, il se dirigea donc vers cette odeur et ne tarda pas à tomber sur la personne qu’il cherchait. Il s’agissait d’Alan Humphries, un de ses subordonnés s’il se fiait à sa taille. Ce qu’il faisait là ? Il n’en avait pas la moindre idée. Il resta quelques instants à l’observer, avant de se rappeler qu’il n’avait pas encore totalement finit son travail. Rebroussant donc chemin il alla un peu plus loin, suivant la Tamise avant de s’occuper rapidement du cas de l’Humain. Il n’y avait pas de raison pour prendre trente-six mille précautions.

Lorsqu’il en eut fini avec lui, il revint sur ses pas, une nouvelle fois juste par curiosité afin de voir si l’autre Shinigami était ou non parti. Et il ne l’était pas. Il était d’ailleurs en train de chanter. Hésitant, le brun décida cependant de ne pas bouger, du moins tant qu’il n’aurait pas fini, ou ne le remarque. Bien que ce soit peut-être déjà fait. Cependant, il s’arrêta de lui-même, et vu le mouvement de ses épaules était en train de pleurer. …Que faire ? Partir comme si de rien n’était était une perspective tentante. Merlin seul savait ô combien il n’était pas doué lorsqu’il s’agissait de consoler quelqu’un ou quelque chose dans le genre. Ceci dit, s’il s’était arrêté, c’était peut-être parce qu’il l’avait repéré, il n’avait pas été des plus discrets. Se résignant donc à l’aborder, il s’avança vers lui.

’-Vous allez finir par attraper froid, si ce n’est pas déjà fait, Humphries’

Lança-t-il en remarquant qu’il avait les pieds dans l’eau, avant de s’asseoir en tailleur lorsqu’il fût à la même hauteur que la sienne. Il aurait pu rester debout, c’est d’ailleurs ce qu’il aurait fait en temps normal. Disons que c’était un énorme effort de sa part pour paraître un tant soit peu sociable. Durant un instant, il regarda l’eau qui coulait devant lui, avant de plonger sa main, mettant un peu d’eau sur la tâche qu’il avait fait un peu avant, essayant de la faire partir, ou au moins de l’atténuer. Chose qui ne fonctionna absolument pas.

’-Tsk.’

Lâcha-t-il pour lui-même en voyant qu’il n’arrivait pas à ses fins. Il détestait avoir ne serait-ce qu’une seule tâche. Bon. Aux grands mots, les grands remèdes. Lui lançant un regard noir, il bougea légèrement son veston. Voilà. Même si elle était toujours là, il ne pouvait plus la voir, c’était déjà ça. Reportant ensuite son attention sur son subordonné, qui portait toujours la trace des larmes sur son visage. Il remonta ses lunettes, comme si ce simple geste pouvait l’aider à savoir ce qu’il fallait faire. Le brun finit par lui tendre un mouchoir sans rajouter de commentaires, n’en ayant pas spécialement à faire.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: The thorn of the death (Willy ^-^) [YAOI]   Mar 10 Avr - 15:15

Alors c'était lui, cette personne qui le regardait. Qui l'avait même suivit. Il observa longuement le mouchoir qu'il lui tendait, le pris doucement, s'arrêta de pleurer et rit doucement, il trouvait William adorable de faire ça, du moins pour lui. Il essuya ses yeux et ses joues avec, avant de le regarder curieusement tourner un peu son veston pour camouflé quelque chose qu'il n'avait pas remarqué.
En même temps dans la pénombre me direz-vous. Il sourit un peu, et son sourire s'adoucit et s'élargir à mesure du silence réconfortant.

’-Vous allez finir par attraper froid, si ce n’est pas déjà fait, Humphries’

Il est surpris, légèrement d'entendre Willy dire ça, puis, en retirant peu à peu ses pieds du fleuve, toujours sans lâcher un mot, il vient à se mettre dans la même posture, et poser sa tête contre son épaule, soupirant un petit peu. Calmer et totalement apaisé. Il est même au bord d'être heureux. Il se demandait juste pourquoi ce glaçon totalement asocial était là, assis à ses côtés en faisant une tentative discrète de lui remonter le moral. C'était pour lui une chose que jamais il n'aurait réussi à concevoir.

«-Ne vous en faites pas, je suis résistant, William-sama.»

Ok. Pas moralement. Mais ça c'est pas de sa faute par contre ! Il le fait pas exprès d'être toujours tout faible et hypersensible. Bref. Toujours en mode un peu surpris de le voir lui faire une sorte de câlin maladroit, il se redresse et dépose un petit baiser enfantin et tendre contre sa joue, pour lui montrer qu'il le remercie de se forcer. Ce forcer pour lui surtout, simple Shinigami au milieu de tant d'autre. Il est ému et touché. Mais ne peut lui offrir que ce bisou pour lui montrer sa gratitude. Il s'écarte doucement, et observe de nouveau le ciel constellé d'étoile.

«Pourquoi donc vous êtes vous énervé contre votre chemise, William-sama ?»

Et oui, ça l'intrigue, lui, de savoir pourquoi est-ce qu'il est frustré et regarde de façon .. Pas vraiment sympathique sa pauvre chemise qui n'a rien fait à personne. Il est curieux. L'un de ses grands grands défaut. Et il attend simplement une réponse. Froide ou explicative. Il ne connaît pas très bien William, mais, il à déjà de très bonnes impression sur lui. Bien qu'il ai l'air extrêmement sérieux et dur, il doit se cacher, tout au fond du fond du fond, en lui, un être doux et affectueux. Mais … Même la fille derrière l'écran doute de la sa théorie.

Il est si naïf, si mignon, si il était humain il penserai encore que le papa noël il existe. Doucement, il regarde l'eau s'écouler, tranquillement, lentement, calmement, sans se pressé, il soupir un peu de bonheur, cet ambiance, est toujours aussi apaisante. En plongeant doucement une main dans l'eau il observe William qui se débat de nouveau avec sa chemise. En soupirant un peu, il revient, le pousse, se met face à lui, enlève son veston et observe la tâche qu'il méprise.

En riant un peu, tout petit peu, il retire le vêtement, délicatement, lui ferme sa veste pour qu'il n'est pas trop froid et commence à laver sa chemise blanche, les manches bien remonté. Il est le plus maternel des shinigamis dans tout le monde sans doute. (Dedic' Vena) Et en une bonne vingtaine de minutes, la chemise de Willy est redevenu totalement blanche, propre et sèche. Il la lui tend, souriant de nouveau.

Comment il à fait ? … Bah … C'est Super Alan la maman, il ne faut surtout pas chercher comment il à réussi un tel exploit que d'enlevé du sang déjà sec et bien incrusté sur une chemise blanche … Et réussir à enlevé toute trace comme si rien ne s'était jamais produit. En plus, elle sent bon. Mais … Sérieusement bon. Il est content, fier de lui, heureux, vraiment. Et au moins, il se dit qu'il lui rend un petit bout de ce qu'il lui à fait en lui remontant le moral, c'est la moindre des choses. Non ?

«Tenez William-sama ! Votre chemise !»

Bon, il va pas aller jusqu'à l'habiller, hein, faut pas pousser quand même. Mais bon, il aime materner, c'est une maman dans l'âme. C'est bien pour ça qu'il aimerai revoir Eric au plus vite. Car en faite, malgré ce que l'on pense, ce n'est pas Eric qui prend le plus soin d'Alan mais l'inverse. C'est bien le petit brun qui s'occupe le plus d'Eric. Il en à besoin. Il à besoin de se sentir utile, aimer, apprécié du moins. C'est tout ce qu'il demande. De l'amour. Ou de l'admiration.

Il était en profond manque de tout ça, quand il était jeune. Abandonné à quelque mois seulement, il est recueillit dans un orphelinat et … Pas persécuté mais … Comment dire … Oublié ? Et ça continu aussi quand il est pris dans une famille. Famille nombreuse de plus. Même si il fait tout son possible, est sage, toujours gentil, ramène souvent des bonnes notes, il ne se fait jamais remarqué, ce fait même dire qu'il est totalement inutile et qu'il ne sert à rien.

Alors depuis qu'il est à l'académie des shinigamis et que sa 'maladie' c'est accentué, il tente d'être utile à tout, de comblé se vide, se manque d'amour, d'attention. Mais malheureusement se bonheur qu'il à en regardant William enfiler sa chemise disparaît bien vite, car il tombe sur le côté en se tenant les épaules tout tremblant. Il à mal. Attaque. Il tremble de partout. Au bout de quelque secondes, horrible et longue tout se termine, il se couche, dos au sol, et observe la lune, encore, en respirant difficilement, du moins, haletant plutôt.

«Pardonnez-moi, William-sama, petite crise anodine ...»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: The thorn of the death (Willy ^-^) [YAOI]   Mar 10 Avr - 20:31

Malgré le fait qu’il se soit assis, William était toujours tout aussi raide que la justice. Ou du moins son dos l’était. Il ne semblait pas vouloir afficher ne serait-ce qu’une once de fatigue. Que ce soit dans son attitude ou dans ses paroles. A vrai dire seuls ses cernes, lorsqu’il en avait, pouvaient témoigner de cet état. Enfin là n’était pas la question pour le moment. Il valait mieux s’occuper du cas de son homologue que du sien. Homologue qui venait de prendre son mouchoir, et qui s’était arrêté de pleurer, riant même doucement. AHAH ! Pour une fois, il n’avait rien fait de travers. Ou alors son cadet avait décidé de ne pas lui en en vouloir et de lâcher un petit rire à la place. …Non. Le superviseur préférait choisir la première option. Comme ça il pouvait dire qu’il avait fait des ‘progrès’ dans le domaine de la socialisation.

Il le regarda enlever ses pieds de l’eau, et se mettre aussi en position tailleur. C’était quand même nettement mieux s’il n’avait pas envie d’être malade comme un chien le lendemain. Bien que cela ne regardait absolument pas William si jamais son subordonné avait simplement envie de se rafraîchir les pieds. Quoiqu’il en soit, lorsqu’Alan posa sa tête sur son épaule, le superviseur ne bougea tout d’abord pas, surpris par sa réaction. C’était bien la première fois que quelqu’un faisait quelque chose du genre. Franchement, il ne savait pas où se mettre. Il opta alors pour faire comme si de rien n’était. Il ne savait pas faire autre chose en même temps. Il n’avait en tout cas pas la moindre idée de ce qu’il aurait pu faire. C’est alors qu’il reprit la parole. Tant mieux, comme ça au moins il aurait quelque chose à répondre et ne devait pas se demander ce qu’il pourrait faire.

’-Ce n’est pas non plus une raison pour ne pas faire attention.’

Généralement, lui faisait quasiment constamment attention, pour la simple raison qu’il n’avait pas la moindre envie de tomber malade. Mais alors pas du tout. Rater un jour de travail ? Horreur ! C’était impensable. …Non s’il était malade, il irait quand même au travail. A moins de mourir, il n’y avait pas de raison pour ne pas y aller. Ceci dit, son homologue l’interrompu dans ses pensées, le déstabilisant une nouvelle fois. Un nouveau geste de tendresse auquel il n’était pas habitué. Qu’était-il censé faire ? Ses précieux livres ne l’aideraient absolument pas pour lui fournir une réponse cette fois-ci. Il n’avait même pas de fait passés sur lesquels se reposer. Avait-il déjà vécut la même chose avant d’entrer à la Dispatch ? Il n’en savait rien et il n’en saurait certainement rien. Même s’il se bornait à essayer de récupérer quelques-uns de ses souvenirs, il faudrait bien qu’un jour, après des siècles il se rende à l’évidence qu’ils étaient tous tombés dans l’oubli et que quoi qu’il fasse, ils ne reviendraient pas. Bref. Il remonta ses lunettes, seule chose qu’il semblait être apte à faire pour le moment.

Enfin il lui reposa une question, et il le remercia intérieurement d’ailleurs. Même si c’était sans le vouloir, il pourrait lui répondre, cassant le silence qui se serait installé, sans doute lourd, s’il n’avait rien dit, William se contentant pour le moment d’être aussi rigide qu’un balai, et aussi utile qu’un désodorisant de toilettes vide. Bon alors au lieu d’être purement décoratif, autant répondre à la question qu’on lui avait posée, ce serait déjà beaucoup plus utile.

’-Il y a une tâche. Tsk. Elle est tenace, elle ne veut pas partir, je vous jure…’

…Oui c’est de la faute de la tâche si elle est toujours là. C’est elle qui devrait partir de son plein gré non mais. On ne voulait quand même pas qu’il l’aide à partir, si ? Reportant son attention sur la tâche, il lui lança un autre regard noir avant de remarquer que son subordonné se trouvait maintenant juste devant lui. Oh tiens, lui aussi venait voir cette fourbe de tâche ? …Pas exactement. En fait William ne savait absolument ce qu’il avait l’intention de faire. Décidemment, Humphries avait le don de le déstabiliser. Mais il eut sa réponse à sa question peu après : il s’était mis apparemment en tête de nettoyer la chemise. …Si cela se trouvait il n’y arriverait pas. Ceci dit, il ne fit aucun commentaire, se contentant de l’observer en silence. L’absence de parole ne le dérangeait pas tant que ça en fait.

Après quelques minutes, l’autre Faucheur se tourna et lui tendit sa chemise. Parfaitement propre. Parfaitement sèche. Comme neuve. Parfaite pour un type aussi maniaque que lui. Il la prit délicatement – comme s’il s’agissait d’un trésor ou quelque chose dans le genre- se demandant si au final il n’avait pas rêvé d’avoir fait cette tâche. …Non il ne rêvait pas ce genre de choses quand même.

’…Merci.’

Bon ce n’était pas très glorieux, mais venant de lui cela relevait quasiment du miracle. Enfin, ce n’était pas tout ça, il ferait mieux de la remettre, sinon c’était lui qui allait attraper froid. Enfilant donc sa chemise, il ne fit plus vraiment attention à son homologue, se concentrant plus sur ses boutons afin d’être certain de ne pas les décaler. Ce serait bête de devoir tout refaire. Mais alors qu’il arrivait à la fin, un bruit sourd attira son attention. Tournant la tête, il remarque que son subordonné est à terre tremblant. Tiens. Il a réussi à détacher l’attention du superviseur de sa chemise. Fronçant les sourcils, le brun ne sait pas trop quoi faire si ce n’est attendre. Prendre le risque de le bouger et que ça s’empire ? Non merci. Mais alors qu’il réfléchissait à la meilleure solution, cela sembla s’arrêter, laissant son cadet avec une respiration sifflante.

’C’est tout sauf anodin.’

Du moins de son point de vue. Il était certain maintenant que cela pouvait changer d’une personne à l’autre, tout dépendait de la mentalité après tout. Enfin bon. Il n’était pas le temps de discuter de ça pour le moment. Quittant sa position assise, le superviseur préféra se mettre sur les genoux.

’Vous feriez mieux d’aller à l’infirmerie.’

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: The thorn of the death (Willy ^-^) [YAOI]   Mer 11 Avr - 10:59

’Vous feriez mieux d’aller à l’infirmerie.'

Il est un peu surpris tout d'abord, se redresse doucement et vient, de nouveau, lui faire un gros câlin, enfin, gros, un câlin mignon. Il respire, doucement son odeur, c'est officiel, Willy est soit une peluche géante soit son grand frère de cœur. Et j'opte plus pour la peluche géante. Mais n'allez pas croire qu'il va faire des câlins à tout le monde ! Non. Il en fait juste au gens qu'il apprécie.

«Je vous promets d'aller à l'infirmerie plus tard …»

Promesse qu'il hésite tout de même à tenir, car il y est déjà aller plein de fois, à l'infirmerie, mais rien n'y faisait. Il était déjà voué à mourir... C'était un fait. Et il n'avait malheureusement plus long à vivre sur cette terre, car l'épine qu'il avait continuait d'avancé peu à peu, et la quête des milles âmes d'Eric pour le sauver était déjà bien vaine. Alors il profitait, profitait de chaque instant présent.

«Je suis condamné à mourir d'une maladie incurable. Ce mal me ronge depuis des mois, des années... je ne sais plus. Quand je serai mort, j'aimerai devenir une étoile pour faire partie du ciel ténébreux de la nuit, éternellement ... (Paroles de Sei to Shi no Sukima que j'ai trouvé très approprié)»

Il lâcha donc le Shinigami qui était à ses côtés, pour doucement se redresser, et lui tendre la main en souriant. Il voulait juste se balader sans plus, mais allait lui demander d'abord. Et oui, ce balader voulait dire rester encore à l'extérieur et peut-être que pour William cela signifiait tout bonnement heure sup' non rémunéré. Mais, il avait tout de même envie de se balader avec lui, avant de retourner dans sa chambre au plafond constellé fait par son colocataire pour que, quand il est triste, puisse regarder le ciel étoilé de son lit.

«Je suis désolé de vous demandez ça, si cela vous gêne outre mesure, vous avez le droit de refuser … Mais … Pourrions nous nous balader quelque minutes …? Je vous promets d'être silencieux et de rentrer bien sagement par la suite …»

Il ne savait pas. Il appréhendait quelque peu sa réponse, d'être seul encore, mais … Ses quelques minutes passé avec lui avait été très agréable. De toute façon, il savait qu'il allait le voir, le lendemain, avec tout ses 'amis'. Bien que l'on ne puisse pas vraiment les appeler ainsi … Connaissance peut-être conviendrait-il mieux ? Sans doute oui. Attendant, encore une fois une réponse , il se mit à penser, penser tranquillement, les yeux dans ceux de Will mais pourtant semblant être totalement perdu dans les méandre de son esprit tumultueux.

Il se reprit au bout de quelque minutes en se redressant et en reprenant sa main doucement, William ne semblait pas vouloir venir, il poussa un tout petit soupir désemparé et s'étendit doucement en sentant un frisson glacer lui parcourir l'échine. Un vent froid commençait à soufflé. Brutal changement de température alors qu'il faisant encore doux voir chaud il y a de ça quelques secondes. Il se frictionne, doucement les épaules, et observe Willy le glaçon, resté dans la même position.

«Vous n'avez donc pas froid William-sama …?»

Et là, je commence à pensé que Willy est un glaçon moral et physique. Je me demande même si il trouvera l'amour un jour. … Bah … Non, je dis rien, si non je vais me faire tuer, alors je me tais. Il pose doucement une main contre ses cheveux et rougit, les yeux brillant d'émerveillement. Willy. Est. Un. Radiateur ! Et réflexe, il vient se remettre face à lui et se coller à son corps en posant sa tête contre son cou.

«Kyaaa~... Vous êtes tout chaud William-samaaa~ C'est si agréaaaable~!»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: The thorn of the death (Willy ^-^) [YAOI]   Ven 13 Avr - 14:20

Malgré le fait qu’il s’inquiétait pour la santé de son subordonné, il ne laissait rien transparaître extérieurement. Il fallait dire qu’idée qu’il puisse lui arriver quoique ce soit n’était pas des plus plaisantes. Il faudrait dans ce cas-là qu’il trouve un moyen de l’amener rapidement à l’infirmerie. Oui, c’était simplement pour cette raison qu’il s’inquiétait de la santé de la personne qui lui faisait face. Personne qui en se relevant alla lui faire un autre câlin, pour une raison que le superviseur ignorait. Et une fois de plus, il resta de marbre, ne sachant que faire d’autre si ce n’était attendre qu’on le lâche. Vraiment, pourquoi n’y avait-il donc pas de manuel qui aurait pu lui dire comment réagir ? Cela aurait été nettement plus facile. Parce que il y a pas à dire, rester dans cette position n’était pas des plus confortables. Il ne savait même pas ce que lui voulait exactement son subordonné, ni même pourquoi il agissait de cette manière. Tiens il penserait à lui demander un de ses jours.

Mais sans doute pas maintenant, même si il n’était franchement pas doué au niveau des relations, il évitait quand même de sortir quelque chose à la rien avoir. Son subordonné parlait très clairement des Epines de la Mort, maladie qu’il avait contractée. Le superviseur essaya de se mettre à sa place mais…Echoua lamentablement. La perspective qu’il puisse mourir un jour, il n’arrivait pas à se l’imaginer autrement que lors d’un combat. Après tout, les Shinigamis n’étaient censés pouvoir mourir que par une Death Scythe. Et les Epines de la mort, maladie rare, et il ne connaissait qu’une seule personne qui l’avait. Celle qui était juste à ses côtés. Il le regarda quelques instants, devait-il essayer de le consoler, ou du moins de le rassurer ? Sans doute, mais comment ? Il ne pouvait pas lui dire qu’on trouverait certainement un moyen pour le soigner, c’était quasiment impossible. Et il n’allait pas l’enfoncer en lui mettant la vérité en face des yeux en disant que tant pis pour lui, personne n’y pouvait rien s’il avait contracté cette maladie et qu’il allait mourir un jour ou l’autre.

’-Au moins vous avez un but original.’

Finit-il par lâcher, en ne bougeant toujours pas d’un pouce. Non il n’avait rien trouvé de mieux à dire, mais au moins cette fois-ci il avait pris la parole. Comme d’habitude, c’était dénoué de tact, mais bon, il avait déjà essayé de faire un effort, il ne fallait pas lui en demander de trop. Quoiqu’il en soit, son subordonné le lâcha, et ce serait mentir de dire que William n’était pas soulagé. Il l’était tout simplement parce que de la sorte, il risquait moins de se ridiculiser. Enfin, le brun lui tendit la main, et William la regarda quelques instants. …Uw ? Qu’est-ce qu’il voulait ? Oh. Se balader. …Était-ce une bonne chose alors qu’il venait de faire une mini-crise ? Il valait mieux qu’il reste assis pour le moment non ? …Nouvel obstacle. Comment le lui faire remarquer ? Il n’avait pas spécialement pitié de lui, mais lui intimer l’ordre de rester n’était pas la meilleure des choses à faire. Rah. Pourquoi c’était si compliqué ?

Evidemment, à force de ne pas prendre la parole, son interlocuteur se rassit. Oho, tant mieux c’était ce qu’il avait cherché à faire. Il était parvenu à son but en ne faisant rien, que c’était miraculeux. Enfin, alors qu’ils restaient là sans rien dire, il le vit frissonner. En même temps le vent c’était levé à voir le mouvement des branches et surtout celui d’une de ses mèches qui venait de se rebeller. Fronçant légèrement un sourcil, il la plaqua sans ménagement sur sa tête, et laissa sa main quelques instants afin d’être certain qu’elle reste en place. C’est alors que son subordonné lui posa une question. Facile. Il ne devait pas se creuser la tête pour la trouver. Alléluia. Le brun pourrait enfin avoir une réponse de sa part.

’-Mh. Non pas spécialement.’

Il avait à peine finit sa phrase, et tourné la tête vers Alan que ce dernier lui arriva dessus, le déstabilisant une nouvelle fois. …Il…venait se réchauffer ? C’est vrai qu’il ne semblait pas avoir chaud, mais…Pourquoi se coller à lui ? Dans cette position, il n’était…Franchement pas à l’aise. Mettant ses mains sur ses épaules, il le recula doucement, juste de quelques centimètres, avant d’enlever son veston, et de le lui tendre. Après tout, il lui avait bien nettoyé sa chemise, chose qu’il n’aurait certainement pas su faire, même s’il ne l’avouerait pas. Et qui sauvait sa chemise, avait un minimum de gratitude de sa part.

’-Tenez, vous aurez plus chaud.’

Sans blague. Enfin, lui le froid ne le dérangeait absolument pas pour le moment, et tant que l’autre ne faisait pas une charpie de son veston, ce ne serait pas un drame. …Non, correction, tant qu’il ne faisait pas une seule tâche dessus ce ne serait pas un drame. Enfin au pire, il en avait d’autres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: The thorn of the death (Willy ^-^) [YAOI]   Dim 15 Avr - 23:18

Face à ce … Glaçon, il ne put retenir un autre soupir, et il sera suivi par bien d'autre dans tout les cas. Lentement, il se repris, et sourit avec tendresse en prenant son veston et en le mettant bien soigneusement. Sans le froisser, ni le tâcher, ouais, il sait lire dans les pensés Alan. Bref. En regardant le ciel, il murmure doucement quelque chose d'inaudible tant il est faible à le dire. Cela parle d'étoile, et de Willy aussi. Mais … Pour l'instant cette chose reste sur ma signature. Il pensait à quelque chose, et était au bord de l'éclat de rire en pensant la demander à William. ''Vous êtes amoureux ?'' était une chose à demander totalement abruti. De un … Il ne vois pas un glaçon comme lui en couple. De deux, si c'est le cas … Il a dû rompre depuis bien longtemps.

Ce qui l'arrange en son fort intérieur si c'est le cas de toute façon, en s'installant à ses côtés, à genoux, il l'attire contre lui, posant sa tête contre ses cuisses et le regardant longuement, caressant comme une mère avec son petit garçon ses cheveux. Il veut juste le voir détendu, reposé, l'air serin, il veut simplement lui retirer son air si rigide du visage. Et peu à peu, ça marche. Il regarde alors de nouveau devant lui sans arrêter sa tendre caresse, prenant soin bien entendu de ne pas le décoiffer. Le vent est calmé. La lune est monté de nouveau dans le ciel et les étoiles brillent comme des diamants. Il se met à chantonner doucement en souriant calmement, tendrement.

Observant longuement William qui a les yeux clos, il se penche peu à peu, mais à quelque centimètre de ses lèvres, se crispe un tout petit peu, se rendant compte de ce qu'il allait faire, et se redresse, sans que Willy n'ai visiblement remarqué. Il caresse, néanmoins toujours sa jolie chevelure brune sans faillir. Quand il le sent endormit, il ne peut s'empêcher de rire très faiblement. Et cette fois il dépose délicatement ses lèvres fines contre celle de l'iceberg. En se redressant il l'observe toujours assoupie, et comme si de rien n'était le secoue un peu pour le faire émerger, enfin, le secoue, le bouge très très légèrement avant d'embrasser son front et de murmurer


«William-sama je sais que mes cuisses sont confortables mais il ne faut pas vous endormir ainsi ...»


… Pas de réponse. Il soupir un tout petit peu, encore, et le couvre de sa veste en faisant de son veston à lui -portant toujours celui de Willy sur les épaules-, un coussin, au moins qu'il se repose dans de bonnes conditions. En le regardant toujours, il ferme à son tour ses beaux yeux émeraudes, pour inspirer l'air frais et bon de la tamise, reprenant délicatement sa caresse maternelle. Il se demande de quoi rêve William, se demande à quoi il songe. Peut-être de la paperasse ? Son passé ? Des moments … Heureux avec tout les shinigamis qu'il connait ? Il ne sait pas, aimerait pourtant, mais il ne sait pas, ne se doute de rien.

Il est aussi, au bord de s'assoupir, mais pourtant tien bon, sans cessé toujours ses aller et retour bienveillant et chaleureux, très léger … De sa petite main fine de porcelaine. Il commence à se faire tard, enfin, non, le soleil ce lève plutôt. En remarquant que l'aube arrive, il secoue de nouveau encore Willy qui ouvre les yeux, en riant un peu, il murmure délicatement.


«Vous deviez être bien fatigué pour ainsi vous assoupir sur mes genoux, dormir plutôt … Le jour se lève regardez ...»


Première fois, pour lui, qu'il voit le soleil se levé, et bien en faite, quand l'aube arrive, soit il dort, soit il regarde son plafond les volets fermé, soit il s'amuse avec Ronald à divers jeu d'enfant. Il est heureux de partager ce moment avec lui, pourquoi ? Il ressent des sentiments fort à son égard. Comment ? Je n'en sait rien, allez lui demander à lui ! Il le trouve différent. Juste. C'est tout ce que je peux dire, et c'est tout ce que je sais. Et encore une journée qui commence, bien, pour une fois, et pour lui, malade depuis tout petit, c'est rare.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: The thorn of the death (Willy ^-^) [YAOI]   Mar 17 Avr - 4:37

Il l’observa prendre son veston, ne le quittant pas des yeux, comme s’il craignait qu’il disparaisse dès qu’il aurait fermé les yeux ne serait-ce qu’une seconde. Il était conscient que c’était parfaitement ridicule cette idée, mais il y croyait quand même. Il remonta ses lunettes une fois de plus, alors que son subordonné regardait le ciel pour sa part. Il sentit bouger l’autre Shinigami, qui se mettait apparemment à genoux, pour une raison quelconque. Cependant, quelques instants plus tard, il sentit une légère pression, qui l’attira sur les jambes du jeune homme. Un instant, il hésita à se relever, à enlever sa tête de là. Mais cette idée sortit bien vite de sa tête. Une main passa doucement dans ses cheveux.

Doux geste qu’il n’avait encore jamais ressentit auparavant. Ou pas dans ses souvenirs en tout cas. Petit à petit il ferma les yeux, daignant se détendre légèrement. Juste un peu. Et une fois de plus, alors qu’il a les yeux clos, et n’ayant pas de quoi s’occuper, ou du moins pas de travail pour l’instant, ses pensées divaguent. A la recherche de ce passé inconnu. Il lâcha un infime soupir. Mais après quelques instants, il l’entendit chanter. Vaguement, comme s’il était plus loin de lui. Il sentit la fatigue lui arriver dessus. Un instant, il voulut se battre, s’opposer à elle. S’endormir dehors, juste ici n’était pas la meilleure des choses à faire. Mais trop tard. Il aurait dormit un peu plus la veille que cela ne serait certainement pas arrivé. Qu’il le veuille ou non, un Dieu de la Mort avait besoin de se reposer.

Sa respiration se fit de plus en plus lente et régulière et il finit par s’endormir complètement, quoiqu’il s’agissait plus d’un demi-sommeil, sans vraiment s’en rendre compte. Il était parfaitement bien ici, installé de la sorte. Parfaitement bien. Il ne bougea pas d’un millimètre, malgré le demi-sommeil dans lequel il était. Il entendait vaguement le bruit du vent et de l’eau non loin, sans pourtant s’en rendre compte pleinement. Tout comme lorsque son subordonné se pencha vers lui. Il sentit quelque chose, vaguement, mais n’y fit pas attention, ou ne s’y attarda pas. Il entendit aussi une voix mais ne l’écouta pas. Lui était-elle adressée ? Le superviseur n’en avait pas la moindre idée. Il ne saisit même pas ce qu’elle dit.

Il sentit quelque chose sous sa tête, comme si on la soulevait, mais resta endormi. Il était trop fatigué pour tenter quoique ce soit. Un vague soupir traversa ses lèvres. Et il daigna bouger un petit peu se mettant encore un peu plus sur le côté. Il continua de dormir, sentant toujours néanmoins un certain contact au niveau de la tête, une douce caresse qui se répétait, celle qui l’avait incitée en partie à aller dans les bras de Morphée. Puis après quelques instants, il sentit quelque chose le secouer. Le brun lâcha un grognement, mais il s’était néanmoins assez reposé. Il n’allait pas rester longtemps encore endormit. William daigna ouvrir un œil, se réveillant doucement. Son cadet était toujours là, il n’était pas parti alors qu’il avait bel et bien fermé les yeux, plus d’une seconde. Et il avait sa tête sur ses jambes. Il lança un vague regard à l’aube, une nouvelle journée commençait, et ils ne devraient plus tarder avant de gagner la Dispatch.

’-Hm…J’ai dormi combien de temps ?’

Il aurait très bien pu regarder sa montre, cependant il n’avait pas vérifié l’heure lorsqu’il s’était endormi et n’avait pas la moindre envie de lever son bras pour observer ladite montre. Il était toujours aussi bien installé de la sorte. Mais il ne fallait pas qu’il se rendorme et prenne le risque d’être en retard dans son bureau. Même s’il n’avait pas dormit très longtemps, c’était toujours mieux que les dernières nuits blanches qu’il avait passées à essayer de boucler tous les dossiers en retard de sa branche, qui ne l’avait absolument pas aidé à rester éveillé il y a quelques heures.

Il reporta son regard sur l’autre Shinigami, qui l’intriguait. Ou plutôt une question lui brûlait les lèvres à son sujet. Et après quelques instants, il se mit à son tour à observer le ciel, comme s’il allait pouvoir lui fournir une réponse, même s’il savait pertinemment que ce ne serait pas le cas. Pourquoi d’ailleurs lui donnerait-il une réponse ? Il n’y avait strictement aucune raison pour qu’il le fasse. Enfin. Après quelques minutes il finit par reprendre la parole, regardant toujours au-dessus de lui.

’-Pourquoi…Vous agissez de la sorte ?’

Après tout, il était comme qui dirait…Sympathique envers lui, alors qu’il n’avait strictement rien fait pour qu’il le soit. Il était généralement distant, et ne faisait pas grand-chose pour e rapprocher de qui que ce soit. Enfin. Il se rendit compte que sa question n’était pas des plus claires, mais tant pis. Il la reformulerait si jamais il le lui demandait. Attendant une réponse, il reporta son regard sur Alan, préférant de loin regarder la personne à qui il s’adressait plutôt qu’autre chose tel que le ciel.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: The thorn of the death (Willy ^-^) [YAOI]   Ven 20 Avr - 23:45

Quelque peu surpris par sa question, il resta un moment, long moment silencieux, avant de le regarder, et de sourire avec tendresse, disant simplement, naturellement.

«Parce que j'en ai envi.»

Pour lui c'était presque totalement naturelle d'être gentil avec tout le monde, et puis, c'est dans sa nature, depuis toujours. En plus … Il est amoureux, alors … Je le vois pas martyriser Willy quoi. Bref. En se levant tranquillement, reprenant sa veste, son veston et lui mettant le sien dans les bras, il se ''rhabille'', se recoiffe, remet correctement ses lunettes sur son nez et regarde aux alentours. Personne. Et puis, au bout d'une dizaine de minutes, il se décide à se rassoir simplement. Il est encore trop tôt. Et toute les âmes à fauché pour lui et William sans doute était déjà fauché. Alors autant prendre son temps.

En se rapprochant encore de William, il se mit face à lui, pour le regarder droit dans les yeux, prenant délicatement ses mains, pour en suite doucement se rapprocher de lui, peu à peu, et l'embrasser. Baiser très doux, calme, sucré et léger. FIRST KISS ! A la fin, il s'écarta tout doucement, et rit avec douceur en le regardant toujours, lui était content, il se demandait ce que ressentait le glaçon qu'il avait face à lui. En s'écartant encore une fois, il vient plonger ses mains dans l'eau transparente de la tamise, et sourire de plus belle, enfin, un tout petit peu plus du moins. L'eau était bonne, fraîche, il s'en mit doucement sur le visage et en s'essuyant, dit.


«Mais ce n'est pas uniquement parce que j'en ai envi, William-sama ...»


Se remettant, encore une fois face à lui, il observe le shinigami viré à la teinte tomate. En riant adorablement, il se rapproche et vient l'enlacer doucement en nichant sa tête au creux de son cou.


«Je vous aime, William-sama, mais pas comme un ami, ni comme j'aime Eric … Je vous aime comme plein de chose … Comme mon sempai, je vous admire beaucoup, comme un ami, car vous m'êtes très agréable, comme un frère, car je me sens toujours protéger à vos côté … Et aussi comme un amant. Je ne sais pas et ne pense pas que mes sentiments soit bien réciproque … Mais pourtant je l'espère William-sama … Quand je m'éteindrait, sachez qu'une petite étoile naîtra dans le ciel, une petite étoile qui brillera plus fort que toute les autres la nuit, et cette petite étoile veillera sur vous ...»


Souriant un peu plus, il resserre son étreinte autour de lui. Sa déclaration faite, il appréhende simplement sa réponse. Il appréhende, déjà, parce que … C'est quand même William, deuxièmement … Parce qu'il c'est fait jeter une bonne vingtaine de fois quand il était plus jeune. Parce que la personne aimait les filles, parce que celle-ci ne l'aimait pas, parce qu'elle avait peur à présent d'Alan après ce qu'il lui avait dit. Seul Eric avait sut préservé son cœur tout en lui disant qu'il n'était pas intéressé. Ou alors il avait eu des histoires sans lendemain, ou bien, des aventures à court termes. Avec à la fin de la route des '' Tu croyais que c'était sérieux ? '' ou des '' C'était juste pour rire ''

Il était marqué par tout ça, et se le ressassait tant dis ce qu'il attendait d'être repoussé une énième fois. Au moins, il espérait entendre sortir de la bouche de l'iceberg, quelque chose du genre ''Pardon mais je n'aime pas vraiment les hommes.'' ou un ''Je ne peux pas tomber amoureux car je suis un shinigami.'' ou tout autre bêtise du genre, qui ne lui ferai pas aussi mal que tout ce qu'on lui à dit habituellement. En sentant que de grosse larmes arrive, il se décide à lâcher William pour essuyer ses yeux en riant faiblement.


«Pardonnez-moi William-sama, je … Je me suis juste laissé un peu emporter ! S...Si vous ne voulez pas répondre ou si vous ne voulez pas de moi je … Je comprends amplement !»


Non. Il ne dramatise pas. Il tente juste d'être réaliste et de mettre son égaux et son imagination de petite fille rêvant du prince charmant de côté, mais ça, il le fait depuis bien longtemps. De plus, il sait que si Willy dit qu'il l'aime ou autre, il devra vivre au quotidien avec sa maladie et le voir mourir, regarder l'homme auquel il tien mourir peu à peu, rongé par un mal profond de l'intérieur. Et ça, Alan ne le sait que trop, ça fait mal. Vraiment mal, que d'assister à ça. Comment le sait-il ? Son père. Il n'avait pas l'aiguille de la mort en lui, mais … Il avait une autre maladie grave. Qui ne pouvait être soigné. Et il à regarder le seul être qui l'aimait décédé. Cool la vie de n'Alan n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: The thorn of the death (Willy ^-^) [YAOI]   Sam 21 Avr - 11:53

Envie ? Comment pouvait-on avoir envie d’être sympathique avec lui ? Il essayait de se mettre à sa place, lui qui n’avait jamais essayé d’être sympathique avec qui que ce soit, alors en plus avec le psychorigide qu’il était, il n’aurait même pas essayé. Et pourtant son interlocuteur s’acharnait à la tâche. Il continuait de lui sourire, comme s’il se connaissait depuis toujours et que dès leur première rencontre ils avaient sympathisés. Ce qui n’était pas vraiment le cas. Déjà, le superviseur avait avant d’avoir vu la personne, vu son dossier qu’on lui avait donné en demandant de faire une liste des personnes susceptibles d’être son mentor. Il avait été candidat, mais n’avait pas été ‘retenu’. Occupant déjà le poste de superviseur, il fallait qu’il continue s’appliquer à cette ‘tâche’.

Enfin. Son subordonné se leva, alors que lui se rasseyait correctement, n’ayant toujours pas bougé sa tête des jambes du brun. Il le remercia lorsqu’il lui tendit sa veste, et la remit, même s’il n’avait toujours pas spécialement froid, ce n’était pas une raison pour rester sans rien. Après l’avoir remis, il observa une nouvelle fois le brun qui s’était relevé. Sans pour autant en faire de même. Il était très bien assis ici. En plus, l’autre Faucheur vint se rasseoir à ses côtés peu après, il n’y avait donc vraiment aucune raison de se lever maintenant.

Alors qu’il regardait vaguement l’horizon, se remettant une fois de plus à penser à ce passé qu’il cherchait sans relâche, il revint plus ou moins brusquement sur terre lorsque l’horizon qu’il fixait se fit remplacer par la tête d’Alan. Qui le fixait de ses yeux si semblables aux siens. Quoique. Ceux de son interlocuteur étaient plus grands, et une lueur de sympathie semblait toujours les animer, comme pour pousser n’importe quelle personne à s’attacher à cet être qu’il était. Trop occupé à détailler ses yeux, il remarqua qu’il lui avait pris les mains seulement lorsqu’il commença à se rapprocher. Une fois de plus, il le laissa faire, ne sachant absolument pas comment réagir. Il était complètement perdu. Il se contenta de le fixer, ne semblant pas se rendre compte qu’il venait d’avoir son premier baiser. …Bon deuxième, mais ça il n’était pas au courant et ne le serait peut-être tout simplement jamais.

Puis le brun s’éloigne légèrement, et il en profite pour faire le ‘tri’ dans sa tête, analyser la situation alors que tout semble se mélanger. Comment avait-il pu en arriver là ? Jamais…jamais il n’avait ressenti quelque chose de tel. Après quelques instants, Alan revint à ses côtés, son rire cristallin résonnant avant qu’il ne vienne se serrer contre lui. Il aurait voulu le serrer comme il le faisait, le prendre dans ses bras, mais il ne pouvait pas. Il n’y arrivait tout simplement pas. Il l’écouta silencieusement, sans broncher. Ses paroles…Ses paroles avaient réussi à ébranler le mur qu’il s’était évertué à construire autour de son cœur, essayant de rejeter généralement ses émotions. Il cilla pour la première fois depuis des lustres.

Il finit par s’admettre qu’il était bien contre lui, dans cette position. Mais il ne savait toujours pas comment réagir. Un instant, il hésita à le repousser, gentiment. Il s’agissait d’un homme. …Et alors ? Ce n’était pas comme si il avait été ne serait-ce qu’une fois attiré par une quelconque femme. Et le nombre de personne qui l’appréciait sincèrement mis à part le brun devait frôler le néant. C’est alors qu’Alan se détacha de lui, essuyant ses yeux, comme s’il…pleurait ? Avant de s’excuser. Mais la vue de ses quelques larmes avait fini de détruire le mur qu’il essayait vainement de reconstruire. Une idée traversa son esprit. Lui qui cherchait toujours quelques bribes de son passées, échouant à chaque fois, cherchant un maigre souvenir heureux, quoique ce soit dans le genre, ne devrait-il pas plutôt abdiquer, abandonner cette quête vaine et s’en créer de nouveaux ?

Silencieusement, comme si d’un coup il reprenait conscience de ses gestes, il finit par le serrer contre lui. Quelque peu maladroitement, certes, mais il ne voulait plus voir la trace d’une larme sur son visage. Il voulait juste le tenir encore un peu contre lui, lui montrer à sa manière qu’il pouvait compter sur lui, qu’il voulait l’aider. C’était la décision qu’il avait prise. Il savait qu’il n’aurait peut-être pas dû s’attacher à lui, que cela ne lui ferait que plus de mal lorsqu’il mourrait, mais c’était trop tard. Il trouverait quelque chose pour lui. Il ne pouvait pas ne rien avoir. Il avait enfin trouvé un but autre que celui de faire appliquer au mieux son travail.

’-Ne…vous excusez pas. Mais…Avant de veillez sur moi, veillez sur vous. Restez, s’il vous plait.’

Certes, il ne pouvait pas choisir le moment où il allait mourir, mais il pouvait éviter de trop forcer par exemple. Toutes des choses comme ça. Il resserra son emprise, comme pour ne pas le laisser partir, et posa son menton sur son épaule. Il déglutit légèrement, si quelqu’un passait et le voyait, il était plus que mal. …Mais tant pis. Le brun était plus important. Il continuait de le serrer contre lui, prenant soin de ne pas non plus l’étouffer, ce serait parfaitement ridicule. Il ne rajouta rien d’autre, restant silencieux une nouvelle fois, fermant légèrement les yeux. Il avait encore un peu de temps, regagner la Dispatch n’était pas une urgence pour le moment. Alors il resterait à ses côtés pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: The thorn of the death (Willy ^-^) [YAOI]   Sam 21 Avr - 23:34

Surpris par ce geste, il eu, encore, les larmes aux yeux, mais les effaça bien vite pour resserrer son étreinte et enfouir sa tête contre lui, en l'écoutant, il entendit sa phrase, sa phrase si douce et pleine d'amour. En souriant tendrement, il se mit à penser au futur, à leur futur. Aux réactions des Shinigamis … Doucement, il embrassa la joue de Willy, puis de nouveau ses lèvres, pour se lever. Il faisait chaud, très chaud. Et en regardant la tamise continuer son chemin calme sans secousse, il eu un sourire de grand gamin, retira ses chaussures, sa veste, son veston, et plongea dans l'eau transparente.

Elle était bonne, cette eau, agréable. En riant, il nageait, il rêvait de faire ça depuis longtemps, en plongeant et en refaisant surface, il s'amusant de manière adorable, totalement. En sortant la tête, au bord, il regarda longuement William, et rit rebroussant chemin et en recommençant sa brasse. Sur le dos, en se laissant flotter, il se mit à penser longuement à son avenir de nouveau. Et comme je ne suis pas inspiré, entrons dans la tête d'Alan ! Il imagine déjà, les réactions de tous, il en appréhende certaine, rit à quelque moment. Puis en suite, il pense à sa première fois. Il pense aux réactions de William, à sa gêne peut-être …

Et il pense fondé une famille peut-être, si il démissionne. Enfin, pour convaincre Willy ce sera bien compliqué, mais il y pense quand même, adopter ? Ou avoir des enfants lui même, tombé enceinte par ses propres moyens … Et en pensant à tout ça, il s'imagine aussi, réveiller William tendrement, en caressant ses cheveux, lui préparé son petit déjeuner … Oui, il rêve. Le problème ? Bah … C'est qu'il rêve. Et il en oublie qu'il est totalement balader par la tamise, enfin, il est juste éloigné peu à peu de la rive, en le remarquant, il observe longuement le ciel, puis la rive, et commence à nager tranquillement, revenant au bord, il n'a toujours pas froid, et il fait toujours extrêmement chaud. Pourquoi ? On ne sait pas.

En voyant William le regarder, il rit, pose sa tête contre la rive et lui tend peu à près sa main fine de porcelaine qui semble si fragile qu'on à peur de la briser si on la tien. Il l'invite à entrer, juste un peu, un tout petit peu dans l'eau si pure de la tamise.


«Venez William-sama ! Elle est très bonne vous savez …?»


Et il s'imagine déjà lui faire des gros câlins dans l'eau, mais pourtant, il ne pense pas que Will vienne dans l'eau. Bah … Il rêve je le redis ! Mais bon, ça, c'est PEUT-ÊTRE réalisable ! Je suis confuse, mais si Willy a sut exprimer ses sentiments et faire un câlin à Alan, il peut bien plonger dans l'eau quoi. Il fait 26°C quand même quand t'es pas dans l'eau. Oui, un matin, à Londres, ne PAS chercher pourquoi c'est la canicule. En attendant, il ferme les yeux, et respire calmement, à quoi il ressemble maintenant ? Ses cheveux sont mouillé et sont collé à son visage, goutant doucement … Ses habits, c'est à dire sa chemise blanche et son pantalon lui colle au corps. Et je redis, chemise blanche. … Bien oui. Elle est transparente.

Et si elle est transparente, ça veut dire qu'on voiiiiit ? Et ouais ! On voit son torse ! Et bon dieu qu'il est sexy … Mais c'est pas le sujet ! Il sort doucement de l'eau et s'étire en passant ses mains dans ses cheveux, retirant lentement ses lunettes, pour en suite s'asseoir et poser sa main douce et glacé contre la joue de William, dans le plus grand silence. Silence calme, doux, tranquille. Il embrasse doucement sa joue touché par la suite, et susurre tendrement.


«Je vous aime, William-sama … Je suis heureux … De savoir que vous aussi … Je vous promets de partir, aussi tard que possible ...»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: The thorn of the death (Willy ^-^) [YAOI]   Mer 25 Avr - 4:42

Cette douce chaleur qui émanait de lui était…bizarre. Bizarre mais agréable, il se devait de le préciser. Il le sentit se mettre contre lui, enfouissant sa tête et doucement, il mit une main dans cette chevelure brune. Il avait peur de lui faire mal d’une façon ou d’une autre, comme s’il pouvait se briser d’une seconde à l’autre. Cependant, il aurait voulu qu’il reste indéfiniment contre lui. Mais après l’avoir embrassé une nouvelle fois, son partenaire se releva, enleva sa veste, son veston et ses chaussures avant de plonger dans l’eau.

Il le regarda faire avec un certain amusement….Caché. Il était…Tout bonnement adorable à s’amuser de la sorte. Mettant ses jambes contre lui, il les entoura de ses bras, tout en observant Alan qui nageait dans la Tamise, d’un œil protecteur. Il ne fallait pas qu’il lui arrive quoique ce soit. Non pas qu’il n’avait pas confiance, mais un accident pouvait toujours vite arriver. …Qu’est-ce qu’il lui avait pris d’agir de la sorte ? Il n’avait jamais montré ne serait-ce qu’un signe amical envers n’importe qui.

Pourquoi y penser ? Était-ce nécessaire ? Absolument pas. Il lâcha un vague soupir, tout en continuant de le regarder, posant son menton sur ses genoux, abandonnant sa rigidité pour une fois. Il ne pouvait pas détacher son regard du plus jeune, l’observant sans relâche. A quoi pouvait-il bien penser ? Le brun se rapprocha de la rive, lui demandant de l’accompagner. …Lui ? Dans l’eau ? Alors qu’il était en uniforme de travail ? Même s’il ne l’était pas, il ne savait pas s’il l’aurait fait. …Hmph. Dilemme. Si cela tenait assez fort au brun, il pourrait éventuellement faire un effort. Mais ce serait en quelques sortes sa BA du siècle.

Oh, et puis de toute façon le brun était sorti avant qu’il ne se décide. …Oui le superviseur pouvait passer des heures à discuter intérieurement sur une question pas le moins du monde existentielle, afin de savoir s’il devait faire telle chose ou non. Enfin, seulement lorsque cela ne touchait pas au travail, là il préférait aller vite et bien, afin d’en faire le plus possible. Bref. L’observant toujours, il le regarda quelques instants s’étirer avant de détourner le regard. C’est fou comme le sol paraissait subitement intéressant. Et c’était fou le nombre d’insecte qu’il pouvait y avoir aussi. Fronçant légèrement les sourcils, le brun bougea légèrement voyant qu’une vile fourmi s’apprêtait à lui monter dessus.

C’est alors que quelque chose de froid vient le toucher. Tournant légèrement la tête, il remarque qu’il s’agit de la main de son aimé. Rien de bien étonnant en même temps vu qu’il s’agissait de la seule et unique personne qui se trouvait dans les parages. Le baiser qu’il lui donna finit de l’achever, et il l’entoura de ses bras, le serrant contre lui.

’-Td…Venez là, sinon les chances pour que vous n’attrapiez pas froid seront nulles.’

Ou comment excuser son geste, cette envie de l’avoir contre lui afin qu’en quelques sortes, personne d’autre ne puisse l’approcher. C’est qu’il était possessif. Jaloux et possessif. Le premier qui l’approcherait un peu trop à son goût risquerait de se recevoir sa Faux, qui aurait ‘bizarrement’ échappée des mains de William. …Le seul point problématique était qu’il ne pouvait pas non plus toujours être en présence de son subordonné, et qu’il ne pouvait pas savoir ce que faisaient les binômes avec lesquels il plaçait Alan en mission.

’-Dites…Vous n’avez aucuns problèmes avec vos partenaires de mission ?’

C’est bien. Continue d’être aussi discret qu’un Ronflack Cornu vert à poids rose qui ferait un spectacle de claquettes. Enfin, maintenant qu’il l’avait dit, c’était trop tard pour revenir en arrière. Et il ne le ferait certainement pas. A vrai dire il ne se rendait même pas compte qu’il pouvait manquer de tact. Il en avait toujours été dénué. Et oui, il s’était fichu jusqu’à présent. Bon. Tout cela n’arrangeait pas le fait que le plus jeune était toujours mouillé. Oh, s’il avait envie de rentrer à la Dispatch, il pouvait toujours lui proposer quelque chose.

’-Si vous le voulez, vous pouvez venir vous sécher chez moi, il n’est pas bon de rester trop longtemps dans cet état..’

Même si lui ne crachait absolument pas sur le fait que sa chemise soit transparente et que son pantalon lui colle plus qu’à la normale. Pas du tout même. Mais une fois de plus, il n’allait pas le crier sur tous les toits, et certainement pas à son partenaire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: The thorn of the death (Willy ^-^) [YAOI]   Jeu 26 Avr - 19:07

’-Td…Venez là, sinon les chances pour que vous n’attrapiez pas froid seront nulles.’

Il ressentait cette toute petite 'jalousie', et l'envie de Willy de le câliner, légèrement amusé, il se mit à rigoler adorablement en enfouissant sa tête contre son cou pour le serrer d'autant plus, se réchauffant contre l'iceberg. Ouais, c'est contradictoire mais bon … Bref. En murmurant des mots calme et doux il caressait délicatement le torse de Willy, heureux comme tout, il était toujours tout mouillé en faite. Mais il était mignon ...

’-Dites…Vous n’avez aucuns problèmes avec vos partenaires de mission ?’

Il fut surpris, et réfléchi longuement. Aloooors … Avec Grell ça allait bien. Enfin …. On va dire ça. Avec Ronald … Bah … Parfois il lui faisait des gros câlins mais bon. Avec Eric … Hm … Bon heu … On va dire une sorte d'amour fraternel, et une amitié trèèèès ambiguë... Non. Il ne pensait pas avoir de problème avec ces partenaires. Doucement, il vint se pencher à l'oreille de Willy pour susurrer tout tendrement, de façon douce, comme une mère qui veut rassurer son enfant.

«-Ne vous inquiétez pas, William-sama … En plus de n'aimer que vous, aucun de mes partenaires n'est violent ou affectueux de façon … Malsaine ou trop insistante … Ils m'aident tous à contrôler mes émotions et sont adorable … N'ayez crainte ...»

’-Si vous le voulez, vous pouvez venir vous sécher chez moi, il n’est pas bon de rester trop longtemps dans cet état..’

Surpris, il pencha la tête sur le côté, et en l'hochant doucement, il vient se coller d'autant plus à lui pour embrasser de nouveau sa joue de façon totalement enfantine. Aller chez Willy ? Sérieusement ? Il en serai heureux. Très heureux, comme pas possible, mais il se demandait bien à quoi ça pouvait ressembler, en se levant doucement, il se rechaussa, mit sa veste et son veston pour que son torse d'androgyne ne soit pas trop visible, puis se mit face à William.

«-J'en serai très heureux … De plus je commence à avoir très légèrement froid … Mais pourrions nous d'abord passer par ma chambre ? J'ai besoin de prendre ma faux et … Quelque médicaments ...»

Et oui, il y a des inconvénients à sortir avec Alan. Déjà. Il lui faut 2 piqûres par jour. Une la journée à l'heure que l'ont veut, et l'autre à minuit. Et pour ça … Vu qu'Alan est une poule et dort à 21h, et bien Willy sera forcé de le faire si ils dorment ou 'habitent' ensemble. La joie hein ? Mais bon. Il imagine à quoi ressemble la maison ou la chambre tout court de Willy. Déjà. Y a un bureau et une chaise. C'est certain ça. En suite, un lit. Un sofa peut-être …

Puis des livres. Des stylos un peu partout peut-être ... Des papiers partout surtout. En y pensant bien, il compara cette version à sa chambre. Sa chambre à lui et à Eric, elle était simple, bien ranger, toute choses à sa place. Seul le plafond était … Différent ? Oui. Un ciel, beau ciel étoilé, celui qu'il regarde apaisé pour s'endormir chaque soir, que Eric à peint rien que pour lui. Il s'écarte un peu de William après être revenu tout contre lui.

«-William-sama …? Si … Un jour je viens m'installer chez vous … Pourriez-vous … Faire une petite chose pour moi …?»

Oui, il a besoin de voir le ciel étoilé le soir, pas peint obligatoirement par Eric, mais un ciel, un ciel plein d'étoile … Car depuis petit il ne peut pas le voir, enfermé toujours dans sa chambre et puis il l'aime, ce ciel, il veut devenir une étoile quand il s'envolera. C'est ce qu'il dit toujours, enfin. Il pense que William ne sera pas d'accord, surtout peindre son plafond sans doute blanc et totalement immaculé. (vu comment il est …) et se salir lui même. J'ai juste envie de dire, William sale = BLASPHEEEEEEEEEME !!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: The thorn of the death (Willy ^-^) [YAOI]   Ven 27 Avr - 15:45

Lançant un regard autour de lui, le superviseur vérifia qu’il n’y avait personne. Ou plutôt, vérifia qu’il n’y avait pas quoi/qui que ce soit dans les environs qui aurait la capacité/envie/besoin de faire du mal au Shinigami qui se trouvait entre ses bras. Se disant qu’un caillou pouvait difficilement agir de son plein gré, de même de la Tamise, pour se liguer contre le brun, il décida de les laisser tranquille. Pour le moment. Non il n’avait pas la moindre idée de ce qu’il pourrait faire pour les empêcher de le toucher en cas de besoin, mais il aviserait sur place. Au moment même. Il n’avait pas tellement le choix au final.

Paranoïaque lui ? Parfaitement. Surtout si cela concernait une personne qu’il appréciait. …Bon d’accord, il venait de le déduire ça. Oui il se rendait parfaitement compte qu’il allait sans doute le surprotéger en essayant de repousser le moindre mal, le moindre contact qui pourrait lui être néfaste. Le premier, qui que ce soit, qui essayerait de lui faire quoique ce soit devrait certainement être suicidaire. Très bien, il n’aurait pas le droit de le tuer certainement, mais il trouverait un moyen de lui faire comprendre très clairement qu’on ne toucherait pas à son Alan, sans son autorisation.

…Il allait peut-être un peu loin là quand même. Quoique non. Enfin, la question n’était pas là pour l’instant, il s’intéressait plutôt sur le point de ses binômes. Après tout, même eux auraient pu lui faire quoi que ce soit sans qu’il ne le sache. Mais il le rassura, et le superviseur daigna enfin se détendre légèrement à cette annonce. Si cela avait été le cas, il s’en serait certainement voulu à mort. Enfin, il était certain qu’il allait maintenant essayer de se mettre le plus possible en binôme avec le brun.

’-La meilleure chose que je sais faire, c’est m’inquiéter pour v…toi.’

Depuis combien de temps n’avait-il plus tutoyé une personne ? …Bon si l’on comptait son pigeon, cela ne faisait que quelques heures, mais en soi ce n’était pas une personne proprement à proprement parlé. …Avait-il seulement tutoyé ne serait-ce qu’un seul de ses homologues ou subordonnés jusqu’ici ? Absolument pas. C’était bel et bien la première fois, du moins de ce dont il se souvient.

Un baiser le fit revenir totalement sur terre, et il reporta son attention sur l’être qu’il aimait, qui s’était un peu plus serré contre lui, chose qui ne lui déplut une nouvelle fois absolument pas, bien au contraire il resserra légèrement les bras qu’il avait autour du brun, profitant pour au passage humer son parfum. Jamais…Jamais il ne voudrait le lâcher de son plein gré, sauf si bien évidemment il le lui demandait, là ce serait différent. Mais en attendant, il ne demandait strictement rien, alors il restait dans cette position, fermant légèrement les yeux. Franchement, on lui aurait dit la veille qu’il ferait ça, il aurait sans doute parfaitement ignoré la personne pour la laisser ‘déblatérer ses idioties en paix’.

Enfin, après quelques instants, son subordonné se releva, et il relâcha son emprise, n’ayant pas non plus l’intention de l’étouffer d’une manière ou d’une autre. Et…le brun remit ensuite sa veste et son veston. Domma…Hrm. Autant garder cette réflexion pour lui-même. Tiens, il venait de dire qu’il commençait à avoir froid, c’était une raison de plus pour rentrer le plus vite possible, et rester à ses côtés tant qu’il n’irait pas parfaitement bien. De plus, il avait fait une crise quelques instants auparavant, il se devait donc de s’assurer que son état était bel et bien stable maintenant.

Il se releva à son tour, et en l’entendant aborder le sujet de sa maladie en quelques sortes, ne sachant comment faire exactement pour le rassurer, pris sa main d’un geste quelques peu hésitant. De quoi avait-il peur ? De faire quelque chose de travers, qu’il le remballe, ou quoique ce soit d’autre dans le genre. Non vraiment il n’avait jamais été doué dans les relations, quelles qu’elles soient. Et il regrettait maintenant de ne pas avoir fait un peu plus d’efforts. Il se serait peut-être mieux débrouillé maintenant, mais il était trop tard pour avoir des remords.

’-Certainement, nous avons tout le temps tant que nous serons à l’abri du vent’

Il aurait voulu lui dire que si jamais il avait besoin d’aide, ou quoique ce soit d’autre, il pouvait compter sur lui, mais finalement ne l’avait pas dit. Il ne savait à vrai dire pas vraiment comment formuler sa phrase, ni si elle tombait bien dans la conversation ou non. Tant pis, il le dirait à un autre moment. Enfin, s’ils passaient par sa chambre d’abord, il pourrait voir ce à quoi elle ressemble, n’y ayant jamais mis les pieds. Maintenant, il n’allait pas non plus faire le gros incruste, et se contenterait de rester à l’entrée sauf si son partenaire insistait pour le faire entrer à l’intérieur.

C’est alors que le brun reprend la parole, énonçant le fait qu’ils pourraient habiter ensemble. …Il n’avait jamais pensé quelque chose de pareil, jamais imaginé. Mais en même temps, il était trop terre à terre pour laisser ses pensées divaguer de la sorte. Mais…Cela signifierait passer plus de temps à ses côtés. …Non cela ne le dérangerait pas, il était différent des autres. Positivement. C’était une idée, au moins, si jamais le brun avait besoin de quelque chose ou faisait une crise, il serait tout de suite à ses côtés. Et il le protégerait du mal du monde extérieur par la même occasion. Enfin, il ne fallait pas se bâtir des châteaux en Espagne non plus, il n’avait peut-être fait que lancer cette idée comme cela. Mais c’était à creuser.

’-Tout ce que vous voudrez…Tant que cela reste dans mes capacités.’

Sinon il saurait difficilement le faire. Enfin, quoiqu’il veuille il ferait un effort pour y arriver, il lui devait bien ça. Pour une fois il allait faire quelque chose qui profiterait à quelqu’un d’autre qu’à son ‘humble’ personne. Miracle. Son égoïsme serait-il en train de baisser légèrement ? Peut-être. Enfin, son ton froid habituel était bien loin maintenant, il l’avait abandonné devant celui qui avait sût voir plus loin que le mur de glace qu’il laissait transparaître. Néanmoins, il en resterait un pour tous les autres.

’-Cela ne…te dérangerais pas de venir habiter chez moi ?’

Bon là où il devrait fournir de gros efforts, ce serait au niveau du tact. On peut toujours espérer, peut-être qu’un jour il arrivera plus ou moins à sortir quelque chose de convenable sans risquer de froisser/brusquer les gens. Mais ce n’est qu’un rêve utopique pour l’instant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: The thorn of the death (Willy ^-^) [YAOI]   Sam 28 Avr - 3:03

’-Tout ce que vous voudrez…Tant que cela reste dans mes capacités.’

Il ouvrit la bouche puis se tut et se mit à se demander si peindre un plafond était dans les capacités de Willy. Lui, il ne l'avait justement jamais vu comme une personne égoïste et froide, Alan peut voir la part, infime soit elle de bonté dans un homme ou une femme d'apparence horrible. Même dans les méchants Disney ! Mais bref. En secouant doucement la tête il se reprend son joli sourire habituelle et serre l'une des mains de William contre lui, il à besoin d'un contacte physique si il est avec une personne. C'est obligé, si non, il commence à se sentir mal et triste.

’-Cela ne…te dérangerais pas de venir habiter chez moi ?’

Il eu un très léger … Ok. Pendant 20 min il a eu un big blanc. Il est retombé du coup sur ses fesses relevé donc depuis le temps, la tête levé vers le ciel. Il avait bien entendu ? Sérieusement bien entendu ? Habiter ensemble ? Pour de vrai ? De vrai de vrai ? Mon Sebastian en chaleur, c'est un miracle cette demande ! Il eu plusieurs phase. Les larmes aux yeux, l'émotion bien sûr, puis un grand sourire jusqu'aux oreilles, puis un poker face, et enfin il reprit son sérieux et son sourire totalement habituel. Il n'avait qu'une condition, et puis c'était d'accord.

«-A une seule condition, William-sama, peignez moi un Ciel étoilé dans ma future chambre.»

Voici la condition énoncé, il repris doucement la main de William en se levant, et lui vola de nouveau un baiser, mais pas un baiser bisounours, on va dire … Un vrai baiser d'adulte ? Doucement il effleurait, jouait, caressait tout tendrement la langue du grand brun, sans lâcher la main de se dernier, puis enfin en s'arrêtant au bout d'une ou deux minutes, il tira un peu la langue pour les garder lier une seconde avant de s'écarter de son visage et de rire adorablement. Il dit «Allons-y» et aussitôt dit aussitôt fait. Ils se mirent en route tranquillement, main dans la main vers la Dispatch'.

A un moment, Alan se stoppa totalement, et ferma les yeux simplement, pour respirer tranquillement et écouté le silence. Il était tel qu'il pouvait entendre son cœur et celui de Willy battre à l'unisson. Je lis trop de shojo ? Moi ? … Non ! Mais où allez vous chercher ça ? J'en ai juste 348. -sur un total de 430 mangas-. Bref, le nombre de mes mangas n'est pas du tout le sujet. Il écoutait juste, tranquillement, cela faisait longtemps qu'il n'avait pas entendu se bruit apaisant, et par pur réflexe, alla, se caler contre William, même leur respiration était synchroniser. Il brisa le silence pour dire en murmurant.

«-Nos cœurs battent ensemble … C'est un son si doux … Ils sont eux aussi amoureux … Et ils se parlent ainsi …»

Riant de manière douce il revient déposer ses lèvres contre la joue cette fois de William, reprenant le silence, pour l'instant il ne voulait pas bouger, et ça c'était sûr. Rien ne pressais, je le redis, toutes les âmes qu'ils avaient tout deux sur leur liste était fauché et il était encore tôt. Quel heure ? 4H ? 5H ? Peut-être, un peu plus sans doute, mais bon. Il écoutait toujours cette douce mélodie, et revint susurrer quelque chose de quasi inaudible si on est pas un démon ou un Shinigami.

«-Je savais bien … Que tu n'étais pas un glaçon William … Tout le monde est bon et doux … Même si ces traits de caractère son caché derrière un immense mur … Ils y sont …»

Sauf que lui il sait pas qu'il est le seul à pouvoir faire ressortir ces traits de personnalité, même du plus méchant homophobe raciste hétéro du monde … Enfin, Cortex quoi, il peut lui trouvé de la bonté. Faut le faire quand même ! Je suis désolée, moi je le voit dans la rue je lui balance une canette à la gueule. Enfin … Bref. C'est toujours pas le sujet. Il regarde le Will' dans les yeux, pour l'embrasser encore, oui, il aime l'embrasser, et moi j'aime dire qu'il embrasser Willy. A la fin du baiser, leur cœurs battent vite … Mais toujours ensemble, et ça, ça fait sourire encore plus Alan.

«-Il est si bon d'être aimé … N'est-ce pas …?»

Et avant qu'il ne donne sa réponse il l'embrasse encore une fois en resserrant délicatement sa petite étreinte autour de William, serrant délicatement sa veste de ses mains, les yeux totalement clos, on pourrai presque dire qu'il est au nirvana. A la fin, au bout de cette fois 5 min -ouais, il est fort en apnée.- , il vient murmurer encore à son oreiller.

«-Je t'aime William …»

En posant la main du big//BAMM///Brun contre son petit cœur, il rit de nouveau de façon totalement enfantine et mignonne comme tout. Son cœur bat. Bat à tout rompre, non, ce n'est pas dangereux, il est juste … A la fois heureux, timide, excité … Amoureux tout simplement … Et il pose lui même sa paume contre le torse de Willy pour murmurer tendrement.

«-Le tien aussi … Il bat vite … Très vite …»

Il le regarde et encore une fois -oui je commence à être chiante-, l'embrasse, et de nouveau, un baiser d'adulte, et il trouve à vrai dire que Willy se débrouille plutôt bien. Bah … Oui … Je suis désolée … Mais … Pour des baisers avec la langue, connaissant Willy, déjà, je sais que c'est Alan qui lui à donner son tout premier baiser mais alors là … Je crois que ça va être lui qui va lui faire son éducation sexuelle hein. Vu comme ça ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: The thorn of the death (Willy ^-^) [YAOI]   Sam 28 Avr - 14:57

Et voilà. Une fois de plus il avait réussi à faire une gaffe sans le vouloir. Du moins c’est ce qu’il en déduit vu la tête et le manque de réponse de la part de son partenaire. Merlin, comme arrivait-il à faire son coup ? Très bien, habituellement, il s’en fichait comme de sa première cravate – quoique, elle comptait encore plus que ladite gaffe-, mais cette fois-ci il n’avait pas n’importe qui à ces côtés. Toutes les autres personnes auraient pu réagir de cette manière, il s’en serait contre-fiché et aurait certainement continué son chemin sans prêter attention à ladite personne.

Après quelques instants, il porta une de ses mains à sa nuque, la passant comme si cela allait l’aider en quoique ce soit. Ce qui ne fut bien évidemment pas le cas. Lui dire d’oublier ce qu’il venait de dire ? Non. Il voulait réellement avoir sa réponse. Cette dernière allait totalement changer sa vie, et ses habitudes qu’il avait depuis des siècles. Elle ne serait certainement plus monotone. Bien que peut-être qu’à partir d’un moment cela le deviendrait-il ? …Non il ne pouvait pas le croire. De toute façon, il lui faudrait un bon bout de temps pour que cela le devienne.

En attendant, il espérait réellement avoir une réponse négative, qu’il lui dise que cela ne le dérangeait pas le moins du monde. Finalement…Finalement, il avait envie de l’avoir à ses côtés, de le retrouver en revenant le soir, d’avoir de la compagnie autre que son volatile. Maintenant il n’allait pas délaisser non plus ce dernier, hors de question. Mais il était certain que la personne qu’il voulait voir l’accueillir en rentrant de mission, et vice-versa se trouvait à ses côtés.

Soit. Il tenta un regard vers cette personne, n’ayant pas vraiment osé voir sa tête vu le manque de réponse, craignant qu’il l’envoie balader. Mais le brun finit par prendre la parole, mettant une condition. …Peindre un ciel étoilé ? Et bien…A vrai dire lui et le dessin n’étaient franchement pas amis. Mais ce n’était pas pour ça qu’il allait envoyer sur les roses Alan. Pour quelles raisons voulait-il le voir ? …Bon d’accord cela revenait à lui demander pourquoi il était devenu un Shinigami, il n’y avait peut-être pas de réponse à cette question. Mais il avait bien une autre idée, qui lui éviterait d’abîmer la rétine de son subordonné.

’-Et bien…Je ne peux pas prétendre être un grand artiste, mais je peux toujours essayer. A moins que tu ne préfères que je ne m’arrange pour que tu puisses l’observer en vrai ?’

Oh il devait bien y avoir un moyen, il y réfléchirait si c’était ce que demandait son aimé. Sinon…Et bien il lui peindrait son ciel en essayant de s’appliquer le mieux possible pour qu’il ait un semblant d’étoiles correctes et non pas des astres mutants. Enfin, alors qu’il finissait sa phrase, Alan repris sa main, et il le laissa, n’y voyant strictement aucun inconvénients. De plus c’était lui qui au départ la lui avait prise quelques minutes auparavant. Soit, son interlocuteur se rapprocha de lui, l’embrassant une nouvelle fois. Mais différemment, bien plus différemment qu’auparavant. Surpris au départ, il ne réagit pas, mais se détendit assez vite et ferma les yeux, pour profiter un peu plus du contact qu’il lui offrait. Il lui répondit ensuite, d’abord doucement, avant d’accélérer légèrement la cadence.

Lorsqu’ils s’arrêtèrent, et que le plus jeune commença à partir, le superviseur le fixa avant de le suivre docilement. Son cœur s’était affolé suite à ce baiser, et commençait à reprendre une cadence normale. Correction, son organe s’était affolé. Son cœur lui, appartenait maintenant totalement à son partenaire. Il l’avait maintenant entre les mains et pourrait lui faire faire un bon nombre de choses. Alors que William s’était évertué à le mettre derrière des tonnes d’embûches, lui avait quand même fini par s’en emparer. Et il ne ferait rien pour le lui reprendre. Il était parfaitement bien là. Il était certainement entre de bonnes mains.

A un moment Alan s’arrêta, et le Shinigami en fit de même, se demandant néanmoins ce qu’il lui prenait. Silencieusement, il l’observa vérifiant s’il n’y avait rien d’anormal. Mais il vint contre lui, et c’est avec un certain plaisir qu’il l’accueillit, l’entourant de ses bras, posant ses mains dans le bas de son dos.

’-Le mien essaye sans doute juste d’imiter ta perfection…’

Quand il l’embrassa sur la joue, il resserra légèrement son étreinte, profitant du moment. Il était certain qu’il ne pourrait pas rester indéfiniment comme cela, même si cela ne lui aurait pas déplu. Non il faudrait bien qu’à un moment où à un autre ils ne rentrent définitivement à la Dispatch et qu’il s’occupe des dossiers. Quand son partenaire vint lui murmurer quelques paroles, il fut assez surpris de la nature de celle-ci. On venait de lui dire qu’il n’était pas un glaçon. Lui qui ne laissait strictement rien transparaître, et dont la seule chose qui pouvait bien lui importer était son travail. Mais il ne pouvait nier le fait qu’il avait été différent avec lui depuis quelques instants. Le mur dont il parlait c’était complètement effondré, il n’en restait plus rien. Mais il se reconstruirait dès qu’une autre personne viendrait. Et se briserait une nouvelle fois, dès que le brun serait à ses côtés.

’-Tu….me surestimes je pense’

Son subordonné l’embrassa une nouvelle fois et…il esquissa ce qui ressemblait à un sourire. Si c’est possible. C’était très léger, mais venant de lui, une fois de plus cela tenait du miracle. Au Diable ce que pourraient bien penser les autres, au Diable le passé qu’il ne trouverait certainement plus, tout ce qui comptait c’était Lui. Lui qui était dans ses bras, Lui qui avait réussi à le sortir un minium de sa psychorigidité. S’il était bon d’être aimé ? William ne pouvait qu’être d’accord avec lui, mais avant de répondre quoique ce soit, le brun se ré empara de ses lèvres, et il en fit de même. Et puis, quatre mots vinrent une fois de plus accélérer le rythme de son cœur, quatre simples mots. Il laissa son cadet lui prendre la main, et la mettre sur son cœur, remarquant par la même occasion que le sien aussi battait la chamade.

’-Tu te rends compte de l’effet que tu fais ?’

Un éclair d’amusement passa dans ses yeux, avant que son partenaire ne l’embrasse une nouvelle fois. Il le laissa faire quelques secondes, avant de resserrer encore un peu son étreinte et de prendre le dessus. Domination, mon amie. Cependant, il le rompit quelques instants plus tard, tout en passant doucement une main dans les cheveux de son subordonné.

’-Toi…Je ne vais plus te lâcher dorénavant…’
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: The thorn of the death (Willy ^-^) [YAOI]   Mer 2 Mai - 0:46

’-Et bien…Je ne peux pas prétendre être un grand artiste, mais je peux toujours essayer. A moins que tu ne préfères que je ne m'arrange pour que tu puisses l'observer en vrai ?’

Il l'observa, longuement, un peu surpris de ce qu'il venait de dire. L'observer ? En vrai ? Comment ? Il y réfléchit. Certes, le voir en vrai serai sublime, merveilleux, il y rêvait déjà, mais … Comment encore une fois ? Sauf si la maison de Willy était petite ou bien qu'elle avait un étage, a part posé une fenêtre au plafond, et une grande, il ne pensait pas pouvoir réussir à foutre le vrai ciel dans sa chambre. Mais bon ! Il le regardait longuement après l'avoir embrasser bien sûr, et sourit avec tendresse.

«-Oh … Si cela est en ton pouvoir, William, j'aimerai bien … Voir le ciel en vrai ...»

Il c'était arrêter pour écouter le son si doux égale à une berceuse de leur cœur, et l'avait enlacé, pour sourire et dire quelque chose de peu intéressant … Il aimait rester contre William, il se sentait en sécurité, tranquille, il était bien contre son torse, apaisé, heureux, il murmurait doucement des mots tendre, des paroles se voulant d'être tendre et douce, amoureuse surtout. Il caressait les cheveux du grands bruns par la même occasion, délicatement.

'-Le mien essaye sans doute juste d'imiter ta perfection…'


Flatté, il devint légèrement rouge et le regarde longuement, comme pour dire que ce n'était pas vrai. Il vint doucement enfouir sa tête contre son cou pour embrasser celui-ci tendrement, fermant tranquillement les yeux de nouveau, apaisé de nouveau, en souriant, et son regard vint confirmé sa pensé. Il ouvrit la bouche, puis se tut, puis la rouvrit, et se tut de nouveau, comme un poisson, il n'osait rien dire, encore, et enfin, il lâcha :

«-Mais … Je ne suis pas parfait voyons … Et puis de toute façon … Mon pauvre petit cœur est à ta merci, maintenant, William …»

'-Tu….me surestimes je pense …'


Il fut surpris maintenant, et se mit à pensé, l'avait-il surestimé en disant qu'il n'était pas un surgelé ? Il pencha la tête sur le côté, un peu, et marmonna faiblement qu'il ne l'avait pas surestimé. Pourquoi mentir ? Surtout, pourquoi mentir à l'homme qui détenait la clé de son cœur ? Pourquoi ? Cela ne rimait à rien … Il … Il trouvait cela totalement illogique. Il était franc, si il trouvais que William était un vrai glaçon, il ne serai pas là, contre lui, dans ses bras. Il n'aimait pas les inexpressifs, mais, les vrais, et avec William, il savait de toute façon, que si il cherchait, qu'il creusait un peu, il allait trouver quelque chose sous la carapace de Willy.

Pourquoi une carapace ? Parce que … William avait sans doute dû se la construire, peu à peu, pendant ses années de formations et de travail en temps que Shinigami. Il ne faut rien ressentir quand on tue. Chose qu'Alan au bout de 10 âme à du mal à faire. Même si il tue un mec qu'à commis 50 meurtres de sangs froid sur des femmes et des enfants, fait 25 viols et égorgé 30 chatons, il pleure quand même, oui, il est hypersensible et ne peut pas, ne pas pleurer au bout de sa 10e âme. A chaque fois, il se met à pleurer, plus ou moins fort si il tue le dit gros connard de criminel, ou un enfant, et les enfants … Vous voyez les chutes du Niagara ? Et bah lui, c'est la même.

'-Tu te rends compte de l'effet que tu fais ?'

Et il vira encore une fois à la couleur tomate, les yeux un peu baissé pour enlevé sa petite main du cœur du grand Shinigami, il était gêné, et excité, un peu, mais il ne le montrait pas, il était juste adorable, rouge comme ça … Il secoua négativement la tête, comme si sa réponse était intéressante maintenant. Non, il ne se rendais pas compte de l'effet qu'il faisait aux hommes à qui il était particulièrement attaché et avec qui il liait des grandes amitiés. Il ne savait pas du tout qu'il pouvait en faire tomber quelques un amoureux, il ne savait pas qu'il pouvait faire déprimé d'autre personne. Non. Il était bien trop naïf pour deviné qu'il était capable d'avoir autant de charme. Il était bien trop innocent, c'est ça d'ailleurs qui le perdra un beau jour.

En sentant que le baiser s'intensifia après l'avoir encore embrasser, il se sentit dominé, et surpris, amusé et appréciateur de cette soudaine prise en main de Willy, il ferma lentement les yeux les ayant entrouvert, et répondit avec joie à cet ardent baiser, resserrant son étreinte, intensément, heureux, à la fin, légèrement haletant, il regardait William droit dans les yeux.

'-Toi… Je ne vais plus te lâcher dorénavant…'

Il rit avec tendresse et vint, encore l'embrasser de façon beaucoup plus innocente, pour s'écarter tranquillement, prendre sa main, et recommencer à marcher joyeusement. Arriver dans sa chambre, il ouvrit la porte, Eric était là, il le salua en affichant un énorme sourire pour lui faire un câlin bisounours et prendre ses médicaments ainsi que sa faux. Par la suite, en regardant Willy à la porte qui observait le plafond étoilé, il s'approcha doucement, et vint l'embrasser délicatement.

«Allons chez toi maintenant, William ...»

Souriant encore une fois, heureux, il reprit sa main pour la serrer fort, et commencer à le suivre, en regardant le soleil maintenant totalement levé. 9H du matin peut-être ? Il marche, tranquille, dans un joli silence, calme, pas lourd, très très léger. Il suivait juste William, sa faux sur l'épaule et son gros sac de médicaments dans la même main qui tient sa faux. Comment il réussi à pas tomber ? Bah … Il à de l'entrainement, faut pas vraiment chercher …
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: The thorn of the death (Willy ^-^) [YAOI]   Jeu 3 Mai - 21:03

Guettant sa réaction, William pencha légèrement la tête. Qu’allait-il bien pouvoir penser de sa proposition ? Maintenant, s’il optait pour elle, il faudrait qu’il trouve un moyen de s’arranger pour réaliser son souhait. Mais il y aurait bien un moyen, ce n’était pas non plus comme s’il lui demandait l’impossible. Il n’avait plus qu’à se creuser un peu les méninges, et il trouverait certainement.

’-Alors on fera tout pour que ce le soit’

Bon ceci dit, il n’irait pas non plus jusqu’à détruire complètement son toit maintenant. Très mauvaise idée de le faire. Si, il y tenait. A la limite dans ce cas-là, il préférait encore le peindre. Enfin, il verrait bien ce qu’il ferait en temps voulu. Ce n’était pas vraiment l’endroit ni le moment pour y penser, il en aurait le temps plus tard. Soit, après quelques instants il ferma légèrement les yeux, alors que son partenaire passait doucement une main dans ses cheveux. Contact qu’il n’avait encore jamais pu bénéficier jusqu’à maintenant, ou encore une fois il n’en avait pas du tout de souvenir.

Ceci dit, il rouvrit les yeux quelques instants plus tard et eu un sourire amusé en voyant le teint qu’avait pris son homologue. Il soutint son regard, avant qu’il ne vienne mettre sa tête contre son cou. Gardant ses mains dans le bas de son dos, il resserra légèrement son emprise, comme pour l’empêcher de s’en aller. Même s’il n’en avait pas l’intention, il continuerait de le serrer de la sorte contre lui. Geste par lequel il essayait de faire passer une partie de l’affection qu’il lui portait.
Il bougea légèrement la tête, avant de mettre son front contre le sien, respirant doucement. Pas parfait lui ? Bien sûr que si il l’était. Il ferma une nouvelle fois les yeux, l’écoutant. Ainsi lui aussi avait réussi à avoir son cœur comme lui détenait le sien ? Il en sortait une certaine fierté, même s’il n’avait pas fait grand-chose pour.

’-Pour moi, tu l’es. Quant à ton cœur, il est plutôt riche et grand…Et même si le mien n’a pas la même valeur, il est tout autant à ta merci’

Quoiqu’il en soit, il prendrait soin de celui du brun, du mieux qu’il le pourrait. Il allait le garder précieusement, jalousement même. Mais pour le moment, il n’avait pas besoin de montrer ne serait-ce qu’un signe de jalousie, il n’y avait personne pour le moment qui pouvait faire quoi que ce soit à son Alan. Lorsque ce dernier enleva sa main de son cœur, il la reprit, la remettant à sa place. Elle était beaucoup mieux là. Mais quelques instants plus tard, ils reprirent leur marche, direction la Dispatch. Il ne le lâchait pas d’une semelle, et après quelques minutes, ils arrivèrent devant la chambre de son partenaire. Dans laquelle une des personnes qu’il appréciait le moins se trouvait. Slingby. Autant dire que le fait qu’Alan vienne lui donner un câlin n’arrangera en rien les choses. Slingby : 1 William : 0 .Croisant les bras et râlant intérieurement, il se mit à regarder le plafond, pour lequel il avait soudainement trouvé un intérêt. …Un plafond étoilé. Fronçant légèrement les sourcils, devinant que c’était le blond qui l’avait fait, il se jura de faire mieux que lui. Vrai ciel ou pas, artiste ou non, il ferait mieux. Parce qu’il ne se laisserait pas dépasser par son subordonné. Age mental : trois ans.

Ce fut le brun qui le sortit de ses pensées en l’embrassant, avant de lui dire d’aller en direction de sa chambre. … AHA ! Slingby : 1 William : 2. …Areum. Serrant à son tour la main du brun, il sorti de la pièce en l’emmenant chez lui. Durant les premières minutes, il marcha en silence, ne faisant absolument pas attention à ce qui l’entourait mis à part Alan, avant de se rendre compte que le sac que portait le Shinigami n’avait pas l’air des plus légers. D sa main libre, et sans vraiment lui laisser le choix, il le lui prit doucement, continuant de marcher. Ce ne fut que quelques instants plus tard qu’ils arrivèrent enfin à destination, et après avoir ouvert la porte, se décala légèrement afin de laisser passer Alan devant. Ceci fait, il lui emboîta le pas, fermant la porte derrière lui. Il ne pût s’empêcher de lancer un regard circulaire, vérifiant que tout était à sa place, et qu’aucun individu ne s’était introduit pour il ne savait quelle raison, avant de poser le sac de médicaments sur la table, se dirigeant après vers son fidèle pigeon afin de le nourrir.

’-Fais comme chez toi.’

Lança-t-il à l’adresse du brun, en passant un doigt sur la tête du volatile, avant de reporter son regard sur Alan, et de se rappeler que le but premier était de le sécher au plus vite afin qu’il n’attrape pas froid. Allant donc maintenant vers la salle de bain, il en ressorti avec une serviette en main qu’il tendit à Alan

’-Tu as encore froid ? Tu veux peut-être quelque chose de chaud à boire ? Ou…Peut-être des vêtements de rechange ? Ce sera sans doute trop grand pour toi, mais au moins, ce sera sec…’

Même s’il était inquiet et que ses paroles le laissait ressentir, son ton lui n’y laissait rien paraître. Enfin, après quelques secondes, il se rapprocha encore du Shinigami, posant la serviette sur ses épaules et commençant à le frotter. Non il ne le laisserait pas prendre froid.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: The thorn of the death (Willy ^-^) [YAOI]   Ven 4 Mai - 1:45

'-Fais comme chez toi.'

Avant que Willy n'entre, la première chose qu'il vu … Ce fut le … Pigeon. Il se mit face à lui pour le regarder droit dans le blanc de l'œil, un peu … Con. Mais bon, c'est Alan on y peut rien. En silence, il dévisageait l'oiseau, et en remarquant que William c'était approché, sans doute pour s'en occupé, il s'écarta doucement et se mit à faire le tour de 'l'appartement'. Sans rien toucher, sans rien dérangé, il n'oserai jamais, surtout pas chez William.

Il observait, 'admirait' les lieux, la propreté, le silence doux, le rangement carré de Will'. Il était totalement émerveillé, oui, un rien pouvait le rendre joyeux ou autre. Il se mit doucement assis dans un siège, où il ne risquait de ne rien chambouler dans cet endroit à la fois chaleureux de stricte. En voyant William faire un aller retour d'une pièce à l'autre, il fut surpris et se redressa pour l'observer s'approcher avec une serviette et la lui poser sur les épaules. Tien, c'est vrai, il était mouillé !

Il ne se souvenait même plus de ce détail lui. Il éternua doucement, petit 'atchoum' totalement adorable, et se frotta délicatement le nez de son index pour écouter William lui dire plein de chose. Il vint simplement se caler contre lui et le serrer fort mais si faiblement, voilà sa réponse. Il était bien, là, caler encore une fois contre celui qu'il aimait. Il était calme, heureux, tranquille, souriant avec douceur, les yeux clos, apaisé.

«-L'une de tes chemises me suffira amplement, William … Du moment que je peux rester ainsi dans tes bras je n'ai besoin de rien d'autre …»

Il se mit tout doucement sur un canapé en l'entraînant avec lui, couché, sans pour autant lâcher William, l'embrasser tout tendrement. Non, pas encore de Yaoi, même si j'aimerai. Bon, je serai patiente, moi grosse perverse qui aime le lemon derrière mon écran. Il serrait simplement, donc, son amour contre lui, avant de le lâcher presque tristement pour le laisser partir chercher la chemise. En le regardant s'écarter, il se mit ventre sur le divan pour humer doucement l'odeur du cuir.

Il remarqua soudain une chemise, donc, sale peut-être, étrangement posé sur le siège, juste à côté de lui. En se levant tout doucement, il vint la prendre pour se remettre dans le canapé et se couché, dos à la pièce où se trouvait Willy, pour sentir à plein poumon la douce odeur de son nouveau colocataire maintenant, souriant tout doucement, heureux. Il s'assoupissait, peu à peu, et sentit une main se posé contre son épaule.

Rouvrant brusquement les paupières, surpris, il se redressa doucement, la chemise dans la main, pour regarder le Shinigami. Il vint l'attraper d'un coup et l'embrasser langoureusement, les yeux clos, le serrant comme il le pouvait, tremblant très légèrement, il avait … Besoin de lui ? Oui. Absolument, il avait besoin de sentir William contre son cœur, avoir ses lèvres collé aux siennes, c'était, désormais, vital.

«-William … Ne t'éloignes plus … Plus jamais … Je t'en supplie … Ne pars plus …»

Un manque d'affection dans son enfance qui ressortait, un manque profond qu'il quémandait à William, il le serra encore plus, mais ne pouvait pas l'étouffer, il était bien trop faible, encore une fois, pour ça. Il était en détresse, la tête contre le torse de Willy, et il se mit à sangloter en silence, tout tremblant, crise, pas crise de sa maladie, crise sentimental s'il on peut dire. Il en a eu rarement, très très rarement. Quelques une parfois, avec Eric.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: The thorn of the death (Willy ^-^) [YAOI]   Ven 4 Mai - 20:20

Le grand brun continuait de frotter son partenaire contentieusement, avant qu’il n’éternue, l’arrêtant dans son geste. Même si ce n’était qu’un petit éternuement, il était loin de le rassurer, au contraire. Enfin le fait qu’il le serre encore un peu plus contre lui, lui prouva qu’il était encore capable de tenir debout et qu’il n’était pas au bord de l’agonie ni quoique ce soit d’autre. Et qu’il n’y avait donc sans doute pas de quoi s’inquiéter dans l’immédiat. Au pire, tout ce qu’il pouvait avoir attrapé serait un coup de froid, rien de plus. De plus, il ne semblait pas mourant, il semblait même…heureux ?

Quoiqu’il en soit, la dernière phrase que lui dit son aimé le déstabilisa quelque peu. Comment réagir dans ce genre de situation exactement ? Il n’en avait pas la moindre idée. Resserrant légèrement son emprise quelque peu maladroitement, ne sachant que faire d’autre, il ne dût cependant pas se creuser plus longtemps la tête pour trouver quoi faire, le plus jeune s’installant sur le fauteuil, l’entraînant par la même occasion avec lui. Essayer de ne pas l’écraser était une assez bonne optique. Mais lorsque le brun l’embrassa, il n’y fit plus tellement attention, ses pensées étant maintenant occupées par autre chose.

Pouvait-il se sentir mieux qu’en ce moment-là ? Il avait du mal à le croire en tout cas. Alors que son cœur s’emballait une nouvelle fois, il se fit la réflexion qu’il ferait peut-être mieux de se retirer, mais il n’en avait ni le courage, ni l’envie. Et si jamais quelqu’un entrait pour n’importe quelle raison ? …Tant pis, il se rendrait bien compte qu’il dérangeait et il fallait espérer qu’il s’en irait bien tranquillement. Soit. Lorsque le brun le lâcha, il resta quelques instants, n’ayant pas la moindre envie de quitter cette position. Avant de se rappeler que la chemise ne viendrait pas toute seule d’elle-même, et qu’avant tout, il voulait éviter que son protégé ne prenne froid.

Se relevant à contre-cœur, il partit donc à contre cœur dans sa chambre, allant chercher une chemise qu’il pourrait prêter à Alan. Revenant donc quelques instants plus tard, l’habit voulu à la main, il trouva le brun dos à lui, avec une chemise en main, qu’il avait laissée là, par manque de temps. Se rapprochant une nouvelle fois de lui, il mit doucement sa main sur son épaule, comme pour le prévenir de son retour, sans pour autant trop le surprendre. Même si ce fut un peu raté vu sa réaction. Et alors qu’il allait lui tendre la chemise, il se sentit attiré une fois de plus vers lui, avant que ses lèvres ne rencontrent celles de son subordonné. Il sentit ce dernier trembler légèrement contre lui, et passa ses mains dans son dos, le serrant à son tour contre lui, comme pour le rassurer, prolongeant le baiser. Quelque chose semblait turlupiner son interlocuteur.

Et il eut sa réponse quelques secondes plus tard. …ne plus s’éloigner ? Il n’était parti qu’une poignée de secondes, mais soit, il n’allait pas le lui faire remarquer, ce n’était pas vraiment le moment ni la chose à faire certainement. Il avait sans doute simplement peur qu’il ne le laisse tomber ou quelque chose dans le genre, du moins de son point de vue. Chose qu’il n’allait certainement pas faire. Il était entré dans son cœur, et ce n’était certainement pas le superviseur qui allait l’en chasser maintenant qu’il s’y était installé. Au contraire, rester le plus possible avec Alan ne le dérangeait pas le moins du monde. Cela l’arrangeait même. Mais l’heure n’en était pas aux réflexions, il valait mieux essayer de le réconforter. Et même si Mr Pigeon l’aurait certainement mieux fait que lui, il essaya quand même.

Durant les premiers instants, il resta sans rien faire, avant de finir par mettre une main dans les cheveux de son partenaire, et de l’embrasser doucement sur le front. Au final les gestes étaient beaucoup plus simples que les paroles. En silence, il continua de l’embrasser un peu partout sur le visage, tout en le serrant contre lui de son côté, n’ayant pas la moindre intention de partir pour le moment.

’-Chh…Calme-toi Alan, je ne vais pas partir’’

Lui dit-il doucement, avant d’aller s’asseoir sur un fauteuil, tout en ne lâchant pas Alan, le mettant sur ses genoux. Posant son menton sur son épaule, il ferma les yeux quelques instants avant de l’embrasser dans le cou, et de rester dans cette position quelques instants. Il se remit à passer une main dans ses cheveux, doucement, hésitant à reprendre la parole.

’-Si…Si le fait que je m’éloigne te déranges tant que cela, on peut toujours ‘fusionner’ ton bureau avec le mien..’

Oh, il n’y avait pas de’ si’, pour la bonne et simple raison que ses supérieurs n’auraient rien à dire si cela n’influençait en rien son travail. Certes certains se poseraient des questions, mais ce n’était pas non plus comme s’il avait porté énormément d’attention sur ce que les autres pouvaient bien penser de sa manière d’agir et de faire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: The thorn of the death (Willy ^-^) [YAOI]   Dim 6 Mai - 4:57

'-Chh...Calme-toi Alan, je ne vais pas partir''

Il fit donc ce que lui demanda son aimé, se calma tout doucement pour soupirer un peu en suite. Il haïssait ses crises d'angoisse. Mais comment pouvait-on lui en vouloir, après tout, c'était Alan … Il frissonna quand il sentit un baiser se poser dans son cou, embrassant lui l'oreille de William, il hésita à murmurer un 'pardon', oui, il avait peur pour l'instant, de la réaction à chaud de Willy. Tranquille maintenant, il sursauta en écoutant de nouveau son William.

’-Si…Si le fait que je m’éloigne te déranges tant que cela, on peut toujours ‘fusionner’ ton bureau avec le mien..’

Surpris par cette proposition, il vint le serrer légèrement plus, il ne voulait pas parler pour l'instant, mais, bon, cela voulait bien évidement dire 'oui'. Il se leva tout doucement pour essuyer ses yeux encore larmoyant, et sourire avec douceur à William, pour se déshabiller doucement, sans aucune gêne devant lui, de dos, et enfiler la chemise, pour rire, amusé comme un petit garçon déguisé avec les vêtements de ses parents.

Il va vers la cuisine, tranquille, j'aime les trucs clichés mignons. Bon, Ok, il a pas le petit tablier qui va avec, mais il cuisine en sifflotant, adorable tout simplement. Il coupe, cuit, presse, comme une vrai épouse modèle. Il fait une soupe miso, du thé vert, des pommes en forme de lapin (... Oui, je déconne pas, je viens de tilter ..) , une salade de chou surmonté d'une omelette où il y avait marqué «suki ♥» (Bah, je penses que tu sais mon Willy mais au cas ou, 'je t'aime ♥')avec du ketchup. Il met tout sur un plateau avec des baguettes et se met doucement face à Willy.

En souriant, tout content et fier de son repas, il prend les baguettes, pique un bout d'omelette et se penche vers Willy en embrassant sa joue tendrement.

«-Aaaaaah~♥»


En voyant William ouvrir la bouche, il lui met tout doucement l'omelette à l'intérieur et le regarde manger, inquiet, il ne sait pas si c'est bon. Même si moi je sais que c'est digne de la cuisine de Claude ou de Sebby ce qu'il prépare. Mais il est si modeste, qu'il pense que c'est médiocre. Donc, il n'ose rien dire, et gagne un petit silence, avant de voir une expression .. On va pas dire un sourire mais une jolie expression illuminant le visage de Willy.

Souriant en grand, il vient lui faire un gros câlin, heureux comme tout, et se lève pour aller préparer son déjeuner. Il prend une boîte de bento, tranquillement, et commence à cuisiner en chantonnant, joyeusement. Dans le compartiment le plus grand, il met du riz et du riz coloré en rose formant soigneusement un cœur, dans un autre, il fait deux saucisses en forme de poulpes, deux œufs dur avec des sourire et des yeux (fine lamelle de carotte pour la bouche et graine de sésame pour les yeux.) Puis celui d'en dessous, il fait une salade composé on peut faire, ainsi qu'une croquette de poulet en forme de cœur et des narutos.

Puis sur la surface du cœur en riz, il écrit «kimi dake» (Seulement toi~) rajoute une boisson et des couverts, puis fait un petit sachet et rit, oui, quand il aura des gamins, se sera une très bonne mère, Alan aime materné et s'occuper des êtres aimés. We love Alan for ever ♥


Spoiler:
 

Spoiler:
 


Dernière édition par Alan Humphries le Dim 6 Mai - 21:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: The thorn of the death (Willy ^-^) [YAOI]   Dim 6 Mai - 21:07

Petit à petit, le plus jeune sembla se calmer mais William continua de le serrer contre lui au cas où, pour n’importe quelle raison, il recommencerait. Et puis de toute façon, ce n’était pas non plus comme s’il avait envie de le lâcher. Il n’avait tout simplement pas envie de bouger, il était parfaitement bien contre lui, le sentant sur lui, sa chaleur l’entourant. Après quelques instants, il le serra un peu plus fort, fermant légèrement les yeux, sans raison particulière. Après tout, pourquoi devrait-il en avoir une ?

Enfin, maintenant il ne lui restait plus qu’à attendre sa réponse, qu’il espérait au fond positive. L’avoir à ses côtés lorsqu’il travaillerait le rassurerait plus qu’autre chose au fond. De la sorte, il serait certain que personne ne chercherait à lui nuire. Et puis si jamais le plus jeune avait besoin d’aide pour quoique ce soit, il serait juste à côté de lui. Sentant qu’Alan resserrait à son tour son emprise sur lui, il prit ça pour une réponse positive, et une lueur d’espoir vint naitre dans ses yeux.

Lorsque le brun se releva, il le lâcha doucement à contre-cœur, et l’observa frotter ses yeux avant de se déshabiller, mettant sa propre chemise qui était trop grande pour son cadet. Alors qu’il s’apprêtait à le reprendre dans ses bras, voulant profiter le plus de temps possible de ce moment, Alan se dirigea vers la cuisine. Intrigué, il haussa un sourcil se demandant bien ce qu’il pouvait faire. …Cuisiner d’accord, mais pourquoi ? …Pour manger. Pour qui ? …Sans doute pour eux. C’est bien, il arrivait à répondre lui-même aux questions.

Patient, il mis sa curiosité de côté et attendit sagement sur le fauteuil, ne bougeant pas d’un millimètre. D’ailleurs, il fut récompensé quelques instants plus tard lorsqu’Alan revint avec un plateau en main, se dirigeant vers lui. L’observant avec un certain amusement, il ouvrit docilement la bouche, se laissant se faire servir. …Non il n’avait encore jamais mangé de sa cuisine, mais même si c’était la chose la plus infâme, il l’aurait aimée tout simplement parce que cela venait d’Alan et de personne d’autre. Mâchant, il y eu un silence durant quelques secondes, avant de tourner son regard vers le plat, qu’il n’avait toujours pas daigné regarder, le brun étant nettement plus intéressant. C’était…La meilleure chose qu’il avait goutée. En même temps, lui lorsqu’il cuisinait, il cherchait plus à aller vite qu’autre chose.

Alors qu’il s’apprêtait à attaquer le reste, n’ayant plus mangé depuis la veille, il commençait à avoir sérieusement faim, son subordonné vint lui faire un câlin, achevant de le mettre de bonne humeur. Pour la première fois depuis des siècles, il était totalement de bonne humeur. Ceci dit, dès qu’il sortirait, même si cette bonne humeur ne retomberait pas, il resterait tout aussi distant avec les autres. Seul et uniquement le brun avait le droit de le voir afficher ses semblants d’émotions.

Enfin, Alan se releva peu après, et le voyant repartir à la cuisine, le superviseur attaqua le reste du petit-déjeuner, tout en essayant de ne rien tâcher. Et de rester droit. Chose peu facile vu le fauteuil dans lequel il s’enfonçait légèrement mais bon, il y arriva quand même. Lorsqu’il eut fini, il se leva à son tour et se dirigea aussi vers la cuisine, pour nettoyer son assiette et le plateau. Il avait horreur de laisser quelque chose de sale plus d’une minute à côté de lui quand il y avait la possibilité de le laver. Posant l’assiette propre à côté de l’évier une idée lui traversa l’esprit. Complètement absurde, insensée. Mais s’il ne le faisait pas maintenant, il ne se déciderait sans doute jamais, il ne se connaissait que trop bien.

Allant vers son partenaire, il posa une main sur son épaule avant de l’embrasser à son tour sur la joue, le remerciant à sa manière. Il passa ensuite ladite main dans les cheveux du plus jeune, jouant quelques instants avec une mèche à l’aide de son doigt

’-Il faut…Que j’aille vite régler quelque chose. Ca ne me prendra pas beaucoup de temps, un quart d’heure grand maximum. Je fais au plus vite d’accord ? Aussi je…te confie Mr Pigeon.’

Le superviseur lança un regard en coin au volatile qui l’accompagnait depuis plusieurs années. Jamais encore il n’avait laissé quelqu’un s’en approcher à moins de 5 mètres, sauf quand il délivrait une lettre. Et ne l’avait encore moins confié à qui que ce soit. …Mais il faisait confiance en Alan. Avant de changer d’avis, il s’écarta doucement du brun en se disant que plus vite il partait, plus vite il serait revenu. Mais il ne put s’empêcher de l’embrasser une dernière fois avant de fermer la porte derrière lui.

Maintenant, il s’agissait d’aller vite et de revenir dans le quart d’heure promis. Marchant plus vite que d’habitude, il se dirigea d’un pas ferme vers la sortie de la Dispatch. Pour arriver en plein centre de Londres. Entrant dans une boutique, chose qui tenait du miracle, il hésita à en ressortir de suite, se disant que finalement ça pouvait attendre. …Aha. Repousser la chose une fois avec lui reviendrait à la repousser encore dans deux siècles. Alors autant le faire maintenant en essayant de se convaincre qu’il doit le faire pour son travail pour le motiver. Il déambula quelques instants dans la pièce, inspectant tout ce qu’il y avait une fois, puis revint sur ses pas, son attention ayant été attirée depuis quelques instants par un objet en particulier. Maintenant le tout était de savoir si ça lui plairait. Dilemme. William regarda sa montre, et finit par porter son choix sur celle qui avait attiré son attention. Si il commençait à essayer de trouver celle qui lui plairait le plus, il y serait toujours dans deux jours. Bon. Ce n’était pas donné mais radin et économe comme il était ce n’était pas réellement un problème. Le vrai problème était d’affronter la vendeuse et d’essayer d’aller le plus vite possible sans paraître trop impoli.

Chose qu’il réussit plus ou moins à faire. …En fait c’était à la limite s’il n’était pas inscrit sur le front de son interlocutrice qu’elle le trouvait mignon à changer de sujet/éviter de répondre à chaque question un peu trop personnelle à son goût qu’elle lui posait. …Raison de plus pour aller plus vite. Essayant de faire accélérer les choses comme il le pouvait, ce fut à peine s’il ne se mit pas à courir lorsqu’il fut sorti du magasin. Même s’il lui restait cinq grosses minutes. Il arriva d’ailleurs un peu à l’avance dans ses appartements, après avoir soigneusement rangé l’écrin dans sa poche et fût heureux de voir que son partenaire était toujours là.

’-Et voilà, tout est en ordre.’

Hésitant quelques instants, il remonta ses lunettes avant de se diriger vers le brun. …Merlin qu’est-ce qui lui avait pris de faire une chose pareille ? Il était partagé entre deux. D’un côté il se disait qu’il aurait tout le temps de le faire plus tard, qu’il allait beaucoup trop vite, et de l’autre, il savait pertinemment que c’était maintenant ou…dans des centaines d’années. Et qu’il pourrait regretter de ne pas l’avoir fait maintenant.

’-Hrm…Alan ?’

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: The thorn of the death (Willy ^-^) [YAOI]   Lun 7 Mai - 1:50

’-Il faut…Que j’aille vite régler quelque chose. Ca ne me prendra pas beaucoup de temps, un quart d’heure grand maximum. Je fais au plus vite d’accord ? Aussi je…te confie Mr Pigeon.’

Il hocha doucement la tête, souriant, et après avoir fait un peu de ménage, il se mit à regarder un peu partout dans l'appartement. Il entendit un roucoulement, surpris, il accourut vers la cage de l'oiseau et l'observa, inquiet. En le sortant doucement de là, le posant sur sa main, il vint se mettre assis dans un fauteuil pour l'embrasser très délicatement sur le sommet de la tête. Il le mit sur un endroit sûr et bien élevé, et alla prendre du pain.

En le 'reprenant', il vint lui donner à manger, pour le reposer dans sa cage avec soin. Ami des animaux depuis petit d'ailleurs. En le regardant, il rit, et refit un peu de ménage. Puis, en allant dans le bureau de Willy, il recommença à fouiller soigneusement sans rien déranger. Puis, miracle, dans une énorme pile d'une … Centaines de papiers, il trouva un vieux, oh, très vieux album photo. Il se mit doucement assis dans un coin de la pièce.

On peut dire, qu'il venait de retrouver les souvenirs de William ? Il observe les photos, nombreuse d'un bambin bien potelé, William, comment il le sait ? Son nom est écrit en dessous des photos. Il continu d'observer, tourne les pages avec soin, comme si il tenait un trésor, non. Il tien un trésor, pour lui en tout cas. Il regarde la croissance de William, du bambin adorable, potelé, au jeune enfant mignon, à l'adolescent plutôt beau et au jeune adulte venant d'être diplômé.

Il prend 4 photos, l'une de lui enfant, l'une de lui bambin, l'une de lui adolescent et l'une de lui jeune adulte. Ses trésors à présent. Il les range dans son caleçon, endroit où -pour l'instant- Willy n'ira pas fouillé. En souriant, fier, il prend néanmoins l'album pour le poser bien en vue du bureau, il sait, ne me demander pas comment, que William tente de se souvenir de son passé. Il se dit, que ces photos de familles et de lui à tout âge pourra l'aider. Et puis, ils pourront continuer cet album, tout les deux.

Il ne c'est pas passé longtemps encore, il se demande ce que William est entrain de faire, et lui, il en profite pour se laver et s'amuser à s'habiller avec les vêtements de Willy. Tous les mêmes, certes, mais il s'amuse quand même. Il nage totalement dedans, mais, ça lui fait du bien, de sentir l'odeur de son Will' sur lui. Il entend de nouveau un roucoulement, et accours voir le pigeon, pour le sortir de sa cage et l'observer voleté. Il le sort quelque instant dehors, et quand il revient, il se dit qu'il est … Très bien dressé. En le remettant dans sa cage après un moment gros câlin bisounours, il entend Will' rentré.

’-Hrm…Alan ?’

Il va joyeusement, toujours dans la longue chemise du shinigami, à sa rencontre, après qu'il l'est appelé, pour lui faire un gros câlin et embrasser ses lèvres avec amour, pour en suite le regarder dans les yeux et nicher sa tête au creux de son cou, paisiblement, il était 10h. Mais … Oh, il n'en avait plus rien à faire, il n'avait pas de travaille, donc, il avait tout son temps. Puis tranquillement, il dit avec douceur.

«-Je me suis bien occupé de Mr Pigeon, il m'aime bien j'ai l'impression, j'ai fait un peu de rangement sans trop changé pour que tu t'y retrouves toujours, j'ai fait le ménage, je me suis lavé, et je t'aime ...»

Il vint l'embrasser encore une fois pour resserrer son étreinte enfantine autour de lui, content. Il ne savait pas ce qu'il était allé faire … Moi je m'en doute, non, moi je le sais, mais pas Alan. Donc, il vient s'écarter pour aller dans la chambre de Willy et retirer la chemise qui le couvre pour revêtir ses habits de nouveau sec, et retourner devant William en souriant avec une certaine tendresse et un amour profond.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: The thorn of the death (Willy ^-^) [YAOI]   Lun 7 Mai - 18:41

Se triturant toujours l’esprit, ne cessant d’hésiter, le brun ne vit pas vraiment le plus jeune arriver, et ce ne fut que lorsqu’il passa ses bras autour de lui qu’il sortit de ses pensées et porta son regard sur Alan. Répondant à son baiser, il mit à son tour ses mains dans le dos de son subordonné. …Il ne lui fallait plus maintenant qu’une once de courage pour se lancer et tout serait parfait. Sauf que ladite once se faisait attendre et ne semblait pas vouloir arriver tout court en fait. Non rien n’était plus redoutable que ce genre de situation où il fallait faire attention au moindre mot, et veiller à avoir un certain tact. Merlin. Qui était l’abruti qui avait inventé cette chose, le tact ? Il n’aurait franchement pas pu s’abstenir ? Tout aurait été nettement plus facile.

Soit. Alan reprit la parole, le sauvant dans un sens. S’il entamait une conversation, il pourrait attendre encore un peu avant de se décider à se lancer ! …Et dans trois mois il serait toujours là à se battre intérieurement. Pourquoi fallait-il qu’il soit aussi indécis dans un moment pareil ? Bon, il n’allait maintenant pas non plus le lui dire maintenant, alors qu’il parlait. Ainsi, Mr Pigeon semblait bien s’entendre avec le brun ? Était-ce parce qu’il avait vu que son ‘maître’ avait des affinités avec le plus jeune ou alors ce dernier c’était-il simplement montré adorable ? …La deuxième option était plus plausibles, bien que les deux pourraient être exactes. Son partenaire ne pouvait pas ne pas paraître adorable, c’était tout bonnement impossible. Même lui le reconnaissait.

Alors qu’il l’embrassait une nouvelle fois, William esquissa un geste vers sa poche, s’étant enfin décidé. …mais s’arrêta en plein milieu. Le temps qu’il prenne sa décision, l’autre était reparti dans sa chambre, certainement pour se changer. Lâchant un léger soupir, le superviseur se rapprocha de la fenêtre, observant vaguement la vue qui s’offrait à lui. Jusqu’à ce qu’un roucoulement ne le fasse tourner la tête. Et il fit face à un Mr Pigeon au regard désapprobateur. …Qu…Qu’avait-il bien pu faire de mal ? Il l’avait pourtant bien nourri, Alan semblait s’être bien occupé de lui, alors quoi ? Qu’avait-il mérité pour que même lui le regarde de la sorte ? …Avait-il saisit la situation ? C’était bien possible. C’était même sans doute le cas. Remontant ses lunettes, le brun lâcha un autre soupir

’-Hmph…C’est bon j’ai compris.’

Lança-t-il à l’adresse du volatile avant qu’Alan ne vienne devant lui, plus mignon que jamais, et ayant comme il l’avait deviné remis ses propres habits. Après avoir regardé une dernière fois son ami de toujours, il porta de nouveau son attention sur son aimé, déglutissant, alors que sa main, dans sa poche de son veston, venait de se renfermer sur la petite boite noire.

’-Ecoute Alan je…’

Même en essayant de ne pas le regarder, il le voyait le fusiller du regard du coin de l’œil. Bon sang, même ce pigeon était plus doué que lui pour savoir comment s’y prendre. Il fallait simplement faire un petit effort de sociabilité et tout le monde serait content. …Oui bon, petit, petit, tout est relatif. Enorme serait plus juste. Mais en voyant le sourire que le brun lui offrait, cet effort parut comme un insecte sur ses verres de lunettes. Gênant au plus haut point, mais absolument pas insurmontable. Finissant par prendre la main de son aimé, il la fixa quelques instants, avant de se pencher vers lui, lui murmurant doucement.

’-Viens un peu par-là, veux-tu ? Tu seras mieux…’

Et sans vraiment attendre sa réponse, il s’abaissa légèrement pour passer un bras en-dessous de ses genoux alors que l’autre venait sous ses épaules, le portant. Bon le résultat ‘était pas aussi parfait quand dans les films Hollywoodiens, mais l’intention était là, c’était le principal. Il l’amena jusque dans le fauteuil, ou il le fit s’asseoir doucement, avant de s’agenouiller, posant ses mains sur les genoux de son partenaire.

’-Je…’

La suite de sa phrase fut un ensemble de sons qui auraient pu donner quelque chose de correct si seulement ils faisaient partie d’une langue existante. Soit dit en passant, il ne se comprit même pas lui-même. Bon ce n’était quand même si compliqué. Il suffisait d’une seule phrase, d’une seule question. Il sentit son cœur s’affoler de plus en plus alors que les secondes passaient. Il finit par enlever une de ses mains du genou du brun, et prit la boîte qui se trouvait toujours dans sa poche, la sortant.

’-Alan…Voudrais-tu m’- ‘

Blocage sur le dernier mot. Décidément, il ne voulait pas sortir. Et il avait l’impression d’être un parfait crétin à genoux devant lui en tendant sa boîte en ne sachant même pas finir sa demande. Pitoyable. …Non mais…Qu’est-ce qu’il venait de dire là ? Pitoyable ? Même lui n’avait pas le droit de se rabaisser à ce point ! Personne ne pouvait le traiter de la sorte ! Pourquoi ? Parce qu’il ne l’était pas , tout simplement.

’-…Epouser ? ‘

Eh bien voilà, il était enfin sorti ! Il aura fallu le temps, mais au moins il y était arrivé. Et il regrettait de l’avoir fait maintenant. Si cela se trouvait, il allait le remballer royalement. A cette pensée, il serra légèrement l’emprise qu’il avait sur la boîte, comme si cela allait l’aider à s’attirer les faveurs du brun qui lui faisait face. Sait-on jamais, cela allait peut-être l’aider. …Ou pas. Les dés étaient jetés, et il ne pourrait pas revenir en arrière, alors autant assumer ses paroles comme il l’avait toujours fait, et attendre une quelconque réponse en espérant de tout cœur qu’elle soit positive. Même s’il avait beaucoup de peine à le croire.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: The thorn of the death (Willy ^-^) [YAOI]   Mar 8 Mai - 3:42

Il se sentit prendre et assis sur un fauteuil. Surpris, il observa longuement William et se laissa totalement faire. Que comptait-il faire ? Il n'appréhendais pas, mais un peu quand même. Était-ce qu'il allait lui annoncer une mauvaise nouvelle ? Il … Il avait peur. Aimait-il les femmes ? Était-il déjà en couple ? Ne l'aimait-il pas ? Non. Il, il ne pouvait pas y croire, c'était … Totalement impossible. Du moins, il pensait. Non, ce n'était pas ça, mais il ne savais pas non plus que c'était une demande en mariage, il n'était pas non plus devin.

'-Je..'

Il ? Alan pencha la tête sur le côté doucement, interloqué, et … La suite ce fut une sorte de phrase assez glauque. Ah ! Oui ! Il voulait lui avoué qu'il était marsien ! … Non, Alan, calme toi, calme toi. Willy est bien un Shinigami, et il est bien Anglais et Terrien, pas de soucis là dessus. En se résignant à croire cette chose, il se mit à hypothétiser. Il était Catholique ? Non, impossible. Il se faisait des choses étrange tout les soirs pour contenir ses sentiments ? Non. Et Alan revint à ses hypothèse première. Il n'aimait pas les hommes ? Il était déjà en couple ? Il ne l'aimait pas ? Il c'était mis avec lui, seulement par pitié ? Non … Impossible.

’-Alan…Voudrais-tu m’-‘

Il fut surpris et le regarda d'autant plus intensément. Il savait à présent, et les larmes lui était déjà monté aux yeux. Il tremblait, un tout petit peu, en voyant l'hésitation de Willy. Il attendait. Mais. Lui. Il ne savait pas … Comment. Il se mit à se poser de nombreuse question. Quand il mourra ? William et lui seront d'autant plus lié à ce moment là. Donc … Willy sera totalement achevé. Il ne voulait pas. Mais. Si. Il le voulait. Il ne pouvait pas le refuser, non, ça lui était littéralement impossible, il attendait donc, sagement ravalant ses larmes, que Willy termine.

’-…Epouser?‘

Il eu de nouveau les larmes, de belles larmes de joie aux yeux. Et observa avec douceur William, tremblant un peu, appréhendant la réponse du petit brun. Il fut amusé, un peu, de le voir serrer fort la boîte dans sa main. Il vint doucement posé ses petits doigt fins contre sa main pour se pencher et l'embrasser, de jolis larmes perlant contre ses joues. Il vient se mettre à sa hauteur pour le serrer tout contre lui et enfouir sa tête contre son cou en susurrant.

«-Oui … Oui mon William … Je le veux … Je le veux plus que tout au monde ...»

Il rit doucement, et vient se remettre dans le fauteuil pour essuyer tranquillement ses yeux, heureux comme tout, et il observe peu à près, la réaction de William. En tendant doucement sa main vers lui, pour qu'il y glisse l'anneau. Anneau d'ailleurs qu'il aime particulièrement … Faut pas chercher comment William à fait pour lire dans les pensés du bruns. C'est une bague simple, en or, et ça lui suffit totalement, il la préfère à un truc qui pèse un kilos avec une dizaine de gros diamants.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The thorn of the death (Willy ^-^) [YAOI]   

Revenir en haut Aller en bas
 

The thorn of the death (Willy ^-^) [YAOI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Commande Death at Koten
» Cities of Death
» Mes Death Skullz
» Death Guard contre Crimson Fist de Tarkand
» [Validée]Death The Kid
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Butler :: RPs abandonnés / terminés-